dimanche, 28 avril 2013

Circulaire de Jean-Marc Ayrault relative à l'emploi du français en France.

France.jpg        Le lancement officiel de la Silver economy  par les ministres Arnaud Montebourg et Michèle Delaunay le mercredi 24 avril 2013 a, peut-être, été la goutte d’eau faisant déborder le vase censé assurer, en France, la diffusion de la langue française. En effet, le jeudi 25 avril 2013, le Premier ministre  Jean-Marc Ayrault a adressé à ses 37 ministres et ministres délégué(e)s la circulaire N°5652/SG dont l’objet  est relatif à l’emploi de la langue française.

       En préambule, le Premier ministre fait un petit rappel historique allant de l’ordonnance de Villers-Cotterêts en 1539 à l’inscription en 1992 dans la Constitution  de la disposition  proclamant  la langue de la République est le français. La circulaire primo-ministérielle se veut un rappel  d’un certain nombre de principes républicains touchant à la fonction première de l’usage du français par l’administration, qui est de contribuer à la cohésion de notre pays autour d’une langue  partagée.

       La langue française est un droit dont nos concitoyens tirent parti dans la vie quotidienne. Ce droit participe de notre démocratie dans la mesure où il garantit un égal accès à l’information et au savoir. Parce qu’il est dépositaire de notre pacte social, l’État a une responsabilité particulière dans la promotion et l’application de ce droit. Jean-Marc Ayrault veut mettre la langue française au cœur de la politique de modernisation de l’État. Il entend également faire de langue française un outil d’ouverture au monde. À quoi bon défendre ou promouvoir le français hors de nos frontières sans en favoriser l’usage dans notre pays lui-même, à commencer par l’ensemble des représentants de l’État.

        La circulaire relative à l’emploi de la langue française est un document de trois pages (1). Il s’articule en quatre points. 

       Le premier stipule ; le cadre législatif et réglementaire en faveur du français engage l’ensemble du Gouvernement. Le Premier ministre invite ses ministres et ministres délégué(e)s à veiller au respect des textes qui encadrent l’emploi de notre langue dans la société. Ne pas le faire équivaut à fragiliser notre tissus social.

       Le deuxième considère ; organiser la dimension linguistique de l’action publique contribue à sa modernisation. La langue française exprime les réalités contemporaines et les innovations qui voient le jour. En l’employant systématiquement vos administrations contribuent à l’épanouissement de la relation de confiance entre la langue et le citoyen.

       Le troisième énonce ; quelques principes simples doivent régir l’emploi du français en situation de communication internationale. Lorsque l’interprétation est disponible, il convient aux agents de l’État de s’exprimer systématiquement en français. Et lorsque le statut de notre langue le permet, il leur faut exiger cette interprétation, afin d’avoir l’assurance d’être compris.

       Le quatrième constate ;  l’interprétation et la traduction favorisent la circulation des idées et des savoirs. Pourquoi ? Réponse de Jean-Marc Ayrault ; je vous demande de veiller à la mise en place d’une interprétation, car celle-ci garantit la pertinence et la profondeur des échanges.

       En conclusion, le Premier ministre expose la raison d’être de sa circulaire ; j’attends de chacun d’entre vous un engagement personnel dans la mise en œuvre de ces principes républicains et de bonne gouvernance.

Jean Marc Ayrault.jpg


(1) L’intégralité du document est disponible sur le site DLF- Bruxelles  Diversité linguistique et langue française -  www.langue-francaise.org/Bruxelles/Bruxelles_entree.php

21:27 Écrit par Pierre André dans Actualité, francophonie, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

samedi, 27 avril 2013

Le scepticisme constructif prôné par Jean Soler.

Jean Soler.jpg

      Dimanche, l’émission  noms de dieux (1) reçoit Jean Soler, diplomate français. Ce dernier est connu pour son étude critique du monothéisme , un sujet traité en cinq ouvrages - L’Invention du monothéisme, La Loi de Moïse, Vie et mort dans la Bible, La Violence monothéistet, Qui est Dieu ? – tous parus aux éditions de Fallois qui ont publié, en leur temps, les ouvrages du Cardinal Jean-Marie Lustiger,  

       Selon Jean Soler, le monothéisme conduit à l’intolérance et la violence peu importe que ce monothéisme s’appelle judaïsme, christianisme ou islam. Dans un article de l’hebdomadaire Le Point, Michel Onfray, en juin 2012, estime que cet agrégé de lettres classiques déconstruit les mythes et légendes juifs, chrétiens et musulmans avec la patience de l'horloger et l'efficacité d'un dynamiteur de montagne.

