jeudi, 27 octobre 2005

De Gaulle: "Les Etats n'ont pas d'amis. Ils n'ont que des intérêts".

Cette semaine, à Pékin, les Républiques de Chine Populaire et du Sénégal ont renoué des relations diplomatiques rompues depuis 1995. Cette année-la, Dakar avait reconnu la « République de Chine (Taiwan) ». Pékin n’avait pas apprécié, d’où la rupture. Dix ans plus tard, le président du Sénégal, Abdoulaye Wade, est revenu sur la décision prise par son prédécesseur Abdou Diouf. Les raisons du revirement ? « Une analyse objective et approfondie de la géopolitique mondiale et (qui) correspond parfaitement aux intérêts fondamentaux de notre pays et à l’esprit de sa nouvelle diplomatie. (…) une diplomatie d’équilibre, de réalisme, de souveraineté, de paix et de développement au service de l’intérêt national et de la promotion de la cause africaine » selon le communiqué du Ministère sénégalais des Affaires Etrangères. Dans l’accord signé à Pékin, il est clairement dit : « Le Gouvernement de la République du Sénégal reconnaît qu’il n’y a qu’une Chine dans le monde, que le Gouvernement de la République Populaire de Chine est l’unique gouvernement légal représentant toute la Chine et que Taiwan fait partie intégrante du territoire chinois. Le Gouvernement de la République Populaire de Chine apprécie cette position du Gouvernement de la République du Sénégal ». De la reprise des relations avec la Chine Populaire, le Sénégal espère devenir l’un des « Dragons de l’Afrique » en dépassant le cadre du partenariat commercial pour arriver au stade du partenariat industriel, par le biais du transfert de technologie qui lui permettrait d’accroître sa production. Pour expliquer sa décision au Président de la « République de Chine (Taiwan) », Chen Shui-bian, le Président du Sénégal, Abdoulaye Wade a eu recours au Général De Gaulle. « Peut-être que le Général De Gaulle avait raison quand il disait : « Les Etats n’ont pas d’amis. Ils n’ont que des intérêts ». Mais les hommes ont des amis, et c’est pourquoi j’entends maintenir mes relations d’amitié avec vous, fondées sur nos convictions libérales, si vous le désirez ».

11:07 Écrit par Pierre André | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.