dimanche, 16 janvier 2011

Décès de Joseph Coppé, ancien rédacteur-en-chef de "La Wallonie".

     Ce matin, le jour de son quatre-vingt quatrième anniversaire, Joseph Coppé est décédé. Éditorialiste dès 1957 et rédacteur-en-chef de 1962 à 1987 de La Wallonie, Joseph Coppé a été un brillant journaliste, un excellent Wallon et un syndicaliste convaincu. À l’âge de 18 ans, il collabore à l’organisation du premier Congrès national wallon. Après avoir fait Sciences Po à l’ULg, il est engagé au titre de journaliste par Isi Delvigne, directeur de La Wallonie. Fidèle à ses convictions wallonnes, Joseph Coppé y demeure plus de quarante ans hormis un bref passage au Cabinet de Jean-Joseph Merlot, ministre des Travaux Publics qui démissionne en novembre 1962 en signe de protestation des lois Gilson rattachant notamment les six communes des Fourons au Limbourg.

     Le 31 décembre 1960, en pleine grève contre la Loi unique, La Wallonie – réduite à 4 pages – titre  Vers la grève du siècle. Joseph Coppé note André Renard savait que ce choix était audacieux et en tout cas prématuré. Toutes les forces n’étaient pas encore dans la bataille. L’issue du conflit restait incertaine et la fin du siècle était encore lointaine, pouvant produire des événements sociaux plus considérables encore. N’empêche : un mouvement de légende venait de trouver son appellation. On ne la lui enlèverait plus.

     Parmi les multiples innovations apportées à son journal par Joseph Coppé, la chronique religieuse confiée au prêtre catholique Gabriel Ringlet et au pasteur protestant Jean Haan, la rubrique artistique de Jacques Parisse ou les nouveautés en bandes dessinées soumises au regard critique de Franklin Dehousse. Sans oublier la célébration du cinquantième anniversaire de La Wallonie, en 1969, l’occasion d’un tirage d’une édition spéciale de 248 pages – un record en Belgique.

     Notre confrère Joseph Coppé a été aussi président de l’AGJPB-Lg (Association Générale des Journalistes Professionnels de Belgique) et un des co-fondateurs de la Maison de la Presse de Liège en compagnie des Robert Dewez, Christian Dessambre, Émile Bonmariage et Lily Portugaels.  

16:39 Écrit par Pierre André dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

Commentaires

Voici ce que dit Gilson sur le rattachement des Fourons.
*J'étais tout à fait opposé au passage des Fourons à la province du Limbourg. Dans mon projet, je les avais maintenus en province de Liège. Mais par 18 voix contre une, les partis de la majorité et de l'opposition ont voté un amendement (contre ma volonté personnelle) prévoyant leur passage au Limbourg - Comines passant, en échange, au Hainaut.

Quand, sortant de commission, je l'ai annoncé à Paul-Henri Spaak, il m'a dit: «Mes amis politiques ont sûrement préféré ce rattachement au Limbourg, car la population fouronnaise est sociale-chrétienne. Ils espéraient sans doute faciliter de cette manière leur majorité à la Députation permanente...».

(http://archives.lesoir.be/facilites-gilson-aux-cotes-des-maieurs-rebelles-en-1962_t-19980408-Z0F32F.html)

Écrit par : Ø | dimanche, 16 janvier 2011

Les commentaires sont fermés.