dimanche, 12 février 2017

Mettre fin au boycott du tourisme en Tunisie et relancer la Charte d'Amitié et de Coopération entre Liège et Sousse.

 

TUNISIE Drapeau.jpg

 

      Moins de cinq ans après le coup d’État médical de  Zine el-Abidine Ben Ali opéré au détriment du leader historique, Habib Bourguiba - père de l’indépendance de la Tunisie – la Province de Liège et le Gouvernorat de Sousse signent en 1992 une Charte d’Amitié et de Collaboration. La dictature de Ben Ali empire d’année en année mais peu importe. En 2005, le 20 octobre, Georges Pire en charge des Relations Extérieures de la Province se réjouit de constater que les deux partenaires sont, en quelques sortes, « mariés » - si vous me permettez l’expression – depuis le 23 mars 1992. À la Toussaint 2005, désireux de faire souffler un vent de liberté démocratique au sein d’une dictature, les conseillers provinciaux socialistes emmenés par leur chef de groupe Gérard Georges prennent la direction de Sousse.

       17 décembre 2010, à Sidi Bouzid, une gifle d’une policière municipale Fédia Hamdi est le détonateur de la Révolution de la Dignité, la première des Révolutions arabes. Giflé, en butte aux tracasseries policières, le jeune (26 ans) Mohamed Bouazizi s’immole par le feu et meurt le 4 janvier 2011, ayant reçu le 28 décembre la visite du Président Ben Ali. La révolte contre la corruption et le chômage des jeunes grandit dans le pays, la police réprime – plus de 300 tués, plus de 2000 blessés -, l’armée demeure neutre et le 14 janvier  2011, Ben Ali  se réfugie à Djeddah, en Arabie Saoudite. Dès juin 2011, Paris à une Place Mohamed-Bouazizi. De l’avis du maire Bertrand Delanoé, Bouazizi est une figure emblématique qui, par son acte de résistance, symbolise le combat des Tunisiens pour la démocratie, la justice et la liberté. 

      Dès la Révolution de la Dignité enclenchée, le Service fédéral des Affaires étrangères – à l’instar des autres ministères européens des Affaires étrangères – prend  la décision de déconseiller aux Belgestous les voyages non-essentiels vers la Tunisie. Décision confirmée jusqu’aujourd’hui alors même qu’en 2015, le Prix Nobel de la Paix est accordé au Quartet du dialogue national avec la mention pour sa contribution décisive à l'édification d'une démocratie pluraliste en Tunisie. Ban Ki-Moon considère que ce prix est dédié à tous les Tunisiens qui ont commencé le Printemps arabe et François Hollande le prix prouve le succès de la transition démocratique en Tunisie.

      Contrairement à la position rigide de notre SPF Affaires étrangères, sur le site Diplomatie française - mis à jour le 19 janvier 2017 - il est écrit les ressortissants français résidant ou désirant se rendre en Tunisie, sont appelés à faire preuve de vigilance renforcée. Dans ses conseils aux voyageurs, la France distingue quatre stades : formellement déconseillé, déconseillé sauf raisons impératives, vigilance renforcée et vigilance normale. Depuis la menace terroriste, il est évident que la vigilance renforcée s’impose quel que soit le pays. La vigilance renforcée est devenue la norme.

      La classification française a le mérite de ne pas ostraciser tout un pays. La position belge aboutit à un boycott du tourisme en Tunisie. En effet, les tours opérateurs ont, dans un premier temps,  supprimé de leurs catalogues la destination Tunisie et aujourd’hui, Thomas Cook propose une cinquantaine d’hôtels répartis notamment à Djerba, Hammamet, Sousse, Zarzis. Or le tourisme est une activité vitale pour la Tunisie. En 2010, les recettes touristiques ont atteint 3 milliards et demi de dinars -  3.522,5  très exactement – pour tomber à 2.354,6 en 2015 soit une diminution d’un tiers. Et, selon la directrice de l’Office national du tourisme tunisien (ONTT) à Paris, Wahida Jaiet, la situation s’est encore dégradée en 2016 car sur le premier semestre 2016, la baisse de visiteurs européens est de -34 % par rapport à la même période en 2015. La Banque centrale tunisienne estime que la chute des recettes touristiques au premier trimestre 2016 a atteint 51,7 % par rapport à la même période en 2015.

 

TUNISIE Carte.jpg

    Lors de la visite officielle en Belgique du Président de la Tunisie, Béji Caïd Essebsi, le Comité de vigilance pour la démocratie en Tunisie a dénoncé le boycott belge du tourisme en Tunisie du ministre Didier Reynders. Cette attitude discriminatoire est non seulement injuste et inamicale, elle n’est nullement justifiée et elle est ressentie par le peuple tunisien comme une véritable punition d’un secteur entier de l’économie tunisienne qui risque d’avoir des conséquences désastreuses sur le processus démocratique dans notre pays. En liaison avec Tunisair et l’ONTT, le Comité de vigilance pour la démocratie en Tunisie organise, du 16 au 20 mars, un voyage de Solidarité avec la Tunisie (1) dont les objectifs sont la fin du boycott et la relance de la Charte d’Amitié et de Collaboration entre Liège et Sousse. Outre des entrepreneurs, des politiques, des médias, ce voyage est ouvert à la société civile et à toute personne qui entend manifester son amitié et sa solidarité avec ce pays si proche.

TUNISIE Sidi bou Said.jpg

(1) Programme : 16/3 et 17/3 Sousse – 18/3 El Jam, Hammamet, Tunis – 19/3 Bardo, Sidi bou Saïd – 20/3 retour. Renseignements et inscriptions : Nisrine Falah nisrine.falah@gmail.com ou  Fethi El Hadjali cvdtunisie@gmail.com  téléphone 0497 21 19 01. Prix : 325 €

19:37 Écrit par Pierre André | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

Commentaires

Bonjour à tous,
J'aimerai partager ce commentaire avec toutes les personnes qui comme moi, voudrait que le tourisme belge reprenne vie! Et qui comme moi, fera tout pour que ca se fasse! Alors ne baisser pas les bras! Tahya tounes!

Écrit par : Baouab | dimanche, 12 février 2017

Lu dans "La Presse" du 17/2/2017

CAïD ESSEBSI REÇOIT LE MINISTRE-PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION WALLONIE-BRUXELLES Volonté de renforcer la coopération.

Le président de la République, Béji Caïd Essebsi, s’est entretenu, hier au palais de Carthage, avec le ministre-président de la région wallonne et de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB), Rudy Demotte.

Selon un communiqué de la présidence de la République, Demotte a mis l’accent sur l’importance qu’accorde la Fédération au renforcement de la coopération avec la Tunisie, particulièrement dans les domaines académique et culturel.
A l’issue de l’entrevue, il a plaidé en faveur du renforcement de la coopération bilatérale et de la consolidation du partenariat entre les pays francophones, surtout que la Tunisie s’apprête à accueillir en 2020 le sommet de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

De son côté, le président de la République a réaffirmé la volonté de la Tunisie de renforcer la coopération et d’intensifier les échanges avec la Fédération Wallonie-Bruxelles, particulièrement en ce qui concerne les programmes d’enseignement supérieur et de formation professionnelle.

Écrit par : PIERRE ANDRE | vendredi, 17 février 2017

Les commentaires sont fermés.