lundi, 23 décembre 2013

"Des arbres et des hommes" : LE livre à offrir.

Des arbres et des hommes.jpg

        La province de Luxembourg  a une superficie de 4 440 km2 dont 2 300 kmsont des  forêts. Mieux, près de 42 % des forêts de la Wallonie – 5448 km– sont situées dans  cette province au point que l’on peut dire La Forêt, c’est l’Ardenne. Les pouvoirs publics essentiellement locaux à l’exception des CPAS de Mons (16 km2 94), de Bruges (13 km01) et de Bruxelles (63 ares) en possèdent  1047 km2 38.  Pour l’anecdote, dans le langage populaire, l’expression prérévolutionnaire Hospices de Bruges est toujours de mise.  Le reste de la forêt luxembourgeoise est détenu par des particuliers.

chêne Orval.jpg

La province de Luxembourg produit  1 945 000 m³ de bois (55 % de la production wallonne),  Ce capital forestier n’est pas qu’économique, il est aussi social, environnemental.  La Wallonie a répertorié dans ses 262 communes, quelques 25 000 arbres et haies remarquables. Sous ce vocable sont rangés les arbres et haies présentant un intérêt  paysager, historique, dendrologique, folklorique ou religieux ou de

curiosité biologique. La taille exceptionnelle ou le rôle de repère géographique (limite, borne, ...) peut également contribuer à conférer le statut de remarquable.

        L’ASBL Ressources Naturelles Développements (RND) créée en 1976 sous un autre nom a eu, à l’origine, la promotion de la filière forêt-bois en province de Luxembourg. La Wallonie et ensuite la Communauté européenne lui ont confié d’autres tâches. Cependant, RND ayant son siège à Saint-Hubert conserve un attachement sentimental à la province de Luxembourg. Cet attachement se traduit par la publication, aux Éditions du Perron, du livre Des arbres et des hommes (1) sous-titré Les arbres exceptionnels en province de Luxembourg.

       En page quatre de couverture, la philosophie et les auteur(e)s sont définis comme le fruit d’un projet de longue haleine soutenu par le collège provincial du Luxembourg belge et coordonné par l’ASBL Ressources Naturelles Développement (RND), ce livre réunit une équipe d’auteurs et de photographes spécialisés dans la promotion et la protection de notre beau patrimoine arboré : Benjamin Stassen (ASBL Le Marronnier), Guy Focant et Yves Gerrebos (Département du patrimoine de la Région wallonne), Pierre Warzée et Laurent Dutrieux (RND), Anne Danthine et Martin Cleda (Département nature et forêts de la Région wallonne)

tilleul Gérouville.jpg


tilleul Redu.jpg

Au chapitre les arbres symboliques et historiques, un arbre le tilleul loin d’être une essence dominante à l’état naturel, où sa présence est tout au plus sporadique (…) constitue à lui seul, et de loin, le plus contingent d’arbres classés. Pourquoi ? À Clovis peut-être. En effet, la dynastie mérovingienne s’était convertie au christianisme (…) le chêne druidique fut remplacé par le tilleul sacré symbolisant désormais le pouvoir temporel et spirituel du seigneur sur ses gens.

chêne Tintigny.jpg

       Il est aussi question des arbres de la Vierge ainsi le chêne antique campé sur la petite place de l’église à Cherain. (…) Charancho (Cherain) est cité comme fisc (cour royale) dès 670 dans une charte de Childéric II, roi d’Austrasie (…) L’église romane actuelle remonte quant à elle à la fin du XI ͤ  siècle. Un noyau ancien, donc, qui rend vraisemblable la persistance d’usages ancestraux à travers les siècles …

tilleul Durbuy.jpg

 

       Au chapitre les arbres, un patrimoine à protéger, le Département de la nature et des forêts expose la méthode objective de détermination de la valeur d’agrément des arbres. À titre d’exemple, l’incivique détruisant le tilleul de Hollande situé dans l’ancienne commune de Sainte-Cécile devrait débourser  la somme de 247 185 € 64 sans compter les poursuites au pénal !

       Le chapitre les arbres au cœur de nos paysages présente des essences discrètes mais omniprésentes tel le cornouiller, mâle de préférence, l’autre espèce indigène, le cornouiller sanguin, se voyait davantage parée de vertus magiques. Autres espèces, l’érable plane, le charme, l’orme. Il y a également des essences ornementales telles le séquoia ou le hêtre pourpre.

      Cet ouvrage remarquablement illustré – 62 photos en couleur, 1 en noir et blanc prise à Chaumont durant l’offensive von Rundstedt  – mérite l’attention tant des citadins que ruraux. Les textes sont clairs permettant de découvrir ou de redécouvrir les richesses de notre patrimoine arboré ainsi que les différentes mesures de protection y afférent.

orme Gérouville.jpg

(1)   Des arbres et des hommes – Éditions du Perron – Format : 19 x 22 cm –104 pages –

15 €
 

Crédit photos:

 

Chêne pédonculé – hauteur 25 m – circonférence 454 cm – Orval  Benjamin Stassen

Tilleul à petites feuilles – hauteur 25 m – circonférence 268 cm – Gérouville – Guy Focant

Tilleul – Redu – Pierre Warzée

Chêne pédoncule hauteur 25 m – circonférence 475 cm – Saint Vincent Tintigny – Benjamin Stassen

 Tilleul à grandes feuilles – hauteur 17 m – circonférence 260 cm – Benjamin Stassen

Tilleul de Hollande – Sainte-Cécile– hauteur 30 m – circonférence 774 cm - Benjamin Stassen

Orme – Gérouville – Benjamin Stassen

01:00 Écrit par Pierre André dans Actualité, Art | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.