mardi, 20 septembre 2011

Noms de dieux, Wallons-nous, "Media Rives" une marque qui marche à la RTBF.be

The_Voice_Belgique.png

       Depuis mai 2011, à Liège, jouxtant une galerie commerciale Mediacité, de nouveaux bâtiments ont été inaugurés sous la marque Media Rives. Le coût ?  Trente sept millions d’euros investis par le service public RTBF-be. Selon l’Administrateur général, le Liégeois Jean-Pol Philippot : nous entamons un nouveau chapitre de l'histoire de notre entreprise, de la télé en Communauté française, de la vie culturelle et économique liégeoise. Au début des années 2000, nous avons choisi de réorganiser l'entreprise pour rester à Liège, malgré des difficultés économiques. Mais pour être légitimes, nous devons être ancrés dans la Communauté et proposer des productions originales.

       Parmi ces productions originales, un concept du Hollandais Johannes de Mol – fondateur d’Endemol associé avec Médiaset (très) proche de Silvio Berlusconi – est repris par la RTBF.be, The Voice Belgique. Cette émission est une variante de télé-crochet  qui se déroule en plusieurs étapes. La première  dépend  des candidates et candidats. Lorsqu’elles/ils se sentent en forme, leur webcam entre en action, les filme et à l’autre bout, la reconnaissance vocale apprécie la justesse de la voix. Résultat des courses, 150 candidat(e)s sont sélectionné(e)s.

       Viennent ensuite les choses sérieuses ; en un, la blind audition d’où surnagent  cinquante six personnes qui confient leur avenir à quatre coaches, en deux, un duel, ensuite la phase battles, un moment cruel qui contraint le coach à sacrifier un de ses disciples. Un épisode tiré tout droit de la Bible où, miracle, Dieu permet à Abraham de substituer un agneau à son fils. The voice Belgique n’étant pas Dieu, la phase battles ne laisse qu’un petit nombre de survivant(e)s à s’affronter au cours des Lives. Télévision de proximité, la télévision publique permet au public, dans cette troisième phase, de laisser s’exprimer son choix et son cœur.

       Pour enregistrer ces moments passionnants, la RTBF.be a choisi très naturellement de les produire à Media Rives. Comme The Voice Belgique – une production originale rappelons-le -  mérite un traitement de faveur, les équipes installeront le décor, les caméras, l'éclairage, le son et tout et tout, dès le 31 octobre pour les démonter le 24 novembre, dans ce studio que Cécile Gondfroid, directrice générale des technologies, présente ;  c'est un studio qui fait 1200 m² et qui est carré, donc ça c'est une première caractéristique parce que c'est assez rare. 35 mètres de côté, 13 mètres de hauteur sous le grill et 15 mètres sous la porteuse, c'est un studio qui est vraiment prévu pour pouvoir réaliser des émissions mais également des évènements.

       Le temps des blind audition passé, le studio va être, à nouveau, occupé du 20 décembre jusqu’au 13 janvier 2012 pour les duels. Ensuite, ce sera l’enregistrement des 7 émissions les plus passionnantes du Live. Quant aux Battles, elles seront enregistrées à Vilvoorde dans les studios de la Vlaamse Televisie Maatschappij (VTM). Il est à noter que l’installation  (et la désinstallation) des lumières à Media Rives est confiée à une entreprise gantoise, un transfert Sud-Nord dont la Fédération Wallonie Bruxelles n’est guère au courant !

       La production originale de la RTBF.be The Voice Belgique réjouira le Liégeois Jean-Pol Philippot quand il prendra connaissance des audiences. Certes, The Voice Belgique n’atteindra pas l’audimat de La faute morale de DSK. D’ailleurs, VTM a court-circuité l’Administrateur général  de la RTBF.be en présentant, dès cet automne, The Voice Vlaanderen. La production originale de la RTBF.be sera, dans une forme identique, à l’antenne de TF1, en janvier 2012. Il y aura néanmoins quelques différences – les chanteuses et les chanteurs notamment -  et puis Maureen Louys n’est pas Nikos Aliagas… Sur CBC et NBC, la production Endemol a déjà été diffusée. Elle a récolté un succès indéniable.

       Le tournage à Liège de The Voice Belgique pose problème car le studio 40 est le seul disponible à Media Rives. Le projet initial en comportait  deux mais en cours de route, le studio 41 s’est quelque peu égaré. Les deux émissions liégeoises en plateau survivantes du massacre de l’ancien Centre de production de Liège souffrent de cette occupation prolongée.

       Déjà, le Grand Prix de la Chanson Wallonne prévu le samedi 24 mars doit être reporté au samedi 12 mai 2012. En effet, The Voice Belgique occupe le studio 40 à partir du 15 février au 15 avril 2012. De surcroît, ce lieu est prévu pour accueillir des événements tels des défilés de mode, des soirées de DJ. Sur le site de Liège, il se murmure même que s’il prenait à Yahvé, Dieu ou Allah l’envie de participer à une des rares émissions de service public de la la RTBF.be - noms de dieux -, ils se verraient refuser ce plaisir faute de studio disponible à Media Rives !

       Face à cette réalité, le personnel du Site de Liège a adressé, à la mi-septembre, une motion souhaitant que tout soit mis en œuvre, afin que le Studio 41 puisse être fonctionnel le plus rapidement possible. Ceci permettra d’éviter à l’avenir les problèmes de calendrier et le déplacement de nos émissions propres vers d’autres lieux ! Copie de la motion destinée à l’Administrateur général a été envoyée à divers directrices et directeurs Tron, De Smet, Gonfroid, Brouyére, Germys, Van Lierde, Potty et Robben.

       Il est permis de demander aux organisations syndicales – Front commun FGTB /CSC – pourquoi elles ont fait l’économie d’une copie à Chris Vandervinne. Ce quasi-quadragénaire, ingénieur civil électromécanicien de l’UCL, titulaire d’une licence spéciale de Solvay, diplômé Master of Business Administration (MBA) de Harvard, formé à l’américaine dans diverses firmes internationales ayant la culture de la performance est, en effet, Chief Financial Office (CFO) de la RTBF.be. Comme il l’a expliqué dans Trends d’août 2011, le secteur des medias m’attirait et les enjeux – concurrence, convergence- étaient énormes. Le fait que la RTBF soit une entreprise de service public représentait évidemment quelques contraintes mais cela rendait, à mon sens, le challenge encore plus intéressant. Chris Vandervinne donne cours à l’ULB à la Faculté des Sciences appliquées, dans l'unité de recherches Stratégie et Gouvernance d'Entreprise (CEB).

 

VOICE VLAANDEREN.jpg

 

 

 

 

 

 

Média Rives.jpg

09:31 Écrit par Pierre André dans Media | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.