       Au monothéisme, Jean Soler propose le scepticisme constructif   inspiré de Michel de Montaigne. En pleine guerre de religions, cet esprit a trouvé dans la civilisation grecque les remèdes au fanatisme religieux. Il est vrai que la civilisation grecque a admis le polythéisme dans toute sa diversité.

Michel de Montaigne.jpg

(1) L'émission noms de dieux est diffusée dimanche 28 avril 2013, vers 22h40 sur la Deux de la RTBFbe. Dès le lendemain, durant une semaine, sur www.rtbf.be le site de la RTBFbe, la rubrique revoir vous permet de visionner noms de dieux à l’heure qui vous plaît.

18:44 Écrit par Pierre André dans Actualité, Religion, Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

vendredi, 26 avril 2013

Avant le tapis rouge de Cannes, le tapis bleu de Liège

        Durant 25 ans,  l’appellation  Festival international du Film policier a été associée à la ville de Cognac (1).  L’année où ce Festival a disparu s’est créé le premier Festival international du Film policier de Liège. Nous étions en 2007.

       L’initiative en revient à Didier Reynders. Il a estimé que la ville natale de Georges Simenon sorte le tapis rouge  afin d’accueillir le film policier. Le tapis rouge est une expression  que n’a pu, toutefois,  prendre à la lettre l’ancien président du Mouvement réformateur. Il en a gardé l’esprit –rendre les honneurs – tout en changeant la couleur. C’est un tapis bleu que foule depuis sept ans la cohorte de vedettes invitées au Festival international du Film policier de Liège devant la foule massée au pont d’Avroy,  devant le Palace. Président d’honneur du Festival, Didier Reynders est Vice-Premier ministre au sein d’un gouvernement dirigé par le président d’honneur du Festival international du Film d’Amour. En 2014, pour sa trentième édition du 14 au 21 février, à Mons, le tapis rouge sera de stricte rigueur !

       A l’issue de la première édition rehaussée notamment par la présence de Jean-Pierre Mocky et Jacky Berroyer, un critique a écrit un authentique Festival: enquêtes, crimes, suspens, expos, Bd.... Des longs et des courts, des gentils et des méchants. Depuis, le FIFPL n’a cessé de s’améliorer, de grandir. Il suffit de consulter le programme www.festivaliege.be

       L’Association pour la Promotion du Cinéma à Liège présidée par  Gilles Foret au sein de laquelle on retrouve notamment le Commissaire en chef Christian Beaupère, le Directeur Général du FIFPL Cédric Monnoye, l’Administrateur Général honoraire de la RTBF, Robert Stéphane joue un rôle majeur dans ce développement. Comme le dit Gilles Foret ; Liège regorge de talents… Soutenons-les !

       Divers  jurys sont en place pour soutenir les talents. Il y a le jury officiel présidé par le nonagénaire Michel Galabru.   Il est âgé de trois ans  de plus que Giorgio Napolitano, président de l’Italie. Cela tombe à pic. Le FIFPL a décidé de consacrer son focus à l’Italie, par son originalité et l’audience internationale qu’il a obtenue, le cinéma italien occupe une place de premier plan dans l’histoire du septième art.

       Comme il y a lieu de commémorer la création de la Brigade judiciaire de la police liégeoise il y a 140 ans, la police dans le cadre du FIFPL tient portes ouvertes – à l’exception, présumons nous, de certaines cellules – ce week-end. Enfin, notons qu’en même temps que se déroule le FIFPL, un autre festival se tient à Bruges, le MOOOV.  Au programme, l’un ou l’autre film projeté à Liège tel Le Repenti de Merzal Allouache, une production  Algéro-Française.

film le repenti.jpg

(1) Le Festival de Beaune fondé en 2009 revendique la succession du Festival de Cognac. Laisse pleuvoir, un proverbe liégeois qu’affectionne Nicolas Sarkozy.  

