jeudi, 26 mai 2016

Le Liégeois David Goffin en vedette dans le journal suisse Le Temps.

LIEGE Goffin.jpg

        Actuellement, le responsable des sports du journal suisse Le Temps, notre confrère Laurent Favre couvre  Roland-Garros. Quoi de plus normal mais il le fait d’une manière inhabituelle, selon la méthode imaginée par le réalisateur suisse Jean-Luc Godard. Celui-ci, en 2007, dans un entretien à L’Équipe a été d’avis que la meilleure manière journalistique de rendre compte d’un tournoi de tennis est de prendre un joueur inconnu qui dispute le premier tour, le suivre jusqu’à ce qu’il perde, puis poursuivre avec son vainqueur, et ainsi de suite jusqu’à la finale.

        Cette année donc, Le Temps applique le projet Godard. Il a choisi  de suivre en premier les exploits du Français Grégoire Barrière. Celui-ci battu par le Wallon David Goffin, c’est notre compatriote qui est à l’honneur dans l’édition de ce matin du journal suisse de référence. Notre souhait est qu’il le reste le plus longtemps possible.  

        L’article – cinq minutes de lecture - a pour titre David Goffin, dans l’antichambre des stars du tennis. En voici, un extrait : La proposition du Temps de l’accompagner jusqu’au bout de «son» Roland-Garros le décontenance un peu («Vous voulez vraiment me suivre partout?») autant qu’elle le flatte. La Suisse, c’est le pays de Roger Federer. Son idole de jeunesse. David Goffin avait douze ans l’année du premier sacre à Wimbledon. «Dans ma chambre, j’avais des posters de Federer tellement énormes que je n’avais pas la place de les punaiser correctement.» Il en est resté quelque chose, une fluidité, une élégance, un toucher.

Physiquement, David Goffin ressemble à un mélange de Claude François jeune (pour l’énergie) et de l’acteur Benoît Magimel (pour le contraste entre la blondeur et le regard bleu acier). Dans le players' lounge, sa silhouette plutôt fluette (1m80, 68 kg) le distingue des gros bras. Nous le retrouvons mercredi en début d’après-midi. Toujours vêtu de son survêtement bleu, il vient de se restaurer après s’être entraîné une heure au stade Jean Bouin avec l’Autrichien Dominic Thiem. «C’était très soutenu, parfois intense, comme toujours avec Dominic», détaille-t-il.

10:43 Écrit par Pierre André dans Actualité, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

samedi, 22 août 2015

Sur la rive gauche, la Terrazza Martini temporaire, sur la rive droite deux terrasses permanentes, à Li P'tite Couhène et La Taverne des Vennes.

        La météo prévoit du soleil ce dimanche à Spa-Francorchamps. Comme dans la dernière décennie du 20ème siècle, les supporters allemands se sont déplacés en masse au temps de la splendeur de Schumacher, cette année, on attend une déferlante néerlandaise autour du circuit ardennais venue soutenir leur compatriote Max Verstappen, âgé de 17 ans. Rien n’est joué entre l’écurie Mercedes-AMG et la Scuderia Ferrari d’autant que les pilotes de Williams Martini Racing sont susceptibles de jouer les trouble-fête.

       Jeudi soir, à la soirée VIP organisée à la Terrazza Martini, Valtteri Bottas et Felipe Massa n’ont rien révélé de leur boulot dominical  Jeudi soir, le boulot a été promo de Martini sans possibilité de poser des questions ou de se faire photographier avec eux. Connue pour sa gioia di vivere  (joie de vivre italienne), Martini – et sa Terrazza temporaire – fait découvrir l'univers de la F1 dans quatre villes de Grand Prix. Liège a été choisie pour installer Boulevard Frère-Orban, en bord de Meuse l'impressionnante terrasse, à l’accès gratuit  vendredi 21 et samedi 22 aoûtet l'on y sert aux non-VIP un mélange irrésistible de cocktails à base de … Martini !

LIEGE Terrazza.jpeg

        Mais si cette Terrazza en rive gauche est temporaire, sur la rive droite, il est deux établissements qui offrent, en tout temps, le charme de leurs terrasses. L’un, La Taverne des Vennes (1) située au milieu du Boulevard de l’Automobile, sur la petite place aux catalpas, l’autre Li P’tite Couhène (la petite cuisine) (2) au bout de ce même boulevard, à l’ombre de la Médiacité.

        La Taverne des Vennes est un établissement populaire comme le quartier en a compté beaucoup lorsque des industries tel Cuivre et Zinc y ont prospéré.  La Taverne des Vennes, c'est un microcosme qui permet de rêver a écrit notre confrère Jean-Pierre Keimeul. Les habitués occupent le zinc. Aux murs, des reproductions de l'exposition universelle de 1905. Un des rares établissements à y être vraiment attentifs. Cela garde le cachet d'une vieille brasserie. Dans le vaste jardin fleuri, à l’arrière, Marcus mitonne une petite restauration chaque midi du lundi au vendredi, tandis que le patron, Charlie met à la disposition de sa clientèle un barbecue et une piste de pétanque. Derrière le comptoir, officie notamment  la jolie Joanna, à l’accent du français de Beyrouth.

LIEGE Ista.jpgGeorges Ista, journaliste, militant wallon

        Li P’tite Couhène est la seule enseigne commerciale de la rue d’Harscamp en forme d’un gigantesque sachet de frites. Éric les prépare et le sert dans des cornets tels qu’utilisés au temps où les fritures s’appelaient, comme Georges Simenon l’écrit dans Mémoires intimes, encore fritures et non friteries !

        Attenant au comptoir est le restaurant qui donne accès à une belle terrasse arborée de vignes et de figuiers. L’Eden en pleine ville. La carte est courte, gage de qualité, auquel s’ajoutent deux suggestions hebdomadaires. L’une propose un tour de monde sous forme d’hamburger, les USA avec sauce BBQ maison, bacon, cheddar, laitue, tomates, l’Italie avec  mozzarella, tomates séchées, pesto, roquette, olives, la Grèce avec tzatziki, tomates séchées, feta, olives noires.

