mardi, 15 juillet 2014

Feuilleton : LES IFUAGOS ET L'ANVERSOISE par Oncle Bob 1/4

       Enrique Santos avait parfaitement compris l‘intérêt de trouver des sujets originaux pour faire découvrir des images différentes des cartes postales habituelles. Il nous avait préparé un itinéraire qui nous conduirait de Manille à Bontoc, terres ancestrales des Ifugaos, paysans mais aussi redoutables guerriers; anciens coupeurs de têtes, évangélisés dès le début du dix-neuvième siècle par des missionnaires belges et américains.

       Dès l’aube, Enrique et son chauffeur viennent nous prendre à l’hôtel pour effectuer un voyage d’une dizaine d’heures dans les montagnes de la cordillère centrale. Notre guide a prévu des boissons et de la nourriture en suffisance. Il nous a demandé de prendre quelques objets pour les troquer avec le chef de tribu que nous allions rencontrer sur la route de Bontoc.

       Après avoir subi les embouteillages de la ville, nous éprouvons un vif plaisir à retrouver une nature foisonnante. La route de montagne étroite et difficile se trouve dans un état relativement correct. Les paysages sont splendides et les rizières en terrasse construites depuis plus de deux mille ans ont des dénivelés de plusieurs centaines de mètres. À mille deux cents mètres d’altitude, la fraîcheur nous surprend et les points de vue sur les vallées offrent une vision inoubliable. Paradoxalement, dans ces moments-là, l’œil se substitue à la caméra et mémorise ces moments uniques. Il faut donc s’efforcer de mettre cette réalité en conserve pour tenter de la restituer au spectateur.

Terrasses.jpg

Pendant le voyage, Enrique nous informe des rites et coutumes de ces tribus indépendantes à toute forme de soumission. Animistes, leurs croyances s’appuient sur cinq éléments cosmologiques : notre monde (connu), le monde souterrain, le ciel, un territoire virtuel en amont et un autre en aval. Tous ces lieux sont parcourus par les esprits. Aussi invoquent-ils dans leurs rites, les ancêtres, les esprits et les dieux pour lesquels ils sacrifient des animaux et offrent des boissons. Les Ifugaos, excellents sculpteurs d’objets en bois sont aussi spécialisés dans la confection des armes; notamment les lances et des poignards à la lame tranchante.

       Notre première étape est atteinte après six heures de route. Nous rejoignons la ville de Baguio créée au début du siècle par les Américains qui souhaitaient établir un espace habitable pour échapper à la chaleur étouffante de Manille. Dans cette ville aérée, située à mille cinq cents mètres d’altitude, nous découvrons la cathédrale, une forêt de pins et le parc Benham du nom de son créateur, un architecte urbaniste, Daniel Hudson Burnham, né à Chicago. Cet homme a conçu l’exposition Universelle de sa ville en 1893 et a été l‘initiateur du mouvement, ‘‘city beautiful‘‘.

       Ce groupement s’appuyait sur des formes néo classiques en mettant en évidence les notions d’ordre et d’harmonie.  Baguio, cette capitale d’été et son parc n’étaient pas notre but mais cette étape s’imposait avant d’autres émotions. Dès l’aube nous reprenons la route pour Bontoc. Les paysages splendides font oublier une route chaotique, étroite et dangereuse. Enrique nous explique que nous ferons une halte dans une tribu traditionnelle avant de nous rendre dans la petite cité où une surprise nous attendrait.

                         ( à suivre )

07:00 Écrit par Pierre André dans Cinéma, Culture, Littérature | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.