15:41 Écrit par Pierre André dans Actualité, Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

lundi, 22 avril 2013

Coup d'oeil sur la planète Papa.

michel daerden.jpg

        Dans la publication du Dernier Carré, organe des retraités de l’ancien Centre de production de la RTBF-Liège, Jacques Charlier analyse la planète Papa. Dans cet article, Jacques Charlier note que la face cachée de Michel Daerden est d’une rare complexité. Son principal secret, il l’a emporté avec lui car il était incapable de le définir.

        Ni son origine sociale, ni son idéal de revanche, ni son désir d’être aimé ne peuvent tout expliquer. Sa timidité maladive, son accent, sa lenteur gestuelle, sa coupe de cheveux improbable, sa carrure vestimentaire révèlent son origine sociale (…) Son intelligence psychologique lui a dicté de ne pas seulement les accepter, mais de les accentuer de façon outrancière, jusqu’à la caricature délibérée, au grand dam des barons du parti.

       Michel Daerden  a été d’une parfaite et impeccable anti modernité. Son image rétro et son vocabulaire en faisaient la parfaite reproduction du militant éclairé des années soixante. Son dernier slogan d’un simplisme ravageur Tout le monde aime Papa ! est sorti de son imagination. Ce message à sa gloire l’a conforté définitivement  auprès d’une jeunesse sourde au rabâchage électoral habituel. Quant aux adultes, leur adhésion s’appuie sur sa réputation de matheux besogneux et infatigable. Conclusion de l’article, Michel Daerden a été un redoutable publicitaire instinctif, une machine de guerre médiatique d’une redoutable efficacité.   

08:00 Écrit par Pierre André dans Actualité, Media, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

dimanche, 07 avril 2013

Inventaire du réseau VOO.

        A croire que VOO, la société de télédistribution de votre région s’est inspiré de son slogan Vous êtes si bien chez VOO pour sa nouvelle opération séduction présentée sur une simple et modeste feuille A4 imprimée en noir sur blanc.

       Au prétexte de procéder à un contrôle et à un inventaire de son réseau afin d’éviter que des signaux parasites n’en viennent perturber la qualité, VOO s’invite chez vous. La société précise qu’afin d’assurer un maximum d’efficacité aux opérations, nous vous serions reconnaissants d’être présents durant cette période, période qui s’étale sur trois heures trente.

       Le dernier paragraphe de la missive, rédigée à Ans, le 3 avril 2013, vaut son pesant de câble : si vous n’êtes pas encore client de VOO, c’est l’occasion idéale de le devenir en bénéficiant de nos offres promotionnelles.

08:03 Écrit par Pierre André dans Actualité, Economie, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

lundi, 01 avril 2013

Un certain regard certain sur l'avenir de la Belgique ...

jean quatremer bis.jpg

       Récemment, l’Association des Anciens Parlementaires Francophones (AAPF) www.aapf.be présidée par Valmy Féaux a invité à sa tribune le journaliste français Jean Quatremer. Ce Lorrain – né à Nancy en 1957 – diplômé en droit, spécialisé notamment en droit européen s’est fait une réputation de franc parler. Ses articles dans Libération et dans son  blogue Coulisses de Bruxelles, UE l’attestent. Il n’a pas manqué à sa réputation en donnant son point de vue sur l’avenir de la Belgique.
 
       Sous le titre Jean Quatremer n’y va pas par quatre chemins, Françoise Carton de Wiart en rend compte dans Le Francien, organe de l’AAPF.
Extraits ; l’avenir de la Belgique ? Une coquille vide tant que la marque «Flandre » ne la supplantera pas. La paix communautaire ? Un fantasme des francophones qui s’apparente à la politique de l’autruche. Ses confrères ? La presse francophone ne dit pas la vérité parce que ses journalistes se sont donnés pour mission de sauver la Belgique, alors qu’au Nord, les choses sont dites. Un autre tabou ? Interdit d’évoquer la mainmise du parti socialiste en Wallonie.
 
       Les propos de Quatremer suscitent un débat. Nous en retenons la réflexion d’un ancien parlementaire  estimant qu’en Wallonie, on laisse aller les choses par peur de déplaire…le PS devient même royaliste ! Ce qui est assez éloigné des idées émises en 1887 aboutissant, dans le Hainaut,  à  la création du parti socialiste républicain, une dissidence passagère du POB …

valmy féaux.jpg

22:08 Écrit par Pierre André dans Actualité, Media, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg