vendredi, 26 mai 2017

Une 58ème édition pour un Festival de Théâtre, c’est rare. Pour celui de Spa, c’est l’heure d’un nouveau départ !

SPA Festival 17.jpg

     En 1999, Armand Delcampe qui avait fondé le Théâtre Jean Vilar à Louvain-la-Neuve prit la barre du Festival de Spa. Lui, homme de gauche, obtient en 2002 d’un Ministre libéral wallon intelligent Richard Miller, un contrat programme qui ne fut jamais revalorisé par les Ministres de la Culture bruxellois les Eric Tomas, Charles Picqué, Fadila Laanan et Joëlle Milquet. Nous avons démontré que la Wallonie qui devrait en toute équité recevoir dans le domaine des subventions localisables à l’art dramatique au moins les trois quarts des sommes réparties par la communauté française en obtenait moins d’un tiers. Cela ne suffisait pas à Madame Milquet qui en 2015 annonça la diminution des subsides au Festival de Spa comme au Théâtre Arlequin et à d’autres institutions wallonnes, dans une optique de fermeture pure et simple. Armand Delcampe s’opposa vivement à ces menaces et trop peu suivi par la majorité wallonne du Parlement de la Fédération Wallonie Bruxelles où les élus wallons majoritaires semblent avoir budgétairement la vocation d’être cocus et contents, il démissionna de la direction du Festival en décembre 2015. Cecile Van Snick qui avait pris le relais de sa direction du Théâtre Jean Vilar et partageait celle du Festival de Spa accepta de rester en place jusqu’en 2017 après qu’un successeur ait été trouvé. Un heureux évènement se produisit en avril 2016. Madame Milquet qui avait présidé le P.S.C. pour le transformer en CdH puis qui fut Vice-Première ministre fédérale avant de cumuler l’enseignement et la culture en communauté française se tira une balle dans le pied (ses pratiques dans la gestion de ses cabinets ministériels n’étant plus défendables par ses amis politiques eux-mêmes).

        Une Spadoise – Alda Greoli - a hérité de la Culture et les menaces sur le Festival de théâtre de Spa s’estompent. D’autant que, sous la présidence du Bourgmestre Joseph Houssa, un appel public a permis de trouver en 2016 un nouveau Directeur – Axel de Booseré - qui avec Cécile Van Snick cette année puis seul dès l’an prochain assume la responsabilité d’un Festival qui mérite d’être pérennisé .

Qui est Axel de Booseré ?

SPA Bosseré.jpg

                         Axel de Booseré qui aura 54 ans ce 3 Juillet, suivit les cours d’art dramatique du Conservatoire Royal de Liège puis il débuta sa vie professionnelle au sein du Théâtre du Carmagnole.

        Il collabora avec le Théâtre national dès 1992. En jouant d’abord dans Le partage de midi  de Claudel. Sa première mise en scène fut en 1994. celle de la toute première pièce écrite par Bertolt Brecht en 1918-19 et plusieurs fois remaniée ultérieurement : Baal le dieu de la fertilité pour les Cananéens, les Phéniciens et les Araméens au Proche-Orient. Avec deux autres Liégeois, Claude Fafchamps et Maggy Jacot il fonda en 1998 la Compagnie Arsenic  qui avait l’ambition sous un chapiteau mobile de servir un public populaire par des spectacles parfois fantastiques, souvent poétiques qui s’avérèrent à plusieurs reprises de grands succès : Dragon, Mac’Beth, Eclats d’Harms, etc.  En 2012 l’administratif  Fafchamps obtint la majorité au Conseil d’administration de l’A.S.B.L. pour licencier Axel de Booseré qui n’était pas d’accord de transformer sa compagnie en centre culturel, lieu d’accueil d’activité diverses. Maggy Jacot fut solidaire de de Booseré mais les subventions restèrent du côté de Claude Fafchamps qui n’en fit pas grand-chose.

        Axel de Booseré lui repartit de zéro, donne des cours de dramaturgie et de mise en scène à l’Ecole Supérieure des Arts Saint-Luc à Liège et refonda une nouvelle Compagnie : Pop Up Cie qui créa plusieurs spectacles marquants : un très politique Ubus (au pluriel car le dramaturge liégeois Jean-Marie Piemme ajouta un texte à celui d’Alfred Jarry) qui fut créé à Pilzen (ville jumelée à Liège) puis dans la Cité ardente avant d’être présenté à Mons quand s’y déroula en 2015 l’année de la capitale européenne de la culture. Axel de Booseré a aussi mis en scène pour Pop’Up Cie la pièce Alpenstock de Rémi De Vos qui sera reprise en fin de Festival de Spa. Axel de Booseré connaît bien celui-ci où il a souvent joué et mis en scène.

        Nous l’avions vu avec beaucoup d’intérêt lors d’une des représentations de La Vie de Galilée  montée par le Théâtre Jean Vilar. Ce dernier sera à nouveau présent, lui aussi en fin de festival, quand Armand Delcampe – de retour à Spa la tête haute après avoir été distingué par le Conseil communal unanime – rendra hommage à Jean Louvet le grand poète et dramaturge wallon du XXème et du début de celui-ci décédé en 2015.

        Axel de Booseré est un metteur en scène et comédien de grand talent et de longue expérience. Il s’est battu pour pouvoir grâce à des compagnies cohérentes monter des œuvres théâtrales de qualité. Liégeois, sa tasse de thé ne se partage pas avec l’establishment bruxellois. Ses options sont progressistes et il respecte ses grands prédécesseurs de Jean Vilar à Armand Delcampe. Bref, nous pensons qu’il réunit les conditions pour impulser un nouveau départ au Festival de Spa. Encore conviendra-t-il de le soutenir dans la prochaine difficile négociation d’un contrat programme, la Ministre ne semblant pas convaincue de l’absolue nécessité de répartir de manière fondamentalement différente les subventions localisables en Wallonie et à Bruxelles en commençant par inverser l’actuel un tiers-deux tiers.

        Ceci dit je vous renvoie au site http://www.festivaldespa.be pour la présentation détaillée du Festival 2017 et les modalités pratiques (en incitant les Liégeois à contacter nos amis les délégués du Festival que sont de très longue date, les très efficaces Françoise et André Bisschops au 04 343 31 91 ou par courriel : andre.bisschops@gmail.com)

Les 55 représentations de 26 spectacles

        Concluons en résumant les grandes lignes de ce 58ème Festival de théâtre de Spa. Du 11 au 21 Août 2017, soit en onze jours, cinquante-cinq représentations de vingt-six spectacles dont trois créations d’auteurs belges et deux spectacles importés de France se dérouleront en huit lieux. Une majorité d’auteurs francophones belges (dix-sept sur vingt-six) est à l’affiche qui comprend aussi de grands classiques comme Alfred de Musset (On ne badine pas avec l’amour) d’après Gustave Flaubert une adaptation de Bouvard et Pécuchet) ou bien encore du vaudevilliste Eugène Labiche (L’Affaire de la Rue Lourcine).

       Quatre œuvres contemporaines retiendront notre attention  Ces quatre oeuvres sont Alpenstock  de Rémi De Vos mis en scène par Axel de Boisseré et Maggy Jacot, Cercle, miroir et transformation  d’Annie Baker en spectacle inaugural au Théâtre Jacques Huisman le 11 Août 2017, Les filles aux mains jaunes de Michel Bellier et bien sûr Au fil de l’histoire de Jean Louvet, suivi de Tournée générale  qu’Armand Delcampe met en scène et interprète avec six autres comédiens. Et il y a bien d’autres événements dont la pièce de Jean-Pierre Doppagne,  J’ai faim qui contraste avec l’ironique Ripaille de Christian Dalimier, les deux spectacles des Baladins du Miroir (dont Le Roi Nu), les sonores BaetleJuice  et  Piletta ReMix, un théâtre d’objets  Ressacs, etc.... A quoi s’ajouteront animations et formations.

CONSULTEZ LE SITE ET LAISSEZ VOUS TENTER PAR UN MENU DIGNE DES CARTES DES MEILLEURS RESTAURANTS. À DÉGUSTER AVEC SAGESSE…..

Jean-Marie Roberti.

10:19 Écrit par Pierre André dans Actualité, Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

vendredi, 12 mai 2017

Un prof' comme en rêvent étudiantes et étudiants; le recteur Philippe Lesbroussart !

PhilippeLesbroussart.jpgportrait gravé par Joseph Delboëte, 1855

      Si, en 2017, les Universités de Liège et de Gand célèbrent le deux-centième anniversaire de leur fondation par Guillaume 1er, Roi des Pays-Bas, cela ne signifie pas qu’elles ont deux-cents ans d’activités. Ainsi, en 1830, les cours ont été suspendus d’octobre à décembre. Le lendemain de la révolution, on se trouva en présence de difficultés de toute sorte : on demandait à cor et à cri la réouverture des universités, dont les cours n'avaient pu recommencer, comme d'habitude, vers la fin de septembre (…) une interruption plus longue pourrait devenir préjudiciable aux intérêts de la jeunesse; on se contentait donc de pourvoir au plus pressé comme il est écrit dans une notice de la Biographie nationale (1). Notice consacrée à Philippe Lesbroussart qui remplit les fonctions d'administrateur général de l'instruction publique jusqu'en 1835, date de sa nomination à l'université de Liège dont il a été recteur en 1840-1841.

       Né dans la décennie de la Révolution française, il publie dans les journaux, à 13 ans, en 1794, une pièce en vers sur la mort de Marie-Antoinette, veuve de Louis XVI.  En 1810,  son  Poème des Belges est consacré telle une réussite. Lesbroussart possédait la langue française comme l'un des Quarante; familier avec les grands maîtres du style, il avait surpris tous leurs secrets; son oreille délicate ne pouvait souffrir la moindre discordance; la tournure la plus heureuse, la plus harmonieuse se présentait à lui naturellement, et cette élégance innée, ce purisme sans effort n'enlevaient à sa phrase ni la fermeté ni la dignité. Il se raconte même qu'à l'occasion d'une cérémonie publique, il se chargea de faire, à lui seul, tous les discours qui devaient être prononcés : excellent moyen d'éviter les redites ajoute Adolphe Quetelet (2), un de ses biographes.

    Sous le régime hollandais, Philippe Lesbroussart connait la prison durant un mois. Rédacteur au Courrier des Pays-Bas, il a commis un crime ; corriger un article déplaisant au pouvoir. La liberté de presse a encore du chemin à faire en ce temps-là. À la Révolution belge, il prend la tête d’une garde urbaine en charge d’assurer un minimum d’ordre. Lesbroussart s'était rallié de tout cœur au nouvel ordre des choses. Sa naïveté généreuse l'entraîna même plus d'une fois à exposer inutilement sa personne. C'est ainsi que, pendant les journées de septembre, il parcourut, armé, les rues de Bruxelles, oubliant la faiblesse de sa vue, au risque de se trouver en présence d'adversaires qu'il ne distinguait pas; il faillit un jour être tué à l'entrée de la rue Notre-Dame- aux-Neiges. Révolutionnaire, il entend en avoir l’air. Ce dont Adolphe Quetelet se moque gentiment : cet excellent homme, qui n'a jamais fait le moindre mal à personne, qui n'en a pas même eu la pensée, avait parfois, comme tant d'autres, la manie de paraître terrible. Ainsi, pendant les premiers jours de la révolution, il avait laissé croître sa barbe et traînait un grand sabre.  

      Désigné par le gouvernement provisoire aux fonctions d'administrateur général de l'instruction publique, on disait de lui qu'il administrait l'instruction publique comme on administre un malade; on se plaignait surtout de la décadence des études et des rigueurs officielles. Quoique étranger aux mesures décidées, il en assure l’exécution. Le 13 juin 1831, le gouvernement du Régent Érasme-Louis Surlet de Chokier le charge de rédiger un projet de loi organique de l’enseignement supérieur. Une commission examine le projet. Lesbroussart demandait une université unique, dont les facultés seraient disséminées dans le pays : la faculté des lettres à Louvain, celle des sciences à Liège, celle de droit à Gand et celle de médecine à Bruxelles. Le gouvernement tergiverse. Ayant reçu le projet en mars 1832, il le met en discussion, en 1834,  à la législature suivante  - après un nouveau passage par une deuxième commission – pour aboutir enfin au vote de la loi organique de l’enseignement supérieur du 27 septembre 1835.

