lundi, 01 août 2016

L'Égypte en quête d'un Islam modéré.

LIEGE Armoirie Egypte.png

        La Constitution égyptienne du 15 janvier 2014 stipule en son article 2, l’Islam est la religion d’État. L’arabe est sa langue officielle. Les principes de la Charia islamique sont la source principale de la législation. Cependant, le gouvernement du président Abdel Fattah al-Sissi n’entend pas qu’un Islam extrémiste règne. Après que le nouveau régime a notamment réprimé – le mot est faible – l’organisation des Frères musulmans, le ministère des Waqfs (biens religieux musulmans) en juillet 2014 décide de fermer, la veille du Ramadan, un millier de petites mosquées et de n’autoriser l’accès aux minbars des mosquées, qu’aux seuls imams diplômés de l’université d’Al-Azhar. Le ministère des Waqfs veut en terminer avec les imams autoproclamés transformant les mosquées en tribunes politiques. En charge des mosquées, Mahmoud Abdel-Razeq déclare les mosquées ont été conçues pour l’adoration de Dieu et rien d’autre tandis que les milieux islamistes redoutent le monopole de l’État sur le discours religieux dont, par ailleurs, ils ne soucient guère de le voir dévoyé. Ils craignent également qu’au nom de la sécurité, le choix des imams autorisés se fassent sur des bases politiques.

        Dans une récente livraison d’Al-Arham hebdo, il est fait mention que Mohamad Gomaa,  ministre actuel des Waqfs, a décidé que dorénavant, le vendredi, dans les 150 000 mosquées du pays, les imams doivent lire un même sermon rédigé par les pouvoirs religieux. Le but a déclaré Mohamad Gomaa est de transmettre au monde le discours d’un islam modéré. Le sermon écrit est un pas en avant qui permettra par la suite de réformer le discours religieux ». Une commission composée outre des oulémas modérés d’Al-Azhar et des députés de la commission religieuse, de sociologues et de psychologues doit déterminer les thèmes et le texte des prêches.

        Il va sans dire que cette mesure ne fait pas l’unanimité des oulémas et des imams. Un membre du Front des oulémas d’Al-Azhar  - groupement de religieux basé au Koweït et sans lien institutionnel avec l’université Al-Azhar -, le fondamentaliste Mohamad Ouf résume son hostilité en trois points. Primo, partout en Égypte, chaque ville ou village a des problèmes différents de l’autre. Un certain village peut avoir un problème de vol, et donc, le sermon devra parler du vol. Alors qu’un autre village peut avoir des problèmes d’une autre nature. Secundo, le prêche a essentiellement pour rôle de guider la société et d’expliquer les enjeux des textes religieux en les rapprochant des problèmes quotidiens des gens. Le discours religieux doit aussi prendre en compte le niveau social et culturel de l’auditoire. Ainsi, il semble illogique d’imposer un discours unique à tous les musulmans. Tertio, Comment les gens pourront-ils avoir confiance en un imam qui lit son sermon en suivant des yeux un texte qu’il n’a même pas rédigé ? Tout au long de l’histoire de l’islam, les minarets ont connu maintes écoles de charia et de théologie religieuse. L’islam n’a jamais connu l’uniformisation et sa philosophie se base sur la divergence des points de vue et des interprétations. C’est ce débat qui donne à la religion le dynamisme nécessaire pour suivre les évolutions de la société.

        Tout à sa tâche de chercher à moderniser le discours religieux, le ministre des Waqfs s’en tient à sa position à l’égard du Front des oulémas d’Al-Azhar qu’il estime composé d’éléments extrémistes des Frères musulmans. Ceux qui ont laissé faire ces extrémistes ont trahi la religion et la patrie. Nous sommes actuellement à une période où l’on ne peut plus tenir le bâton par le milieu.

 

00:10 Écrit par Pierre André dans Actualité, Politique, Religion | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.