lundi, 10 septembre 2012

Quand "Proxi-Liège" fait de la politique autrement, la démocratie est heureuse !

       Les élections sont un moment clé de la démocratie. Le peuple est appelé à juger les mandataires sortant de charge. Il est aussi appelé à juger s’il ne convient pas de mettre en place de nouveaux mandataires. Bref, une élection est une remise à plat des politiques menées. Les résultats du scrutin les renforceront ou les détricoteront.

       Théoriquement, toutes les candidates et tous les candidats sont placés sur un pied d’égalité. Un modèle d’ordonnance de police relatif à l’affichage électoral a été adressée à toutes les communes wallonnes qui met en valeur cette notion d’égalité : ces emplacements sont répartis de manière égale entre les différentes listes. Il doit en être de même en matière d’accès à l’audiovisuel. Il en est de même, depuis la fin du 20ème siècle, dans la limitation des dépenses électorales.

       Mais il y a loin de la théorie à la pratique. Comme on dit chez nous, c’est toujours le petit qu’on écrase. Dans telle commune – Seraing par exemple – seuls les partis ayant des élus au Parlement wallon disposeront de manière égale d’emplacements d’affichages. Les autres partis en lice, tintin. Dans telle commune – Liège par exemple – seuls les quatre partis traditionnels bénéficient d’un panneau. Les autres ? Déjà heureux doivent-ils être, qu’on leur concède un demi panneau. Pour accéder aux écrans de RTC, RTBFbe, - organes de service public ou tendant à l’être -, il importe de jouer dans la catégorie des traditionnels. Les autres tels le RWF, Vega ou PTB+, qu’ils attendent d’être sec derrière les oreilles ! Quant à la grande presse, celle qui peut prétendre à des subventions de la Fédération Wallonie-Bruxelles, ses yeux sont braqués sur les traditionnels.

       Épris de la devise républicaine Liberté, égalité, fraternité, le premier journal électronique de notre pays – lu dans 80 pays depuis 12 ans – Proxi-Liège www.proxiliege.net jette un regard différent sur la joute électorale à la Ville de Liège et à la Province éponyme. Dans un souci d’équité et parce qu’ils sont susceptibles de changer quelque peu la donne politique de la Ville, voire de la Province, nous donnons aussi la parole à deux autres partis (dans les mêmes conditions) au PTB et à la liste VEGA. Pour ce faire, s’ils le veulent, les différentes ou différents cheffes ou chefs de groupe, voire les têtes de liste de ces partis, pourront, dans les pages de « Proxi-Liège », bénéficier d’une véritable «Carte blanche». Dans celle-ci, ils pourront bien évidemment dresser un bilan de leurs actions, mais également présenter leur programme.

       L’ordre de parution est simple : première carte blanche arrivée, par courriel,  chez  Gaston Lecocq gaston.lecocq@proxiliege.net , première carte blanche publiée dans Proxi-Liège www.proxiliege.net. Et pour terminer sachez qu’il peut y avoir une «Carte blanche» pour la Ville et une pour la Province ou une seule pour chaque scrutin soit un total de douze cartes blanches.

20:45 Écrit par Pierre André dans Actualité, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.