jeudi, 16 décembre 2010

Immaturité politique au sein d'associations d'étudiants se réclamant des partis.

     Le Recteur de l’Université de Liège Bernard Rentier n’a pas raté une seule Saint-Nicolas, une des traditionnelles guindailles des étudiants liégeois alors qu’il était sur les bancs de l’Univ’ fin des années soixantes. Recteur, il accueille les nouveaux inscrits par : Travaillez dès maintenant, travaillez bien, travaillez dur, mais n’oubliez pas de faire la fête et de vous changer les idées, c’est salutaire. Se cultiver, guindailler et faire du sport sont des activités indispensables, même si elles ne doivent pas occuper tout votre temps. 

     Toutefois, vu le décès d’un étudiant happé par un train au sortir de la soirée prélude à la Saint-Nicolas, en réponse à la presse alors que les étudiant(e)s se préparaient, le 6 décembre, au cortége et à la soirée de clôture, le Recteur a exprimé un sentiment d’indignation face à ce que je considérais comme un festoiement déplacé à ce moment-là. Je l’ai dit spontanément et je le maintiens. La décence impose, me semble-t-il, que la mort d’un participant entraîne l’annulation des festivités (cfr On confond tout  dans le blogue Rentier in divina lectio de Liège 28).  Il faut savoir que cette année, deux autres décès ont déjà marqué  l’issue de guindailles trop arrosées : une noyade et une défenestration.

     Les propos du Recteur ont été jugés insultants par trois associations regroupant des étudiants qui ambitionnent de jouer le plus tôt possible un rôle politique dans la société. Ces trois associations somment le Recteur à revoir ses propos insultants « sur le sentiment de décence de ces étudiants et sur leur sens de la solidarité ».

      Cette exigence laisse quelque doute sur la maturité politique actuelle de la FELU (Fédération des Étudiants libéraux de la Province de Liège) présidée par Julien Adam. La maturité politique de la FELU peut venir – c’est un espoir - de ses membres d’honneur parmi lesquels Daniel Bacquelaine et Christine Defraigne.

     Cette exigence laisse quelque doute sur la maturité politique actuelle des EDH (Étudiants Démocrates Humanistes) présidé à Liège par Alexandre François. La maturité politique des EDH peut venir – c’est un espoir – de leur rencontre avec des hommes politiques, des professeurs d’université et quantité d’étudiants issus des divers campus francophones tel que promis dans l’offre d’adhésion.

     Cette exigence laisse un doute sur la maturité politique actuelle d’Écolo J ULg –mouvement créé dans le courant académique 2009-2010 à la devise fais la fête et change le monde – présidé par Emma Delhaye. La maturité politique d’Écolo J ULg peut venir – c’est un espoir – d’une meilleure attention aux enjeux de la « chose publique » et aux valeurs de l’écologie politique.

 

17:04 Écrit par Pierre André dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

Commentaires

Immaturité politique et académique quant à l'implantation universitaire en pleine brousse protégée, accessible uniquement en 4x4, en hiver.

Immaturité politique et académique quant à la guindaille.

Écrit par : Franc6 | vendredi, 14 janvier 2011

Les commentaires sont fermés.