vendredi, 09 février 2018

Compagnie royale théâtre Arlequin : JE VEUX UN MAGRITTE

Veux Magritte.jpg

    En prologue de Je veux un Magritte, Fernand Darvil (Serge Swisen) avoue avoir volé un Magritte. Il explique son dilemme : doit-il le rendre ou le garder et en tirer parti ? Il consulte la salle : s’il le rend, il n’y pas matière à spectacle. À main levée, le public fait choix de savoir ce qu’il advient de le garder et donc aspire au spectacle.

    Heureux choix.  Écrite à quatre mains par José Brouwers, homme de théâtre, et Philippe Waxweiler, peintre, Je veux un Magritte est tout en finesse alliant séduction et réflexion. L’œuvre conçue par un artiste ne vaut que par sa valeur marchande, un monde où l’œuvre d’art n’a sa place que dans un coffre-fort. Séduisante est la compagne de l’antiquaire Charles de Lost (Fabian Nicolaï) en charge de vendre le Magritte dérobé,  Lucette (Catherine Ledouble) qui, tout au long de la pièce, propose son vin rosé. Séduisante est l’épouse de Fernand Darvil, Cécile (Marie-Josée Delecour) qui, tout au long de la pièce, entend se  distancer du vol du tableau.

    Le titre de la pièce Je veux un Magritte a posé problème à José Brouwers et Philippe Waxweiler. Si d’éminents juristes leur ont confirmé le droit d’utiliser le nom de Magritte dans le titre, les auteurs n’en ont pas moins redouté d’être traînés en justice. Or, comme le dit ironiquement José Brouwers : devant un tribunal, il vaut mieux être proxénète qu’artiste. Prudents, ils ont approché Charly Herscovici, président de la Fondation René Magritte et légataire universel depuis 1986, date de la mort de Georgette Magritte, veuve du peintre. Herscovici a autorisé le titre tout en interdisant de reproduire sur scène toute allusion visuelle à l’œuvre du peintre surréaliste.

    Créée en septembre 2017 à la Cité Miroir, Je veux un Magritte a fait salle comble tout au long de la vingtaine de représentations. Au mois de février, cette joyeuse comédie laisse la place à Cher trésor de Francis Veber (1) tandis qu’en mars, l’Arlequin propose – en création - L’évasion de Socrate, une comédie philosophique d’Armel Job. (2)

ARLEQUIN enseigne.jpg

  • 10, 16, 17, 23, 24 février, 20h30. Réservation : theatrearlequin.be ou au  04 223 18 18
  • 2,3, 9, 10, 17, 23, 24, 30, 31 mars, 20h30 et 11 mars, 15h. Réservation : theatrearlaquin.be ou au 04 223 18 18

18:15 Écrit par Pierre André dans Actualité, Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

vendredi, 02 février 2018

... à propos de la retransmission sur le net de la séance publique du Conseil communal.

    En suite de la publication du texte relatif à la retransmission sur le net de la séance publique du Conseil communal, la responsable de la Communication, Laurence Comminette nous adressé un aimable courriel qui nous a permis de corriger une erreur factuelle.

    Ce courriel nous le partageons avec notre lectorat :  Bonjour Pierre, Quelques petits éléments concernant ta publication sur la retransmission du Conseil: - la qualité de la retransmission, je ne partage pas ton avis et ça va à l'encontre des retours qu'on a qui sont très positifs.- Concernant liege.be, il y a eu deux choses: un petit souci au lancement où on a perdu quelques secondes et il semble par ailleurs qu'il y ait quelques personnes qui sont passées par le site et chez qui cela ne fonctionnait pas.  Ce qui tu le comprendras fait partie des aléas d'une première mais c'était très limité au niveau de l'impact: des échos qu'on a et des tests effectués pendant le live, cela ne concerne qu'un nombre très limité de personnes. - Il n'y a pas eu de retransmission sur Facebook néanmoins, les statistiques font état d'un pic de connexion à 800 et la moyenne s'est maintenue entre 250 et 300 selon le premier décompte. Belle journée.

    Ce courriel montre qu’à propos d’un même fait, la vision d’un communicant et la vision d’un journaliste professionnel  peuvent diverger. Ce qui est heureux. Lorsque les visions ne divergent pas, le journaliste a fait preuve de paresse en se contentant d’un copier-coller émanant du communicant.

    En ce qui concerne la qualité de la retransmission, celle-ci sur notre écran d’ordi, au début, a été entrelardée de  coupure de son et d’apparition à l’image  d’un quasi-cercle blanc. À plusieurs reprises, celui-ci a entouré le nez de noss Willy. Si l’image prête à sourire, ce n’est pas le but recherché ! Heureusement, nous n’avons été que quelques-uns à souffrir de ce désagrément qui s’est estompé au fil du temps.

    Actuellement, la vidéo liégeoise est disponible sur YouTube, mais point sur www.liege.be. Or, ce site est normalement le lieu où citoyennes et citoyens rencontrent les édiles communaux ainsi que tous les services administratifs de la Ville. 

    Liège n’est cependant pas la première ville de Wallonie à retransmettre les séances publiques du Conseil communal.  Mons le fait depuis octobre 2017 sur son site www.mons.be. Ainsi, la vidéo de la séance du 15 janvier 2018 est disponible jusqu’à la prochaine réunion du Conseil.  La publication de cette page officielle de la Ville de Mons a été vue 24563 fois. Pour mémoire, la population de Mons est d’environ 95000 personnes sans compter les shapiens et étudiants en kot. 

P1330028.JPG

© Francis Carlier

20:01 Écrit par Pierre André dans Actualité, Liège, Media, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg