dimanche, 25 décembre 2016

Deuxième roman du Liégeois Jean-Charles Beaujean : "Les fleurs de SigirÎya"

 

LIEGE SIGIRIYA.jpg

        Premier roman paru, Le vacarme du silence a été nominé par les auditeurs de la radio publique au Prix Première RTBF 2013. Encourageant pour son auteur, le  Liégeois Jean-Charles Beaujean qui, en 2016, nous propose son second opus, Les fleurs de Sigirîya (1) Entretemps, écrivain prolifique, il publie aux Éditions Persée un recueil de nouvelles – Rêves de pipeau – et un de poésies – Les cahiers Pouchkine.

        Illustrée d’une peinture de Philippe Waxweiller, la couverture donne l’impression que Les fleurs de Sigirîya est un roman exotique. Il n’en est rien. Liège, Paris, Londres sont les lieux où se déroule l’essentiel du l’histoire. Sigirîya est l’endroit où le personnage central – Baron – se rend pour déposer un billet porte-bonheur dans une très légère fente rocheuse située exactement à l’endroit du pubis supposé d’une apsara et recevoir une fleur de lotus bleue destinée à son amour.

        Qui est Baron ? Plus exactement, il s’agit de Gérard Touffin, ancien légionnaire dans la trentaine bien engagée, que tout le monde appelle Baron pour des raisons qui ne seront expliquées ni maintenant ni plus tard. (…)  je ne fais rien de mes journées. Rien! Mais j’ai une excuse, je suis riche, fichtrement riche ! Plein aux as depuis le décès de mon oncle Georges, un homme fortuné dont je fus le seul héritier. En revanche, Baron est pianiste de bar la nuit. Pour tout le monde, je ne suis qu’un paumé, un artiste qui arrondit ses fins de mois en jouant quelques accords. Ça m’arrange parfaitement.

        L’action commence en août 2040. Dans la plupart des pays européens, des milliers de gens perdent tous les jours et sont contraints de revendre leur maison et leurs biens puisqu’on a aboli depuis vingt ans déjà tous les mécanismes de solidarité. (…) Il n’y a plus à proprement parler de classe moyenne. La plupart des gens vivent au jour le jour dans une espèce de précarité préétablie. Si la société est à la dérive, les personnages demeurent en quête de tendresse, de jalousie, de passion, de poésie, d’amour, de solitude, bref le lecteur s’y attache.

        Jean-Charles Beaujean excelle dans l’art du dialogue. Exemple : - c’est parfait, Mike. Ton idée d’avoir toujours une longueur d’avance pour ne pas se faire plumer, je la trouve géniale ! – Encore une chose, Baron…Tu ne m’as jamais dit  que tu es un ancien légionnaire, petit cachottier ! – Tu ne l’as jamais demandé. C’est dérangeant pour le show-business ?- Au contraire, mon jeune ami. Pour ton image de marque, c’est géant ! Tu n’imagines pas ! Je vois déjà l’article d’ici…Autre exemple : - Laisse-toi  faire, Fleur ! – Pas aujourd’hui, ce n’est pas sérieux… - Qu’est-ce qui n’est pas sérieux ? – Tous ces foulards et ces lacets par terre, ne me dis pas que …- Quoi, il y a un jour particulier pour t’attacher ?

        L’action se termine le 1er janvier 2043, à quatre heures précises du matin, Baron est papa d’une petite princesse qui s’appelle Aurore. Le roman s’achève le 1er janvier 2093 (…) Ce soir, Laure et moi, nous fêtons le cinquantième anniversaire d’Aurore, ma fille adorée. Un authentique roman d’anticipation …

LIEGE Sigirocher.jpgÎ

  • Les fleurs de Sigirîya - Éditions Persée – Jean-Charles Beaujean – ISBN 9782823116014 – 400 pages – format 156 x 234 - ebook 9€ 99 – papier  23€ 90

23:11 Écrit par Pierre André dans Actualité, Littérature | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.