samedi, 28 novembre 2015

1+1=11, une formule neuve de réseautage estampillée "STANDARD"

        La météo du 19 novembre est franchement dégueu… Le 1+1=11 club d’affaires comptant le plus grand nombre de membres adhérents du pays a connu son baptême sous un déluge d’eau. Les initiateurs de 1+1=11, Bruno Venanzi, président du Standard et Alexandre Grosjean, président de la Chambre de commerce et d’industrie Liège-Verviers-Namur (CCILVN) sont aux anges. La philosophie du projet de réseautage (cfr Liège 28 du 3/11/2015) répond aux attentes des pros des milieux économiques, industriels et politiques venus de plus de cent kilomètres à la ronde.

CCI_LANCEMENT_11-WEB-0013.jpg         Plus d’un demi-millier de personnes ont pénétrés sur la pelouse par le couloir des joueurs. À la différence de ceux-ci, tou(te)s ces participant(e)s ont pu se munir d’un parapluie (au choix : blanc ou rouge) pour franchir les quatre-vingt mètres qui les séparent de la tribune d’où suivre, sur le podium en forme de demi ballon de foot, l’entretien du jour mené par la journaliste Christine Schréder.

        Celle-ci ne peut qu’évoquer le dicton mariage pluvieux, mariage heureux en recevant ces deux invités devenus partenaires de 1+1=11. Bruno Venanzi explique son souci de mieux exploiter l’infrastructure du stade, d’assumer l’exploitation de la marque Standard à l’image des grands clubs européens. Il annonce, notamment, qu’une marque de grande distribution compte s’installer au stade. Alexandre Grosjean dont la CCILVN est la première à utiliser, dès avril prochain, le Standard comme siège de ses activités ne sera point seule à le faire. Deux jeunes entreprises (1) sont invitées – en 90 secondes – à faire connaître leur savoir-faire. C’est surprenant et magique !

        La partie ludique est confié à Martin Charlier, alias Kiki L’Innocent, un supporter comme seul Sclessin en produit et à un tir de pénalty en direction des filets défendus par Arnaud Bodart, le neveu de l’autre. Le président du Standard montre dans ce botté qu’il a le foot tant dans les pieds que dans la tête et le cœur.

CCI_LANCEMENT_11-WEB-7874.jpg

        Le prochain 1+1=11 a lieu jeudi 17 décembre 2015 (2). Même objectif, le réseautage – arriver avec cent cartes de visites identiques, repartir avec cent cartes de visites différentes selon le mot d’Alexandre Grosjean -, même moyen, joindre une information sérieuse, utile dans un climat agréablement ludique.

LIEGE Arab.jpgLes invités du 17 décembre sont Philippe Limbourg - patron pour la Belgique et le Luxembourg du guide Gault & Millau qui attribue tant toques que notations aux restaurateurs – et Arabelle Meirlaen – créatrice de la cuisine intuitive – qui cumule les honneurs gastronomiques (Lady chef 2008, une étoile Michelin, prix de cheffe de l’année 2014 Gault & Millau) pour son restaurant Restaurant Arabelle Meirlaen Cuisine Intuitive (3). La cuisine n’est pas une discipline de règles et des lois, à chacun son style. Ici c'est une cuisine de femme, combinaison de mes intuitions et de ma créativité, élaborée en symbiose avec la nature, selon mes cueillettes du moment (…) Ma cuisine, je l'imagine comme la vie : belle, goûteuse, croustillante, pleine d'’émotions et d'amour...           

CORRECTIF ajouté le vendredi 4 décembre 2015

L’Union belge ayant décidé que le match de quart de finale de Coupe « STANDARD – COURTRAI » se déroule à SCLESSIN le jeudi 17 décembre, 1+1=11 reporte au jeudi 25 février 2016 le rendez-vous avec Philippe Limbourg et Arabelle Meirlaen.

1+1=11 reçoit le jeudi 28 janvier 2016 Éric Gerets qui s’entretiendra avec Michel Lecomte (RTBF). Et Martin Charlier, alias Kiki l'innocent, trépigne lui aussi déjà d'impatience de rencontrer ce mythe du football belge...

                 

LIEGE Standard.png

                                                                                                                                                                                             

 

 

 

09:15 Écrit par Pierre André dans Actualité, Economie, Gastronomie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

vendredi, 20 novembre 2015

La raison de la parité femme/homme du gouvernement de Justin Trudeau

        À l’issue de l’assermentation de son gouvernement – 15 femmes, 15 hommes - devant le Gouverneur général du Canada, son Excellence le très honorable David Johnston, le premier ministre Justin Trudeau a tenu une conférence de presse non prévue au programme officiel.

CANADA assermentation.jpg

        Une question s’impose vu qu’au lendemain des élections, le vingt-troisième premier ministre désigné a déclaré vouloir constituer un gouvernement paritaire alors que celui de son prédécesseur Stephen Harper compte onze femmes sur trente-huit ministres, un nombre de femme jamais atteint depuis la création du Canada en 1867. Une consœur la pose : pourquoi attachez-vous tant d’importance à cette notion de parité ? Justin Trudeau semble interloqué avant de répliquer impassible ; parce qu’on est en 2015. Les rires fusent. Au Canada, le débat sur la parité paraît définitivement clos.

CANADA 2015.gif

 

09:37 Écrit par Pierre André dans Actualité, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

mercredi, 11 novembre 2015

Théâtre de l'Étuve, en novembre : "Le Malade imaginaire"

LIEGE étuve mal.jpeg

        Le théâtre de l’Étuve à Liège situé dans une cave est certes loin d’avoir les dimensions du théâtre du Palais-Royal à Paris où a été créé, en 1673, le Malade imaginaire de monsieur Molière. L’exiguïté des lieux de la scène n’a pas rebuté le metteur en scène John Grégoire qui a disposé, dans un décor et une mise en lumière de Jean-Marc Rouffart, les douze personnages de ce chef-d’œuvre classique (1).

LIEGE étuve béralde.jpeg

        Ils ont tous là, Argan (Philippe Dengis), Toinette (Joséphine Canella), Béline (Béatrice Lahaye), Béralde (John Grégoire), Cléante (Maxime Marchal). Laurence Duchesne est à la fois Angélique et Louison, Michel Udiany interprète Purgon et Diafoirus et Alexis Haar-Salle cumule les rôles de Thomas Diafoirus, Bonnefoy et Fleurant.

LIEGE étuve mal soin.jpeg

        La pièce commence, Argan s’agite ; Carogne, à tous les diables! Est-il possible qu'on laisse comme cela un pauvre malade tout seul ? Voilà qui est pitoyable! Ah! mon Dieu! Ils me laisseront ici mourir. La pièce se termine, Argan ouvre les yeux et dit à Angélique ; Viens. N'aie point de peur, je ne suis pas mort. Va, tu es mon vrai sang, ma véritable fille; et je suis ravi d'avoir vu ton bon naturel.

LIEGE étuve malade.jpg

        Entretemps, durant trois actes, spectatrices et spectateurs ont savouré un humour incisif et intelligent qui se moque de la mort, des médecins et des patients hypocondriaques. Un régal! 

LIEGE Etuve.png

(1)  Le Malade imaginaire  au Théâtre de l’Étuve – vendredis 13, 20, 27 novembre, samedis 14, 21, 28 nov. à 20h15, dimanche 22 nov. à 15h30 – PAF 15€ (12€ groupes, étudiants, pensionnés) – Réservations ; SMS 0492 56 29 10 ou reservationetuve@gmail.com

 

15:01 Écrit par Pierre André dans Actualité, Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

vendredi, 06 novembre 2015

Avant-dernier noms de dieux le 12 novembre : invitée, la théologienne espiègle Marion Muller-Colard

NDD marion_muller-colard.jpeg

        Née au vingtième siècle en bord de Méditerranée, Marion Muller-Colard n'aime pas choisir. C'est pour cela qu'elle s'appelle Muller et Colard. Qu'elle écrit pour les enfants et pour les adultes. Pour le spectacle vivant et pour l'édition. Des romans et des contes philosophiques. Des contes philosophiques pour ne pas choisir entre penser et écrire. Telle est définie par les petits Platons (1) l’invitée du pénultième noms de dieux, Marion Muller-Colard (2) qui vit dans les Vosges, avec son mari musicien, ses deux enfants et ses chèvres.

        Marion Muller-Colard a fait ses études à la Faculté de théologie protestante de l’Université de Strasbourg dont, aux dires du doyen Remi Gounelle, nul ne sort indemne. Il s’en explique : on ne peut réfléchir sur l’homme, sur la société et ses valeurs, sur la vie des textes, des rites et des traditions, sur le rôle de la religion pour l’individu comme pour la collectivité, sans se remettre, d’une manière ou d’une autre, en question. Après Strasbourg, Marion Muller-Colard s’en va à Jérusalem, à l’institut Ratisbonne,  se former un an au Centre Chrétien d’Études Juive et prépare ensuite son doctorat sur le Livre de Job.

        Sa thèse, soutenue en 2006, s’intitule Le mal de justice : quelle justice peut rendre compte du mal ? Réponse de Job, des amis et de Dieu. Son directeur de thèse, Alfred Marx lui a donné le goût de l’enquête biblique qui débusque un sens inattendu, une espièglerie masquée ou des saveurs insoupçonnées derrière des versets à la première lecture arides.

