samedi, 25 janvier 2014

Julia Kristeva, hôte de Noms de dieux, ce dimanche 26 janvier.

Julia_Kristeva_photo_J_Foley.jpg

 

         En recevant Julia Kristeva citoyenne européenne, d’origine bulgare, de nationalité française et d’adoption américaine, Edmond Blattchen reçoit dans noms de dieux (1) une personnalité qui est linguiste, sémiologue, philosophe, psychanalyste et écrivaine.

         Elle est, depuis 1966, l’épouse de l’écrivain Philippe Sollers. Cependant, Julia Kristeva n’est pas madame Sollers. Sans sombrer dans le people et autres chichis qu'affectionne la chaîne publique francophone, l’explication est simple, Sollers est un pseudonyme. Joyaux est son nom et  Julia Kristeva est, aux yeux de la législation française, madame Joyaux. Jamais, l’état-civil n’a mieux exalté les diverses facettes de l’hôte de noms de dieux, hôte qui a conservé le nom de son papa!

        Athée, Julia Kristeva a reçu une invitation du pape Benoît XVI à participer à la tête d’une délégation de non-croyants, en 2011, aux Rencontres d’Assise, mouvement visant à un dialogue inter-religieux. Le pape y a défendu l’idée nécessaire d’affirmation de sa foi en préalable à tout dialogue avec l’autre en vue d’atteindre la paix. Julia Kristeva a plaidé pour un nouvel humanisme qui respecte à la fois les valeurs de l’héritage gréco-judéo-chrétien et celles des Lumières.

       Il faut savoir que parmi la quarantaine d’ouvrages publiés – ouvrages qui lui ont valu d’être première récipiendaire du Prix Holberg (le Nobel des sciences humaines, du droit et de la théologie doté de 4 500 000 de Couronnes norvégiennes), le Prix Arendt, le Prix Havel sans compter les Doctorats Honoris Causa décernés par de multiples Universités – Julia Kristeva en a consacré plusieurs aux religions notamment Cet incroyable besoin de croire, Thérèse mon amour.

       De son origine bulgare, Julia Kristeva a gardé une passion pour Cyrille et Modeste qui lui ont légué le goût de l’alphabet. Chaque année, le 24 mai, comme la majorité des Bulgares, elle célèbre la journée de l’alphabet slave et la culture bulgare, communément appelé la fête de l'alphabet. Le 24 mai, chacune et chacun arbore une lettre. Le hasard des rencontres permet de composer des mots et ensuite des phrases…  C’est un jour de fête officielle populaire intelligente. Notre concitoyen, Émile de Laveleye, professeur d’économie politique à l’Université de Liège, spécialiste des Balkans, ami de la Bulgarie, a été contemporain de la création de cette fête au XIXème siècle.

1) En TV, dimanche 26 janvier sur La Deux de la RTBFbe vers 23h05 – Rediffusion dans la boucle de nuit, sur La Deux, du mercredi 29 au jeudi 30 janvier, sur La Deux vers minuit.

 Sur le Net, rubrique Revoir, durant une semaine à partir du lundi 27 janvier.

13:51 Écrit par Pierre André dans Actualité, Culture, Spiritualité, Télévision | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

Commentaires

Merci Pierre, je serais revenu de mon congrès MG de Charlerroi, et c'est aussi le type d'émission et de sujet à partager à plusieurs devant la télé. J'ai toujours pensé que cette Europe d'hier,austro-hongroise,et que cette Europe communiste intellectuelle, et le côté slave réellement ouvert aux gens et aux monde se retrouvent dans la personnalité de Kristeva. Je savais aussi qu'elle était la compagne de Sollers mais comme tu l'écrit si bien avec ton humour particulier, elle est un véritable joyaux

Écrit par : Keimeul Jean Pierre | samedi, 25 janvier 2014

Très joli mais le T shirt si bien porté ne me parait pas représenter des caractères cyrilliques...

Écrit par : Bristol | dimanche, 26 janvier 2014

Exact, ce ne sont pas des caractères cyrilliques représentés sur le T shirt. Ce sont des caractères de l'alphabet bulgare en vigueur avant l'adoption du cyrillique. Les Bulgares tiennent en grand amour les alphabets ...

Écrit par : André | mardi, 28 janvier 2014

Les commentaires sont fermés.