vendredi, 13 avril 2012

Bis repetita placent, le plaisir de revoir et de réentendre.

       Depuis 2009, est installé à Liége la SONUMA ( SOciété de NUMérisation et de commercialisation des Archives audiovisuelles ). Dotée de 40 millions d’Euros, cette société a acquis le fonds d’archives télévisuelles et radiophoniques de l’entreprise de service public RTBF.

       Créée par la loi du 18 juin 1930 sous le nom d’INR (Institut national de radiodiffusion ), cette entreprise est devenue RTB ( Radio-Télévision belge ) en 1960, puis le Royaume ayant évolué, s’est muée en RTBF    ( Radio-Télévision belge de la Communauté française ) en 1977.

      Comme le dit la SONUMA, des milliers d’heures de programmes radio et TV ont été produites. Ces archives audiovisuelles, témoignages vivaces des événements clés de notre époque, sont autant d’empreintes de notre identité culturelle et de la mémoire collective.

       Ces archives ne reflètent pas l’ensemble de la production. Tout un temps, le syndrome Kuypers a joué et le mot archive a fait peur. Il faut savoir qu’après la guerre, un incendie a ravagé les archives filmées  du ministère de l’Instruction publique causant plusieurs victimes. Le secrétaire-général  de ce ministère, Julien Kuypers tenu pour responsable en sa qualité de plus haut fonctionnaire de ce département a été poursuivi et condamné le 1er mars 1950, a un an de prison avec sursis. Outre ce syndrome, des raisons d’économie ont joué puisque une bande magnétique utilisée pour un reportage a pu être réutilisée pour enregistrer un autre événement. Enfin, des sensibilités peuvent également être incriminées. Ainsi, durant la grève de 60-61, tout chercheur trouvera plus facilement des images des membres du gouvernement de Gaston Eyskens que celles consacrées au syndicaliste André Renard !

       Inutile de pleurer sur le lait renversé, aujourd’hui la SONUMA est là. Elle a même pignon sur blog  http://blog.sonuma.be . Les personnes curieuses de revoir soit Léo Ferré à Liège en 1964, soit d’apprécier la musculature deConstant le Marin, soit de connaître le frisson de la vitesse sur le circuit de Francorchamps en compagnie de Lucien Bianchi, soit de revoir le mariage d’Albert et Paola, le 2 juillet 1959, soit d’affronter la neige comme Bernard Hinault à Liège-Bastogne-Liège en 1980 ont l’occasion de le faire en s’inscrivant à la newsletter. Ce n’est pas de la nostalgie mais une manière agréable de connaître l’histoire de près des trois quarts du siècle dernier et l'actualité contemporaine.

18:56 Écrit par Pierre André dans Actualité, Histoire, Media | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.