samedi, 19 avril 2014

... des députés VRAIMENT Européens !

       Dans un entretien accordé à notre confrère Les Dernières Nouvelles d’Alsace (DNA), l’euro-parlementaire Daniel Cohn-Bendit affirme être un bâtard  européen. Il s’en explique : Je crois que j’ai su démontrer qu’avoir une identité européenne, une passion européenne, permettait de parler de l’Europe et de défendre des idées européennes sans passer par l’identification nationale. Je crois que c’est ça qui me différencie. Ça ne veut pas dire que je suis meilleur ! Mais ça me donne la possibilité de surfer autrement pendant les débats européens. Je suis beaucoup plus libre. Je parle de l’Europe en tant que citoyen européen et non pas en tant que Français ou Allemand. J’ai été élu deux fois en France et deux fois en Allemagne, je suis un bâtard. Je suis un bâtard européen et ça va très bien !

       Vu la nature du Parlement européen, ses besoins constants de trouver des compromis d’où se dégagent des majorités comme l’a très clairement expliqué l’euro-parlementaire De Keyser à un groupe de Liégeoises et de Liégeois venus à Strasbourg assister à l’ultime journée de la dernière session du Parlement élu en 2009, cette Assemblée a tout à gagner à l’arrivée en son sein de bâtards européens porteurs de valeurs démocratiques.

       À consulter les têtes de liste des divers partis présentant des candidat(e)s aux prochaines élections européennes dans la circonscription francophone belge, il semble que seule la liste des Fédéralistes démocrates francophones (FDF n° 6) présente une candidate à même de surfer autrement pendant les débats européens.(…) de parler de  l’Europe en tant que citoyen européen.  

      La tête de liste FDF est une Franco- Roumaine, Cristina Coteanu, quadrilingue (français, néerlandais, anglais, roumain). Diplômée de l’Université d’État Alexandru  Iuan Cusa de Iasi, Cristina Coteanu collectionne les titres universitaires dans pas moins de sept pays européens. Généralement, ces parcours académiques se terminent avec la mention latine magna cum laudae ce qui en français se traduit par la mention très bien. Pas étonnant dès lors qu’aujourd’hui, Cristina Coteanu  enseigne à l’ULB le droit européen, y dirige le Centre Bigwood (fondé en 1965 par le professeur éponyme) de l’Institut d’Études Européennes. Cristina Coteanu fait partie de l’association internationale d’avocats Philippe & Partners.

      Avant que la Roumanie ne fasse partie de l’Union Européenne à laquelle ce pays a adhéré le 1er janvier 2007, Cristina Coteanu a été Secrétaire d’État auprès de la Ministre de la Justice, Monica Macovei dans le gouvernement Cälin Popescu-Täriceanu. Quoique même pas quadragénaire, Cristina Coteanu a publié une douzaine d’ouvrages ayant trait à l’Europe et quantité d’articles sur le même thème. Sa campagne électorale, elle la fait uniquement via les réseaux sociaux. En effet, Cristina Coteanu n’a nul accès à la radio-télévision publique.

      Comme Liège 28 l’a relevé en primeur le 2 avril, un document (très) interne de la RTBF précise : Sont d’office invités, dans toutes les émissions d’interviews et de débats, (…) les partis suivants : PS, MR, ECOLO et CDH. Quant au FDF, la RTBF stipule : ce parti ne sera a priori pas invité aux émissions intéressant les assemblées où ce parti n’est pas représenté (débats relatifs au parlement européen et au parlement wallon), ni aux débats concernant les circonscriptions wallonnes du parlement fédéral. Il est à craindre que la hiérarchie ne s’oppose à une initiative des journalistes faisant valoir que Cristina Coteanu mérite d’être invitée vu son intérêt éditorial, journalistique et informatif.

Coteanu Maingain.jpg

10:36 Écrit par Pierre André dans Actualité, Europe, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.