        Les autres suggestions hebdomadaires ? Variées telles salade César (blanc de poulet, romaine, parmesan, bacon...), anneaux de calamars et salade grecque, filets de rougets, légumes du Sud grillés et boulghour, bœuf bourguignon, médaillon de porc aux deux pommes, sauce crémeuse au cidre, filet mignon de porc miel-gingembre. L’eau à la bouche. Voisine à Media rives, la RTBF a fait de Li P’tite Couhène une de ses cantines. Mojito, sangria, splitz sont préparés maison. En prime, à l’issue du repas, le patron Éric offre toujours un péket au melon, un régal !

        Inutile de le dire - mais cela le vaut bien - que tant à Li p’tite couhène qu’à La taverne des Vennes, les prix sont ultra-démocratiques.

(1)   La Taverne des Vennes, place Georges Ista 17, tél. 04.343.91.47. Ouvert 7 jours sur 7, www.tavernedesvennes.be

(2)   Li P’tite Couhène, rue d’Harscamp 48, GSM 0492 639 514. Ouvert du mardi au samedi de 11h30 à 21h00.

10:22 Écrit par Pierre André dans Actualité, Gastronomie, Loisirs, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

dimanche, 28 juin 2015

Le cotè Janus de Jean-Michel Saive.

AZERBAIDJAN Bakou.jpg

        Les premiers Jeux européens se terminent ce soir à Bakou, capitale d’un pays asiatique, l’Azerbaïdjan, une des républiques qui ont formé jusqu’à 1991 l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques. Le pays organisateur a pris en charge tous les frais nécessités par cette première. Selon notre confrère Le Canard enchaîné  (24/6) : chaque comité olympique national a même reçu une obole de 55.000 euros sa participation.

BELGIQUE Comités olympiques.jpg

        Basée à Rome, l’Association des Comités olympiques européens (EOC) regroupe cinquante comités tous affiliés au Comité International Olympique (CIO) basé à Lausanne. Le CIO attribue notamment la responsabilité ses Jeux Olympiques dont les prochains se déroulent, en 2016, à Rio de Janeiro et ceux de 2024 à Paris peut-être… L’EOC a une vision relativement large de l’Europe en y incluant l’Arménie, l’Azerbaïdjan, Israël, la Turquie.

BELGIQUE Saive.jpg

        Le Wallon Jean-Michel Saive – 7 participations aux Jeux Olympiques – a pris part aux Jeux européens. Une présence très significative puisque double. Jean-Michel Saive, sportif pongiste est également membre du conseil exécutif de l’Association de l’EOC, au titre de la commission des athlètes, dont il est le président. Une situation assez comique comme il l’a confié à nos confrères de Francs Jeux (17/6). J’ai été très pris par mon rôle de membre du conseil exécutif de l’EOC. Réceptions, dîners… En costume, donc. (…) Puis j’ai basculé dans mon statut d’athlète pour m’entraîner et préparer mon match.

        Bon client pour la presse car il dit ce qu’il pense – et il a pensé avant de le dire – Jean-Michel a répondu sur une page entière de L’Écho (27/6) dans une rubrique intitulée Questions d’argent. D’emblée, il précise : ce n’est pas parce que je suis connu que je dois tout faire gratuitement. Il avoue ensuite : jadis, j’avais des Fortis (…) Pour ceux qui n’y connaissent pas grand-chose, pas facile de savoir à qui se fier ! À l’époque, j’achetais même L’Écho (…) Aujourd’hui, on me dit que j’ai un profil très défensif.

 

19:49 Écrit par Pierre André dans Actualité, Europe, Media, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

vendredi, 18 juillet 2014

53eme TOUR DE LA PROVINCE DE LIÈGE : Wout VAN AERT l'emporte! Un nouveau cannibale est-il né ?

        Un nom émerge du 53ème Tour de la Province de Liège Wout VAN AERT. Non seulement il remporte en solitaire la dernière étape – Seraing-Seraing 140 km 500 – en 3h 34 minutes 36 secondes à la moyenne horaire de 39 kms 282 mais de surcroit il endosse à l’issue d’une épreuve passionnante – excusez du peu – le maillot jaune, le maillot vert, le maillot à pois et le maillot bleu. En d’autres temps, la presse l’aurait appelé le cannibale !

       Sur les dix reliefs de la journée, Wout VAN AERT triomphe dans les deux derniers. La chaleur a été telle que 52 coureurs sur les 140 au départ ont abandonné. Le 53ème Tour de la Province de Liège est terminé. L’Union cycliste de Seraing sous la présidence de Jean Mathy entame les préparatifs du 54ème Tour de la Province de Liège.

 

21:58 Écrit par Pierre André dans Actualité, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

jeudi, 17 juillet 2014

53eme TOUR DE LA PROVINCE DE LIÈGE : qui sera maillot jaune demain soir? Le suspense est maintenu !

         La quatrième étape du 53ème Tour de la Province de Liège – Engis-Engis – a été remportée, au sprint, par Jef VAN MEIRHAEGHE  qui a parcouru les 151 km 900 en 3h 27 minutes 31 secondes soit une moyenne horaire de 43 km 919.

        Wout VAN AERT conserve le maillot jaune avec 10 secondes d’avance sur le deuxième Mike TERPSTRA. Le suspense est maintenu jusqu’à la dernière étape qui se déroule demain vendredi de Seraing à Seraing. Wout VAN AERT est également titulaire actuellement du maillot à pois, du maillot bleu du meilleur jeune.