   Faisant fi d’une sérieuse réduction de ses émoluments, Philippe Lesbroussart accepte la chaire de littérature française à l’Université de Liège. Ce fut une bonne fortune pour la jeunesse. Il joignit à son cours principal un cours d'histoire littéraire comparée qui a laissé des souvenirs. Il était aussi versé dans la connaissance de la plupart des langues modernes de l'Europe que dans celle des langues anciennes; il puisait partout à son gré, sans dépendre des traductions imprimées, ce qui donnait à son enseignement l'attrait piquant de la nouveauté, bien qu'il eût soin de proportionner ses leçons de manière à mettre surtout en relief les chefs-d'œuvre les plus connus. Son cours de littérature était remarquable par la finesse des analyses et par le choix heureux des rapprochements; en outre, le charme de sa diction suspendait les auditeurs à ses lèvres. En outre, à l’heure des examens, le professeur Lesbroussart est très embarrassé d’avoir posé une question se révélant ardue pour l’étudiant. Dans ce cas, sa bienveillance éclate, il oubliait à tout' instant son rôle d'examinateur et, soufflant officieusement les réponses, il faisait sourire l'auditoire et compromettait parfois la gravité du jury.

      En 1848, il sollicite l’éméritat. On le lui accorde otium cum dignitate et fort de ce repos dans l’honneur, il se retire dans sa famille à Ixelles où il décède, frappé de cécité, le 4 mars 1855. Ixelles l’a honoré et l’honore encore en lui dédiant une rue joignant la prestigieuse avenue Louise.

Logo Université de Liège.png

 (1) Biographie nationale – Tome XII – notice rédigée par Âlphonse Le Roy, délégué de la classe des lettres de l’Académie royale de Belgique.

(2) Annuaire de la Société des Douze – notice rédigée par Adolphe Quetelet.

17:30 Écrit par Pierre André dans Actualité, Histoire, Université | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

jeudi, 04 mai 2017

Un souhait démocratique et républicain : que la France vote dimanche comme à Liège !

 

FRANCE Intérieur.jpg

       L’initiative de l’Alliance Wallonie-France (AWF) consistant à demander à la population de la Province de Liège de participer à un vote consultatif sur le deuxième tour des élections présidentielles en France a rencontré encore davantage de succès qu’au premier tour. Près du double des suffrages ont été recueillis.

     Le mouvement En Marche l’a emporté par 62% 84 des suffrages exprimés. La candidate du Front national est créditée de 37% 16 soit en écart de plus de 25%. Les démocrates quelques soient leurs convictions rêvent d’un pareil score le 7 mai.

      Le succès d’Emmanuel Macron est plus net encore dans la Ville de Liège où il obtient 80% 29 des votes. Un score proche de celui de Jacques Chirac laminant, en 2012, Jean-Marie Le Pen par un 82% 21 rassemblant sur son nom, grâce au Front Républicain, 25 537 894 voix. Le succès recueilli à Liège doit beaucoup à la Macronmania qui flotte sur le campus du Sart-Tilman. Le leader de En Marche  y recueille 94% 80. Il ne faut pas désespérer des jeunes. Ils sont l’avenir.

       Après Liège, la Ville de Verviers vote Macron à 70% 13 suivi par Visé à 67% 60, Waremme à 65% 67, Huy 64% 77, Amay 61% 64, Hannut 61% 06. Dans la tranche des plus de 50% en faveur d’Emmanuel Macron, nous trouvons Aywaille (55% 26), Bomal (53%23), Herstal (52% 22) et Fléron (51% 39).

      Par ailleurs, confirmant le vote du premier tour en faveur de l’extrême-droite,  Hamoir, Yvoz-Ramet et Comblain-au-Pont apportent leurs suffrages à Marine Le Pen respectivement à 87% 12, à 60% 76 et à 60% 34.

      Si ce vote consultatif de l’AWF n’a nulle prétention scientifique, il apporte notamment certains éléments susceptibles de jouer dans la préparation des élections communales le dimanche 14 octobre 2018.

LIEGE France.jpg

19:13 Écrit par Pierre André dans Actualité, Europe, Media, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg