lundi, 13 août 2012

Le "Grand Liège" : "Merci à Michel Daerden"

michel daerden.jpg

       De tous les hommages rendus à Michel Daerden, nous retiendrons celui du Grand Liège dont le président  est Jean-Maurice  Dehousse.  Celui-ci évoque tout d’abord comment il l’a connu : C’est par Robert GILLON, à l’époque Président de la Régionale F.G.T.B. de Liège-Huy- Waremme que j’ai  été amené à connaître Michel DAERDEN. L’Exécutif Régional Wallon, que je présidais  en 1982-1985 en assumant les responsabilités économiques, s’était attaché à réduire le poids excessif  que représentaient pour la Région Wallonne  les  entreprises déséquilibrées que la presse avait baptisées les « canards  boiteux ». Cette action impliquait  de multiples autopsies d’entreprises  quand il ne s’agissait pas d’opérations sur le vif. C’est à cette occasion  que GILLON me recommanda le jeune réviseur d’entreprises qu’était alors Michel DAERDEN. L’Exécutif Régional eut à de multiples reprises recours à ses services, et s’en  trouva bien. Les analyses de Michel DAERDEN étaient non seulement brillantes mais pertinentes et ouvraient fréquemment la voie à des solutions constructives.

       Le deuxième point traite de la lutte fratricide qui a régné un temps au sein de la Fédération Liègeoise du PS. Dix ans ou presque plus tard, Michel DAERDEN, devenu député, remplit à la demande de Philippe BUSQUIN, Président national du Parti Socialiste, une mission difficile et périlleuse : organiser la paix au sein de la Fédération liégeoise, déchirée  entre le « groupe de Flémalle » et le« groupe Perron ».  C’est l’époque où le journal satirique Pan sous la plume d’Yves Lacasse parle du Canadair Michel Daerden. Le Canadair a réussi sa mission.

       Le président du Grand Liège souligne le rôle qu’a joué le Ministre des Communications Michel Daerden dans le dossier de la liaison Bruxelles-Liège-Cologne par le Train à Grande Vitesse (TGV) menacé de ne pas se concrétiser.  C’est Michel DAERDEN qui conçut alors un montage financier  particulièrement complexe, montage qui permit la réalisation de la liaison. Il  est clair à cet égard que non  seulement une volonté  politique a  joué   mais que cette volonté s’est appuyée  sur une maîtrise technique de haute qualité. Michel DAERDEN fut alors le véritable bouclier de la gare, comme en atteste le monument qui fut placé dans celle-ci.

       Jean-Maurice Dehousse rappelle que Michel Daerden a été à plusieurs reprises l’orateur du Grand Liège.  Soit à l’Hôtel de Ville, soit notamment pour y défendre, dans le cadre prestigieux de la salle du Conseil Provincial,  sa conception novatrice de la Communauté Urbaine, qui ne se réalisa malheureusement pas.

       Présentant à la famille ses condoléances au nom du Grand Liège et au sien, Jean-Maurice Dehousse exprime le vœu que celle-ci puisse  trouver  un réconfort dans le fait que Michel DAERDEN est mort comme il a vécu et qu’il n’aurait certes pas voulu se voir diminué dans son art de vivre.

10:50 Écrit par Pierre André dans Actualité, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.