lundi, 05 août 2013

La Hesbaye liégeoise, c'est chez nous et ça vaut le coup ...

 Forts.jpg

        Si sur le plan constitutionnel, le Royaume comprend trois Régions, au plan géographique, celui-ci s’articule sur davantage de régions ayant chacune leurs caractéristiques. Parmi ces régions, il y a la Hesbaye relevant de cinq provinces et comptant quatre-vingt communes. Sa superficie équivaut au douzième du Royaume.

       En cette année, 2013, les Liégeois célèbrent en octobre le huit-centième anniversaire de la Bataille des Steppes, en Hesbaye, à Montenakem. Claude Gaier dans son livre Grandes batailles de l’histoire liégeoise au Moyen-Âge clôt le chapitre relatant la victoire sur le duc de Brabant Henri Ier le Guerroyeur ; Qu’importe Le 12 octobre 1213 fut fondée la nation liégeoise. Le samedi 12 octobre, en effet, les diverses forces de la Principauté s’entendent pour ne faire qu’une et remporter la victoire contre l’ennemi brabançon, le dimanche 13 octobre 1213, dans les plaines des Steppes. Cette victoire historique a été date de fête nationale de la Principauté durant plus de cinq. Ce jour-là, les cloches de la Cathédrale carillonnent.

 

Livre2.jpg



       C’est à une autre Hesbaye que le Cercle géohistorique de la Hesbaye liégeoise ( CGHL www.cghl.org ) s’est intéressé dans sa dernière publication richement illustrée. Modestement sous-titrée Essai d’étude géohistorique du Pays de l’Entre-Geer-et-Meuse, cette publication Hesbaye liégeoise (1) est une œuvre collective conforme à l’article 3 des statuts : L'association a pour objet l'étude, l'information et la promotion des richesses geohistoriques de la Hesbaye liégeoise et leur intégration dans l'Europe.

      Dans un premier chapitre Des origines au Moyen-Âge, Guy Destexhe évoque notamment les Omaliens. Au néolithique ancien, une civilisation à la pointe de l’évolution s’installe en Hesbaye. On en a retrouvé trace en 1888 près du village d’Omal – d’où le nom – et par après, en bien d’autres endroits. Les Omaliens originaires du bassin du Danube arrivent vers -5.300 ans (…) Après environ 500 ans d’occupation, ils disparaissent de notre région sans rien léguer aux civilisations postérieures. L’environnement de la Hesbaye se présente comme un paradis pour les Omaliens qui découvrent une région loessique vallonnée, ni trop sèche, ni trop humide, l’eau pure des ruisseaux bien plus nombreux qu’actuellement et à profusion, des affleurements de silex, matière première nécessaire à la confection d’une grande partie de l’outillage. Changement de décor des siècles plus tard, il s’avère que les Mérovingiens (les Francs) sont largement les ancêtres des Hesbignons. Il faut savoir que le Mérovingien est un guerrier dans l’âme. Il naît pour combattre. Si les Mérovingiens offrent des parures à leurs compagnes c’est qu’elles portent aussi les futurs guerriers ! Guy Destexhe est un passionné aimant partager sa passion ; l’auteur tient ses notes à la disposition du lecteur qui souhaiterait en prendre connaissance.

         Les autres auteur(e)s se chargent de raconter la Hesbaye liégeoise du 10ème au 20ème siècle. Ainsi, Anne Godinas-Thys écrit si le cens ne grève pas outre mesure le budget du Hesbignon, il n’en est pas de même de la dîme (1/10 de la récolte), payé au clergé, à l’origine pour assurer les besoins du culte et du desservant, accaparée ou cédée par la suite à des institutions religieuses. Ainsi, Francis Balace avec le concours de Marcel Driesmans écrit le 22 novembre 1918, le Roi Albert rentre dans sa capitale à la tête de ses troupes, pendant qu’à Liège le Soldadenrat s’éclipse très discrètement. Les 23-24, la Hesbaye et la ville de Liège sont évacuées en bon ordre par les dernières garnisons allemandes. Il est assez amusant de lire, dans les rapports envoyés par les différents curés hesbignons à leur évêque à Liège, qu’ils étaient à ce moment surtout préoccupés de sauvegarder la vertu de leurs paroissiennes que menaçait l’installation en cantonnement, avant le retour des troupes belges, de détachements français et britanniques…

 

Hesblg.jpg

(1)            Hesbaye liégeoise – 132 pages – Auteur(e)s : Guy Destexhe, Florence Close, Geneviève Xhayet, Anne Godinas-Thys, Catherine Lanneau, Francis Balace, Carine Driesmans – Coordinateur auteur : Marcel Driesmans – Préface : Claude Lange, président du CGHL – Édition CGHL Fédération Tourisme Province de Liège – 7€ à l’Archéoforum

00:05 Écrit par Pierre André dans Actualité, Europe, Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.