dimanche, 21 septembre 2014

La chronique de Marcatchou : FAIRE SON BEURRE…

FAIRE SON BEURRE…

        Le mercato n’a rien du petit marché qui fleure bon les herbes de Provence, la marée et les gaufres de chasse à la cannelle faites minute. Au mercato, l’argent n’a pas d’odeur, et rien ne se mijote devant le public. Les chiffres feront sensation plus tard, étalant leurs colonnes de zéros à la une des journaux. En les traduisant en francs belges d’autrefois, je déglutis : « Fât-st-assoti ! » Je ne puis m’empêcher de comparer ces sommes dignes des nababs des émirats, le cul dans le beurre, avec les dringuelles que recevaient les champions du ballon rond de naguère. Jean Loos, ce Liégeois « tot-oute », l’entraineur mythique des « Sang et Marine » au temps du fameux doublé, au début des années ’50, me contait : « Quand je jouais en équipe première et que nous gagnions, nous recevions notre « dimanche ». De quoi nous offrir un steak, frites, salade -et un peu plus- pour nous permettre de reprendre des forces… »

        Dans le même (dés)ordre d’idées, un très humble et très petit document (5cm/10), glissé dans un livre d’occasion, me tombe dans les mains à point nommé, pour me rappeler que tout est relatif. C’est un billet de tombola émis en 1943 par le Vélo-Club de Pépinster, à l’occasion du Grand Prix de Printemps et Circuit de la Hoegne. Mon billet qui porte le n° 7152, était vendu un franc au profit du Tronc des Vieillards. Parmi les lots principaux : un kilo de beurre et 50 kilos de pommes de terre. A l’époque, ces précieux tubercules auraient tenté le diable. 7.152 amateurs avaient risqué un de nos braves petits francs pour remporter le gros lot. Il est vrai qu’en 43, seul le beurre avait le goût du beurre. Hmm ! cuites dans la cendre, du vrai beurre et du sel !

        40 ans plus tard, un de nos grands partis populaires faisait sa campagne en annonçant : « C’est le retour du cœur ! » Notre ami Joseph Ledent, personnage éminemment haut en couleur, et patron du restaurant « La Grasse Poule » retourna prestement le slogan : « C’est le retour du beurre ! » Les journaux de ce matin m’apprennent que 69% des Wallons et des Bruxellois plébiscitent le beurre pour leurs tartines. Joseph, dont le tour de taille était appréciable, n’est plus là pour savourer les résultats de ce sondage. La barbe en bataille, la voix d’un boucanier, il fut prophète en son domaine, rue de la Poule, au cœur historique de Liège.

 

MARCATCHOU    

07:00 Écrit par Pierre André dans Actualité, Culture, Liège | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.