NDD AUTRE DIEU.jpgDans le même registre de théologienne, Marion Muriel-Colard est l’auteure de L’Autre Dieu. La Plainte, la Menace et la Grâce (Labor & Fides) à propos duquel Le Monde des Religions déclare : un livre poignant alliant réflexion, méditation, expériences personnelles et exégèse théologique autour de son « vieux frère » Job et de la question du mal (…) Un livre fort qui suscite l’apaisement.

Livre qui remporte en mars 2015, deux Prix littéraires, le vendredi 20, le Prix Écritures et Spiritualités dans la catégorie Essai – un Prix donné en 2006 à Christian Bobin, invité de noms de dieux en 2013 – et le lundi 23, le Prix Spiritualités d’aujourd’hui également attribué à Son visage et le tien (Albin Michel) de l’auteur Alexis Jenni.   

Écrivaine, outre de nombreux articles, Marion Muriel-Colard a, à son actif, plusieurs livres tels Prunelle de mes yeux (Gallimard), Détails d’Évangile et Plume d'Ange (Passiflores), Le Professeur Freud parle aux poissons et Le petit théâtre de Hannah Arendt (Les petits Platons).

NDD freud-jaquette_bat.jpg

 

        À l’image de Marion, selon Edmond Blattchen, l’émission est à la fois très sérieuse et très drôle. La fin est particulièrement loufoque. Notre invitée est une personnalité très intelligente, très sensible et pétillante !

NDD Savoir.jpg

(1)   Les petits Platons : éditeur publiant des livres de philosophie pour enfants et adultes www.lespetitsplatons.com

(2)   Diffusion le jeudi 12 novembre 2015 vers 21h20 sur « la trois ». Rediffusion sur « la trois » le samedi 14 novembre vers 23h15. Sans oublier, la possibilité de voir l’émission durant une semaine sur le Net, en cliquant sur www.latrois.be/revoir

18:30 Écrit par Pierre André dans Actualité, Religion, Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

mardi, 03 novembre 2015

un plus un égale onze ... tout compris au réseautage !

        En septembre, l’Association des Liégeois travaillant à Bruxelles (ALTB) a reçu un de ses membres, Bruno Venanzi, devenu le propriétaire du Standard. Il a confié les raisons de cette acquisition : valoriser ce potentiel que représente cet outil. Ce jour-là, Venanzi n’en a pas dit davantage.

       En ce début de novembre, le patron du Standard et le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Liège-Verviers-Namur (CCI LVN) ont présenté leur nouvelle entente qui va dans le sens de valoriser l’infrastructure de Sclessin.

LIEGE 1+1.jpg

       Dès le 19 novembre, les deux partenaires lancent le 1+1=11. Cette formule  présente chaque mois aux membres du CCI LVN et du Standard une activité de réseautage inédite (1). Le président du CCI LVN Alexandre Grosjean la résume ainsi : imaginez-vous pénétrer sur la pelouse de Sclessin par le couloir des joueurs. Au programme, un débat animé sur le terrain par une personnalité médiatique avec des invité(e)s renommé(e)s issus de différents milieux (économie, sport, culture,…). Cet entretien décalé organisé en tribunes sera teinté d’humour pour offrir à la fois plaisir et contenu à des chefs d’entreprises issus de Wallonie, de Bruxelles et de Flandre.

        Après la prestation sur le terrain, le réseautage se poursuit en dîner assis ou debout dans l’espace affaires du stade Maurice-Dufrasne. Il est à noter que cette formule inédite est le fait d’institutions nées au XIXème siècle. Les chambres de commerce et d’industrie trouvent leurs origines officielles le 1 nivôse an XI (mercredi 24/12/1802) et le Standard a été créé en 1898. Mais comme le dit Alexandre Grosjean : notre démarche est prospective et anticipative (…) évitons de rester attentistes : nous préférons créer le futur plutôt que de le subir.

LIEGE Standard.png

       Début avril 2016, le CCI LVN sera, sous la tribune T3, dans ses nouveaux bureaux – de style Google c-à-d créatif – répondant au vœu de Bruno Venanzi qui a la volonté de développer l’extra sportif et de créer un pôle économique à Sclessin. Des fenêtres des bureaux du CCI LVN, la vue donne sur ce qui reste du terril verduré et, bientôt, sur le tram (11 ?).    

  

 (1) 1+1=11 - renseignements : Frédéric Van Vlodorp (fvv@ccilvn.be) Christophe Mausen (cm@ccilvn.be)

21:10 Écrit par Pierre André dans Actualité, Culture, Economie, Gastronomie, Liège | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg