jeudi, 05 juin 2014

Royaume du Maroc : une mission du Corps consulaire de Liège et du Consulat Général du Royaume du Maroc à Liège.

 

 

400.jpg

          Le Corps consulaire de Liège sous la direction de son Doyen Fernand Goffioul, Consul d’Espagne, a co-organisé avec le Consul général du Maroc Sidi Nour-Ed dine El Alaoui, lors de ce congé de l’Ascension, une mission dans trois villes impériales du Royaume, Rabat, Meknès et Fès. Reçu par le vice-Président du Conseil de la Ville de Fès, le Dr Allal Amraoui qui fait fonction de Président – celui-ci est devenu Secrétaire Général de l’Istiqual, parti historique qui a obtenu la fin du Protectorat français -, Jean-Marie Roberti, consul du Mexique s’est réjoui que Liège Athènes du Nord rencontre l’Athènes du Sud qu’est Fès. Les deux villes faisant partie de l’Association internationale des Maires francophones (AIMF), Roberti a signalé la grande expertise de nos intercommunales susceptible d’aider à la solution de certains problèmes  rencontrés. 

        Fès est également un lieu saint  pour le tidjanisme dont le fondateur Cheikh Ahmed Tidjani après avoir fait ses études à l’Université-Mosquée Qarawiyyine, y a vécu et y est enterré. Cette branche de l’Islam est très répandue en Afrique noire et Fès est un lieu de pèlerinage sur la chemin de la Mecque 

074.jpg                                    © FCW - Rabat  "Rue des consuls".

        Dans une revue de l’Office national marocain du Tourisme, il est précisé que du XVIIe siècle jusqu’en 1912, tous les diplomates et les représentants des puissances étrangères étaient tenus de résider dans la célèbre rue des consuls située à Rabat qui, à l’époque s’appelait Salé-le-Neuf. La raison ? Ils avaient ainsi  facilement accès au souk des esclaves (…) et pouvaient y racheter leurs compatriotes capturés par des pirates et vendus aux enchères. À défaut de pouvoir racheter l’un ou l’autre de leurs compatriotes, les membres du Corps consulaire de Liège – une institution centenaire cette année – ont tenu à y effectuer leurs emplettes. 

088.jpg               © FCW - Rabat, tram.

       Tout comme Liège s’apprête à l’avoir en 2018, Rabat dispose du tram qui passe notamment sur le nouveau pont enjambant le fleuve Bouregreg. Ce pont se veut un trait d’union permettant l’extension de la ville de Rabat, capitale administrative du Royaume depuis 1912. La délégation du Corps consulaire de Liège après s’être recueillie au mausolée Mohammed V a été reçue  à l’Administration des Douanes et Impôts indirects et à la Direction Générale des Impôts.

065a.jpg

        © FCW - Rabat, Fernand Goffioul (d) et le Directeur Général des Douanes Marocaines Zouar Chorfi (g).

       La Douane marocaine affiliée à l'Organisation Mondiale des Douanes (OMD) en partage les visions dont celles de saisir les opportunités du commerce international. La Douane marocaine se doit ainsi de lutter contre la drogue, la corruption et le commerce informel. Le Maroc  se refuse de devenir le dépotoir de l’Europe particulièrement au moment des vacances. Tant pour la diaspora marocaine que pour les touristes étrangers, à partir du 1er mai 2014, les moyens de transport à usage privé importés par des personnes ayant leur résidence habituelle à l’étranger et transportant des marchandises à caractère commercial ne pourront plus bénéficier du régime de l’admission temporaire. Les marchandises importées à des fins commerciales, devront satisfaire à la réglementation et aux procédures en vigueur en matière d’importation.

       À la Direction Générale des Impôts, l’accent a été mis sur les incitations fiscales que le Maroc met en avant pour accueillir des investisseurs étrangers telle l’exonération totale de l’impôt sur les sociétés ou de l’impôt sur le revenu pendant une période de 5 ans consécutifs. Il a été fait état d’une convention du 31 mai 2006 entre les deux Royaumes tendant à éviter la double imposition et a prévenir l'évasion et la fraude fiscales en matière d'impôts sur le revenu. Il n’a pas été question de TVA au cours de cette rencontre. Heureusement, car dans son édition du 2 juin, le journal marocain faisant autorité en la matière L’Économiste a fustigé les Quelque 28 pages de procédure pour rembourser seulement un petit dixième de la TVA due par l’État aux entreprises! (…) Il y en a pour 14 à 17 milliards de DH (1 milliard 250 € à 1 milliard 515 €). Personne n’est capable de donner une somme exacte, ni d’expliquer comment on fait le calcul. (…) Que se passerait-il si une entreprise ne savait pas à 20% près ce qu’elle doit à ses employés, ses fournisseurs ou au fisc ?!

       À l’issue d’un déjeuner offert par le Ministre de la Migration, la délégation du Corps consulaire de Liège s’est rendue dans les locaux de la Cour de Cassation où elle a eu l’occasion de visiter le Musée y attenant.   

 

08:32 Écrit par Pierre André dans Actualité, Economie, francophonie, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.