        À l’exception de la Côte des Forges et celle de Villers franchies toutes deux en tête par Klaas SYS, les six reliefs de l’étape ont connu des vainqueurs différents. La Côte d’Hallembaye est dévolue à Marcel MEISEN, la Côte de Richelle à Rob RUIJGH, la Côte de Raftay à Dimitri CLAEYS et la Côte de Yernée échoit à Mike TERPSTRA. Wout VAN AERT est titulaire du maillot à pois avec 38 points d’avance sur Klaas SYS.

 

19:28 Écrit par Pierre André dans Actualité, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

mercredi, 16 juillet 2014

53eme TOUR DE LA PROVINCE DE LIÈGE : le nouveau maillot jaune Wout VAN AERT domine !

         La troisième étape du 53ème Tour de la Province de Liège – Amel (Amblève)-Amel – a été remportée par Wout VAN AERT qui a parcouru les 142 km 400 en 3h 19 minutes 12 secondes soit une moyenne horaire de 42 km 892. Il endosse le maillot jaune avec 10 secondes d’avance sur le deuxième Mike TERPSTRA. Quant au précédent porteur  du maillot jaune – Mathieu VAN DER POEL – il se classe 74ème au général à 8 minutes 31 de son successeur.

       Fertile en reliefs, la troisième étape a été littéralement dominée par Wout VAN AERT. Signal de Botrange, Côte de Hockay, Côte du Circuit, Côte de Mont le Soie, Côte de Saint-Vith, Côte de Meyrode, autant de sommets franchis en tête par Wout VAN AERT. Inutile de dire quel est le détenteur du maillot à pois avec 35 points d’avance sur le deuxième Mathieu VAN DER POEL.

       Demain jeudi, avant-dernière étape du 53ème Tour de la Province de Liège – Engis-Engis – avec 150 coureurs au départ.

22:12 Écrit par Pierre André dans Actualité, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

mardi, 15 juillet 2014

53eme TOUR DE LA PROVINCE DE LIÈGE : l'étape Burdinne-Burdinne annulée!

        La deuxième étape du 53ème Tour de la Province de Liège Burdinne-Burdinne a été annulée. Un communiqué du Collège des commissaires en précise les raisons :

Sur décision de l’escorte de police, la course a été neutralisée consécutivement au manque de signaleurs sur le circuit local.

Étant donné l’impossibilité de reprendre le départ, le collège des commissaires a décidé d’annuler l’étape.

Les classements de la montagne, des sprints intermédiaires ainsi que le sprint volant s’étant déroulés normalement, ces résultats sont acquis.

        Au sommet de la côte de Modave, Gregory FRANCKAERT est passé en tête, au sommet de la Côte de Bonsgnée, Ludovic ROBEET est passé en tête tout comme il l’a fait au sommet de la côte de Stockay. Wout VAN AERT est le leader actuel du classement général des reliefs.

       Demain, mercredi, Mathieu VAN DER POEL prend le départ de la troisième étape revêtu du maillot jaune.

 

 

21:46 Écrit par Pierre André dans Actualité, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

lundi, 14 juillet 2014

53eme TOUR DE LA PROVINCE DE LIÈGE : Mathieu VAN DER POEL, maillot jaune.

        La première étape du 53ème Tour de la Province de Liège – Wanze-Wanze 142 km 8 – a été remportée par Mathieu VAN DER POEL en 3h 09m 1seconde soit à la moyenne horaire de 45 km 329.

        Mathieu VAN DER POEL s’est classé premier au sommet du Mur d’Amay et de la Côte du Moulin et troisième derrière Wout VAN AERT, premier au sommet de la Côte de Wanze.

        Ce mardi, Burdinne- Burdinne avec les 160 coureurs encore en course.

 

18:33 Écrit par Pierre André dans Actualité, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

lundi, 07 juillet 2014

Le Tour de France de retour à Liège ...

Avant la fin de la législature, le Tour de France reviendra à Liège a déclaré le député provincial Robert Meureau en charge des Sports. Quand ? L’année n’est pas fixée, les tractations sont en cours. Vraisemblablement en 2016 ou 2017. Cette déclaration  - une incise – dans la présentation du 53ème Tour de la Province de Liège (TPL) qui commence, cette année, le jour de la Fête nationale française.

Dans sa mission de développer les compétitions de sport de haut niveau, il est donc tout naturel que le Province de Liège s’associe à l’Union Cycliste Seraing pour soutenir une course cycliste, créée en 1962, qui regroupe aussi bien les espoirs internationaux que les élites sans contrat.

L’UC Seraing que préside Jean Mathy organise le TPL en cinq étapes couvrant près de 740 Kms. Quatre communes participent pour la première fois au TPL en qualité de ville-étape : Wanze (14 juillet – 142,8 Kms), Burdinne (15 juillet – 161,2 Kms), Amel mieux connu parmi les francophones sous le nom d’Amblève (16 juillet – 142,4 Kms), Engis (17 juillet – 151,9 Kms). La dernière étape est naturellement Seraing (18 juillet – 140,5 Kms).

Les difficultés ne manquent pas pour les coureurs du TPL qui doivent escalader 27 cotes dont le mur d’Amay, la Haute Levée, les Forges, le Signal de Botrange, etc.

 

21:59 Écrit par Pierre André dans Actualité, Sport | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

lundi, 23 juin 2014

Coupe du Monde : vae victis

        Liège 28 a ses bureaux sur une avenue liégeoise. Ses voisins sont charmants. L’un d’eux a arboré au début du Mundial trois drapeaux ; un belge, un marqué du signe du diable et un portugais. Lors des précédents tournois tel l’Eurofoot, seul ce dernier orne sa fenêtre. Il demeure sa place tout au long de la compétition.

        Mais, à ce Mundial, le pavillon portugais a disparu dès avant-même que l’équipe lusitanienne ne soit éliminée. Les Diables rouges ont désormais un nouveau supporter exclusif !

15:34 Écrit par Pierre André dans Actualité, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

dimanche, 22 juin 2014

Coupe du Monde : La mondialisation racontée par le ballon !

        Ce dimanche 22, à 18 h, tant dans le Royaume de Belgique qu’en République française et en bien d’autres pays, tous les habitants – ou quasi tous – vont avoir les yeux rivés sur les écrans, petits ou grands, de la TV. À la même heure, soit 13h, à Rio de Janeiro, dans le stade mythique Macarena, notre Reine Mathilde en compagnie de son mari va regarder le match au cours duquel les bons Diables Rouges de Marc Wilmots (ancien sénateur MR) vont s’efforcer de battre les joueurs russes du méchant Vladimir Poutine.

        L’hystérie qui entoure la deuxième Mundial se déroulant au Brésil – le premier s’y est tenu du 24 juin au 16 juillet 1950 en phase finale de la Question royale en Belgique – mérite d’être contée car elle met en cause deux Liégeois et un Brésilien d’origine belge. Un livre d’Antoine Dumini et François  Ruffin  Comment ils nous ont volé le football (1) narre cette aventure dont nous vous présentons quelques extraits.

        « …en 1990, lui joue au FC Liège et souhaite partir à Dunkerque, en deuxième division. Pas franchement le transfert du siècle. Mais son club s’y oppose. Le footballeur attaque alors devant la Cour de justice des communautés européennes. Cinq ans plus tard, le 15 décembre 1995, les juges condamnent la réglementation de l’UEFA comme « entravant les principes de libre circulation à l’intérieur de l’espace communautaire »… »

        Son avocat liégeois, maître Luc Misson dont la réputation internationale est désormais acquise, a justement argumenté pour faire triompher l’idéal de Jean-Marc Bosman « Je voulais la libre circulation des joueurs en Europe. Le football est une activité́ économique et pas une exception sportive comme l’UEFA et la Fifa se plaisent à le dire. Ce que j’ai offert avec cet arrêt c’est du travail pour tout le monde ».

        « L’Europe fait alors sauter une barrière protectionniste : les clubs peuvent, désormais, recruter autant de joueurs étrangers qu’ils le souhaitent. À condition qu’ils soient originaires d’un pays de la CEE. Même cette ultime restriction est contournée avec des procédures de double nationalisation, ou de lointaines ascendances nationales, ou des accords bilatéraux.(...) Sepp Blatter avait beau déclarer, en juin 1999, que « le football doit revenir à la situation antérieure à l’arrêt Bosman », aucun signe de changement à l’horizon.
Tout ça parce qu’un Belge rêvait de vivre à Dunkerque. »

        « (…) Depuis l’arrivée de João Havelange à la tête de la Fifa, lui qui fut, pour la libéralisation du ballon rond, l’équivalent d’une Thatcher ou d’un Reagan... (…) La Fifa adapte le football à la télé, prête à tout pour satisfaire les chaînes. Lors du Mondial 1986 au Mexique les joueurs, et à leur tête Maradona, se plaignent : les matches se jouent à midi sous un soleil de plomb. Le goal allemand, Harald Schumacher raconte : Je transpire. J’ai la gorge sèche. L’herbe est comme de la crotte sèche : dure, étrange et hostile. Le soleil tombe à pic sur le stade et éclate sur nos têtes. Nous n’avons pas d’ombres. Il paraît que c’est bon pour la télévision.  Avec le décalage horaire, midi à Mexico, c’est le prime time en Europe. « Qu’ils jouent et qu’ils la ferment », ordonne João Havelange, le président de la Fifa. Qui encaisse les gros chèques : les droits TV pour les Coupes du Monde flambent, de 30,5 millions d’euros en 1986, ils atteignent 907,8 millions en 2002 et 2 100 millions en 2010... Soit une hausse d’environ 6285 % en moins de quinze ans. »

        « (…) L’Afrique est un vivier de joueurs. C’est ici que se trouvent les futurs champions des clubs européens. » (2) » Comme n’importe quelle entreprise, l’industrie du football sait à l’occasion pratiquer la délocalisation du recrutement. « Car produire un footballeur coûte cher : il faut le nourrir, le loger, l’entraîner, pendant des années, un coût moyen de formation évalué à 114 619 € par an et par joueur, d’après un rapport du Sénat (3). Surtout, quel taux de déchets ! »

        Les prochaines Coupe du Monde de football vont avoir lieu en Russie en 2018 et au Qatar en 2022. Ce qui réjouit l’ancien journaliste Jérôme Valcke devenu secrétaire général de la Fifa. Comme le précise le livre Comment ils nous ont volé le football : « Un moindre niveau de démocratie est parfois préférable pour organiser une Coupe du monde, déclare-t-il ainsi. Quand on a un homme fort à la tête d’un État qui peut décider, comme pourra peut-être le faire Poutine en 2018, c’est plus facile pour nous les organisateurs qu’avec un pays comme l’Allemagne où il faut négocier à plusieurs niveaux. »

 

(1)    Comment ils nous ont volé́ le football, de Antoine Dumini et François Ruffin, Fakir Éditions, 120 pages, 6 euros (+2€ de frais de port)

(2)    En 1957, le club liégeois du Standard acquiert le premier joueur noir en provenance du Congo belge, Paul Bonga-Bonga sur proposition d’un journaliste sportif. Dans un premier temps, les supporters le surnomment Blanchette puis rapidement Bopaul.

(3)    Rapport d’information n°484 (2013-2014) du 29 avril 2014 – par M. Stéphane Mazars, fait au nom de la Mission commune d’information sur le professionnel et les collectivités territoriales.

15:11 Écrit par Pierre André dans Actualité, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

mercredi, 18 juin 2014

Coupe du Monde : les supporters algériens gardent le moral ...

        A l'issue du match Belgique- Algérie, commentaire du journal algérien El Watan : Après la prestation d’hier, les Verts ont le droit de nourrir beaucoup de regrets. Il y avait de la place pour un exploit. Il n’est pas venu. Mais cela n’enlève en rien aux mérites des joueurs. Mention spéciale au gardien Rais M’bolhi, auteur d’une remarquable prestation… et pas devant n’importe qui : Hazard, Lukaku, De Bruuyne, Mertens et Fellaini ne sont pas les premiers venus. A présent, il faut battre la Corée du Sud le 22 juin pour rester dans la course à la qualification au tour suivant.

17:49 Écrit par Pierre André dans Actualité, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

mardi, 17 juin 2014

Coupe de Monde : 40 millions d'Algériens sont convaincus que leur équipe gagnera, 10 millions de Belges sont convaincus du contraire !

        Match en Coupe du Monde Belgique-Algérie à 17h (heure algérienne), à 18h (heure belge), à 13 h (heure de Belo Horizonte - Brésil). 

         Selon le journal algérien El Watan de ce mardi, c’est le grand jour pour les Verts. Cet après-midi, les camarades de Halliche affronteront l’une des meilleures équipes du tournoi, venue au Brésil avec l’ambition de coiffer au poteau les habitués de la compétition. (…) Ce qui est sûr, c’est que l’Algérie s’est toujours bien comportée face aux têtes de série à chacune de ses participations à la fête footballistique mondiale.

        Jamais l’équipe nationale n’a abordé un Mondial avec autant d’ambition. (…)  les cœurs de 40 millions d’Algériens battront uniquement pour les Verts. Les Algériens sont avides de voir leur équipe gagner un match, sachant que la dernière victoire des Fennecs remonte à… 32 ans, un certain Algérie-Chili (3-2) à Oviedo, au Mondial espagnol. (…)

        L’important, aujourd’hui, est de voir la sélection nationale passer cet écueil du premier tour qui est devenu presque une obsession. Vahid Halilhodzic, le sélectionneur national, est plus que jamais optimiste. Pour contrer la redoutable machine offensive des Diables rouges, le Bosnien devra renforcer son arrière-garde en défendant en bloc. C’est pour cette raison qu’il devra reconduire son système de jeu fétiche, le 4-1-2-3. (…) Vahid Halilhodzic estime qu’avec un tel schéma tactique, l’équipe peut imposer un rythme de jeu élevé et provoquer l’adversaire par des contres rapides. Lorsque l’on dispose de joueurs comme Mahrez, Feghouli et Soudani, alors que d’autres de même niveau (Brahimi, Ghilas et Slimani) se trouvent sur le banc des remplaçants, on peut dire que l’équipe nationale possède de réels atouts pour bousculer les meilleures défenses du monde.

14:33 Écrit par Pierre André dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

jeudi, 12 septembre 2013

Foot business : enquête sur une omerta, une émission de France 2 où il est (beaucoup) question du Royal Standard Liège.

y.jpg

Elise Lucet 

       Ce vendredi 13 septembre à 2h15, tous les supporters du Royal Standard Liège – et les autres également – ont intérêt à se brancher sur France 2 pour assister à la rediffusion de l’émission Cash investigation titrée Foot business : enquête sur une omerta.

        En résumé, France 2 présente, en ces termes, la dite émission : Le football, sport le plus populaire au monde, est un marché des plus lucratifs. Dans l'économie française, il engendre cinq milliards d'euros de chiffre d'affaires, et jusqu'à 400 milliards d'euros par an au niveau mondial. Dans l'ombre, les agents de joueurs, des personnages plus discrets, empochent des commissions, sans réel contrôle. Quel rôle ces nouveaux acteurs du football jouent-ils ?

        Les supporters du Royal Standard Liège - et les autres également - retrouveront avec plaisir Eliaquim Mangala transféré au FC Porto et devenu propriété pour un tiers d’un groupe minier extracteur d’uranium et de cuivre. Ce groupe a investi  2.647.059 € pour acquérir les droits économiques du l’ancien Standardmen. Somme sur laquelle un Liégeois a perçu 10 % au travers d’une société britannique. L’équipe d’Élise Lucet a tenté de poser une question à ce Liégeois. Il en est résulté une course poursuite dans les rues du centre de notre ville. Une image ahurissante, tragique, comique. Rastapopoulos  poursuivi par Tintin…selon le Canard Enchaîné de cette semaine.

       Réactions de téléspectateurs à l’issue de la première diffusion  mercredi : Un vrai reportage avec de vrais journalistes. Un vrai sujet d'investigation avec de vraies réponses ou Chapeau à l'équipe pour ce super reportage qui ose nous montrer la face cachée du football !! Ou bien encore Excellent !!! Un reportage génialement bien fait qui démontre si certains en doutaient encore, que les instances footballistiques complètement vérolées par la cupidité de ses dirigeants des financiers et des vautours de tout poil, ont définitivement enterré la noblesse et l'esprit du sport. Et en plus traité avec cette pointe d'humour et d'impertinence qui fait qu'on vous en redemande. Ravi de payer ma redevance pour que de tels morceaux existent. Bravo à Elise Lucet et son équipe.

       Pour des questions de droits, Cash investigation n’est pas disponible dans notre Royaume sur Revoir de France 2. Alors, regardez et enregistrez … cette mine d’informations !

10:22 Écrit par Pierre André dans Actualité, Economie, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

dimanche, 02 juin 2013

Etre supporter

        La sortie nationale de film Je suis supporter du standard  est prévue le 5 juin. Néanmoins, la presse internationale s’y intéresse déjà. Ainsi Le Canard enchaîné dans sa chronique Les films qu’on peut voir cette semaine est très positif.

       On peut notamment y lire : Cette sympathique comédie belge, écrite, réalisée et interprétée par Riton Liebman, repose en grande partie sur sa verve et son abattage. Mais sa vision du foot comme une addiction est savoureuse, d’autant qu’elle mène à la création des Footballistiques anonymes.  


14:18 Écrit par Pierre André dans Actualité, Cinéma, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

vendredi, 22 mars 2013

Liège et les jésuites ...

Jésuite.jpg

       En 1534, Igato de Loyola fonde la création de la Confrèrie de Jésus. Moins de cinquante après, des jésuites donnent des cours à Liège. En 1586, une bulle papale autorise l’érection officielle d’un collège des jésuites wallons. Cela dure jusqu’en 1773. Cette année-là, le pape Clément XIV ordonne la suppression pure et simple des jésuites.

       Un petit saut dans l’histoire.  Nous sommes en 1828. Un prêtre séculier Robert Julliot installe une école au Fond Saint-Servais. Très naturellement, l’école s’appelle Ecole Saint-Servais d’autant plus naturellement que cet évêque de Tongres a choisi de s’installer à Maastricht, ville hollandaise tout comme Liège l’est en 1828.

       Dix ans plus tard, Liège a une nouvelle nationalité. Elle est Belge. Les jésuites sont de retour. Ils reprennent l’école Saint-Servais édifiée sur un terrain situé 92 rue Saint-Gilles. Il s’agit de la première institution liégeoise d’enseignement secondaire réservée aux garçons. La mixité fait son apparition quelques cent cinquante plus tard – le 1er septembre 1992 – par la création du Centre scolaire Saint-Benoît-Saint Servais, fruit du rapprochement de Saint-Servais et l’école abbatiale Paix Notre Dame. Cette école abbatiale, les Liégeoises (et les Liégeois… ) la connaissent mieux, depuis 1797, sous le nom les Béné !

       Ce week-end, les festivités du 175ème anniversaire de Saint-Servais commencent. Le programme complet se trouve www.arsbss.be . Parmi les faits marquants durant ces 175 ans, il y a eu en 1898, la création par les étudiants de Saint-Servais d’un club de football, le Standard.  Le dimanche 24 mars, à 17 h, est prévu une grande vente aux enchères de maillots dédicacés par des sportifs de renom dont des joueurs du Standard. Le bénéfice sera partagé entre les Iles de Paix et une association d’éducation argentine.    

12:41 Écrit par Pierre André dans Actualité, Histoire, Religion, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

samedi, 03 novembre 2012

Sages propos du député Christophe Lacroix à l'Université "La Sagesse" au Liban.

Université de la Sagesse.jpg

        À trois jours d’abandonner sa charge de député provincial de Liège pour prêter serment de député fédéral, Christophe Lacroix a prononcé son dernier discours à l’Université  La Sagesse de Beyrouth. Une Université maronite  qui date de 1875 , fondée en suite d'un édit de la Sublime Porte accordé à Mgr. Youssef Debs, Archevêque de Beyrouth.

       Député provincial depuis 2006, Christophe Lacroix a fait le déplacement à Beyrouth pour représenter la Province de Liège aux Olympiades organisées par  l’Organisation Internationale des Médias. Après avoir suivi les diverses compétitions dans lesquelles ont excellé nombre de concitoyen(ne)s, le député provincial a participé, le lendemain, à la séance académique en clôture de ces Olympiades.

       Historien de formation, Christophe Lacroix après avoir évoqué la figure de Léon-Élie Halkin, professeur à l’ULg, déclare que à la liberté de presse doit correspondre la notion de responsabilité du journaliste. Sans nul chauvinisme, de l’avis de chacun, l’intervention de Christophe Lacroix, tel Chrysostome, a amené un podium supplémentaire aux athlètes wallons!

Media Lacroix.jpg

Christophe Lacroix (à droite sur la photo) écoutant l'intervention de Son Excellence l'Ambassadeur d'Irak (deuxième à gauche sur la photo).

11:24 Écrit par Pierre André dans Actualité, Media, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

mercredi, 24 octobre 2012

Le Standard ? Quelle épopée ...

         En cliquant www.bon-a-tirer.com , le lecteur découvre une revue littéraire en ligne.Dans un numéro daté du 15 août 2010, Daniel Droixhe étudie les feuillets de Liége publiés dans les années 1934/1935 par le professeur de l’ULg , Fernand Desonay. Celui-ci évoque notamment  le Standard. Des propos qui étonnamment semblent sortis d’une bonne plume d’aujourd’hui.

    À Liége, nous avons le Standard. À Liége, ou plutôt à Sclessin. Dans ce cirque lépreux de corons, de terrils, quel Victor Hugo (…) chantera les exploits agonistiques de nos diables «roûches»?
   Un match au Standard est un «event» local, comme disent ces anglophiles de la tribune centrale.  (...) Et si les trams verts, de bourlinguante mémoire, viennent d'être remplacés par de confortables automotrices, c'est que les recettes bi-mensuelles sur le trajet «Place du Théâtre-Stade» autorisent tous les décaissements.
   Comme l'équipe du Standard est la seule qui «officie» (le terme est consacré) en division d'honneur, l'honneur wallon, l'honneur liégeois se trouve engagé dans la bagarre. (...) cet honneur est chatouilleux et un hidalgo de Castille, auprès d'un journaliste de la Fédération Liége-Luxembourg, n'est, révérence parler, qu'un Pédeloup.
   Cette équipe porte-drapeau — le drapeau au coq hardy — a ses vedettes, pour ne point dire ses tabous. L'affaire Capelle a divisé, divise encore l'opinion (…). Capelle est un charmant garçon, qui poursuit, fort brillamment, ma foi! ses études de droit.( …). Le futur avocat jouait du ballon rond, tout comme maître Tschoffen se joue du vocabulaire psychopathique. C'est pourquoi il avait porté, dans l'équipe nationale, l'écusson au lion de Belgique. Et le coq hardy de coqueriquer, haut et clair. La disgrâce est venue. Et elle est venue de Sclessin. Tant il est vrai que les meilleurs ne sont jamais honorés chez leurs proches. Mais le public liégeois n'a rien compris au déboulonnage de son idole. Le Standard sans Capelle, c'est, pour la masse des supporters, un corps sans âme, une dinde sans truffes, un bourgogne sans bouquet.
   Le chauvinisme des spectateurs sportifs est un mal nécessaire. Les Anglais, qui ont inventé le «fair play» — le mot, mais point la chose — en sont, sur le chapitre des applaudissements et des huées, au même point que nous.(…) À Sclessin, le Standard doit gagner. C'est une tradition (... ) Malheureusement, à cette règle de la suprématie locale, il arrive, une ou deux fois par saison, qu'une équipe «visiteuse» (autre terme consacré) inflige le plus cruel des démentis. Le public, un instant décontenancé, cherche l'explication, une excuse. L'excuse est toute trouvée : elle porte en général, culottes courtes et bas de sport : l'arbitre.
   L'arbitre joue sur les grounds de football, le rôle de commissaire au théâtre de Guignol. Le sifflet, dont il lui arrive de tirer de péremptoires injonctions, est bien l'insigne de son grade. Car onques cabotin, méchant pitre, nouveau Montfleury ne fut plus copieusement sifflé. D'ordinaire, au Standard, les manifestations en restent là. Le public est satisfait quand il a agrémenté ce concert sibilant d'épithètes variées qui vont à «arbitr' di choucoulôt» à «mâssî Flamind». Mais voici que, par deux fois, la conduite de Grenoble qu'on fait à l'arbitre rentrant au vestiaire menace de dégénérer en une sorte d'émeute.(…))
   L'affaire de l'Antwerp a eu son dénouement de carnaval. Pour un accrochage assez sec, l'arbitre avait exclu, d'autorité, le nouveau capitaine de l'équipe wallonne. Comme le joueur anversois, victime du coup de pied, avait riposté illico par une maîtresse gifle, les spectateurs — logiquement, il faut en convenir — hurlèrent à l'arbitr…aire. Et ce fut, à partir de la vingtième minute de jeu, autour du ground enfiévré, le plus assourdissant des concerts. Dans cette tempête de cris, de vociférations, de sifflets rageurs, le malheureux arbitre perdit le peu de sang-froid qui pouvait lui rester.(…) Et le jeu avait à peine recommencé qu'il devint évident que nous étions en Amérique. De football, il n'en était plus questions. Les équipiers ne songeaient qu'à la bagarre; et les fautes les plus brutales étaient saluées d'applaudissements … ce qu'on appelle l'esprit sportif (…)
   Obstinés, forts en gueule, par centaines, par milliers peut-être, les partisans des «Rouches» assiégeaient les vestiaires. Au demeurant, la mansuétude de la foule a quelque chose de touchant. Et ce Monsieur Staelens (ainsi se nommait l'arbitre conspué) a manqué de psychologie, c'est-à-dire qu'il a manqué de cran. Au lieu de se terrer, comme un lapin de garenne, de se cacher, de plaider coupable, que ne sortait-il, tête haute, la fameuse orange à la main? Pas un Liégeois, j'en suis sûr, n'aurait frappé cet homme seul, seul contre tous. Mais nous avons, en wallon, une épithète un peu crue pour désigner les trembleurs et ce pleutre : «couyon, va!».
   Mais ce dénouement d'opérette? On ne fait pas mieux au vaudeville. Tremblant, suant de peur et pressé par l'heure du train, l'arbitre en fut réduit à endosser l'uniforme du commissaire de police. Sous le képi galonné d'argent, il n'avait plus un poil de sec. Les assiégeants, pour laisser passer Monsieur le Commissaire, firent la haie. Une excellente scène pour la prochaine revue du Trocadéro!
   Car c'est ainsi que nous sommes à Liége : chauvins et respectueux, mauvais caractère et bon cœur. Et ce Standard, magnifique et inconstant, qui collectionne les trophées et les vestes, imbattable aujourd'hui, demain objet de risée, équipe la plus fantasque et la plus sympathique, supportera les plus chauds et les plus prompts au découragement, le parfait thermomètre que voilà de la température de chez nous!

22:20 Écrit par Pierre André dans Loisirs, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

dimanche, 15 juillet 2012

De quand date l'essor du foot allemand ?

       Si la chancelière allemande, Angéla Merkel et avec elle, un grand nombre d’Allemandes et Allemands ont été très déçus des prestations de la Mannschaft, il y a encore plus malheureux qu’elles ou eux. Il s’agit notamment des lecteurs de Passe-Partout – un toute-boîte du groupe flamand Corelio distribué en Wallonie – qui, au vu d’une pub, se sont rendus à Merzenich pour y vivre la demi-finale Allemagne-Italie. Le sauna-club Planet-Eden promet le match d’Allemagne gagner = un billet gratuit pour la visite prochaine. À Merzenich, la nouvelle direction a vu les choses en grand : écran géant et  plus de 40 girls sachant prendre du plaisir, ayant une apparence très soignée et déterminant toutes elles-mêmes le type et l'étendue des services ! Hélas, pour ces sybarites, l’Italien Super-Mario leur a ôté tout droit au rêve...

       Pourtant, le football allemand, c’est du solide. Prix Nobel de littérature en1999, Günter Grass dans Mein Jahrhundert (1) fait remonter cette tradition au 31 mai 1903, jour de la Pentecôte. Il précise même l’heure – vers 16h30 – et le lieu, Altona, à l’ouest de Hambourg. En finale du championnat, l’équipe de Leipzig l’emporte par 7 à 2. C’est de ce championnat à Altona  que date l’essor du football allemand, et il a été du pour une bonne part aux Polonais naturalisés, à leur amour du jeu et à leurs qualités de buteur.

(1) Mon Siècle traduit en français par Claude Porcell. Paris, Seuil, 1999  

11:22 Écrit par Pierre André dans Actualité, Loisirs, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

mardi, 06 septembre 2011

Les Pot'Ardents, médaille d'argent au classement mixte de l'Oxfam Trailwalker

        Le dernier week-end d’août, dans une même région  à l’est de la Province de Liège, deux sports à l’antipode ont tenu la vedette. À Francorchamps, la F1, dans les Hautes Fagnes, la  quatrième édition belge de l’Oxfam Trailwalker. Si la F1 a un objectif business – s’il n’est pas atteint, le contribuable wallon doit combler le déficit -, il en est tout autrement pour l’Oxfam Trailwalker.

        Chaque équipe prenant part à la course – effectuer les 100 kilomètres tracés dans un joli parcours certes mais rude – poursuit un but caritatif : ramener 1.500 € en faveur d’Oxfam-Solidarité. Un rapide calcul, tenant compte qu’il y au 219 équipes,  signifie 328.500 €  supplémentaires pour les projets de soutien à l’agriculture durable. Mais les 876 inscrits en 2011 ont fait mieux : 501.322 € !

        Dans le top 12 des vainqueurs, deux équipes ont représenté des institutions liégeoises, l’Université et la Ville. La lutte entre les concurrents (masculins) de la Faculté d’Architecture de l’ULg et l’équipe mixte du département de l’Urbanisme de la Ville a été haletante, indécise, courtoise. Finalement, l’ULg l’emporte, à la neuvième place en 20heures 26 minutes 31 secondes (moyenne horaire 4km 892). Mais, Les Pot’Ardents de la Ville de Liège en se classant douzième en 21h 37 minutes 43 secondes (moyenne horaire 4km 624) obtiennent la médaille d’argent au classement des équipes mixtes. L’or va au March’Molo le bronze à Oxt(r)ail.

 

 

 

Les Pot’Ardents :Gélica Dalon  Bernard Lechanteur  Charlotte Cauwe  Luc GilsonDSCN6545.JPG

19:16 Écrit par Pierre André dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

samedi, 02 avril 2011

"et tant mieux pour eux"...

        Le ministre des sports en Communauté française, le cdH André Antoine connaît bien la législation régissant le football. Il sait que des mesures spécifiques sont prévues dans le cadre des contentieux fédéraux : la loi pour la sécurité, l’application de la TVA, l’inspection sociale. Le ministre Antoine sait aussi que pas mal de clubs, et non des moindres, se soucient de ces lois comme de colin-tampon.

       Devant cette situation, il est permis de croire que le ministre va pour le moins la déplorer. Nenni. Il préfère, devant le Parlement communautaire, tenir ces propos à l’ambiguïté flagrante : aujourd’hui un grand nombre de clubs fonctionnent en ignorant totalement la législation et tant mieux pour eux !  Le ministre qui se réjouit – tant mieux pour eux ! – de voir la législation bafouée poursuit mais s’il y avait des contrôles plus pointilleux, ils se retrouveraient en infraction alors même qu’ils l’ignorent.

      À croire que le principe nul n’est censé ignorer la loi ne s’applique pas aux clubs de football. Le ministre précise même : nos clubs de division d’honneur connaissent la même situation.

20:44 Écrit par Pierre André dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

samedi, 26 février 2011

Une belle grande famille ...

      Ils ont été invincibles dimanche dernier les joueurs de réserves provinciales de Chevron, un club qui a bien mérité le titre de Royal puisqu’il existe depuis 1948. Ils ont écrasés mémorablement Remouchamps par un 9 à 2. La troisième mi-temps a été âprement disputée. Pour s’en rendre compte, il suffit de regarder sur le mur Facebook d’André Evrard, président (heureux) du Club et gérant (efficace avec Marcie) de la Maison de la Presse de Liège.

      La joie risque de n’être plus la même demain à l’issue du match en déplacement à Ouffet. À titre d’encouragement, un ancien joueur André Delvenne a promis un casier de ma part en cas de victoire lors de ma prochaine visite à Chevron.

      Ces invincibles de dimanche denier  - en ce compris les joueurs sur banc - portent nom de Frédéric Evrard, Raphaël Evrard, Thierry Bonivers, Patrick Goffart, David Gavrais, Johan Résimont, Kevin Résimont, Paul-Étienne Bernard, Sylvain Craninx, Quentin Craninx, Olivier Tontodimamma, Grégory Depresseux. Outre leur invincibilité, tous ces joueurs présentent la particularité d’être apparentés. Ils sont fils de, beau-frère de, neveux de, petit-cousin de, gendre de, bref une belle grande famille !

      Tous les ingrédients réunis pour une séquence programmée dans Studio 1, l’émission-vedette sportive du lundi à la RTBF. Une équipe emmenée par le tout frais agréé journaliste professionnel, notre confrère Mathieu Istace est donc venu tourner à Chevron. Les téléspectateurs et auditeurs de la RTBF sont habitués à entendre le nom de Istace avec notamment ces excellents journalistes tels Pierre Istace – déguisé pour Questions à la Une en Saint-Pierre feuilletant L’Écho sur les marches de la Bourse de Bruxelles – ou Chantal Istace. Il reste à notre confrère Mathieu de se faire un prénom…

13:26 Écrit par Pierre André dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

lundi, 07 février 2011

Quand le logo du P.S. surpasse les autres ...

     On peut être à la fois sportif et socialiste !  a répliqué le ministre humaniste André Antoine au député MR, Philippe Dodrimont qui l’a interrogé sur la pertinence de l’existence de différentes fédérations sportives pour des disciplines identiques. Prenant pour exemple la Fédération travailliste – onze disciplines sportives allant de l’athlétisme à la pétanque – dont le site sport-travailliste.be, aux yeux du député-bourgmestre d’Aywaille, affiche : le premier lien utile apparaissant sur l’écran est celui du parti socialiste. Légère entorse à la stricte vérité ; ce lien est précédé de logos renvoyant à l’ADEPS, au portail de la Communauté française, à la Confédération sportive internationale du travail, à l’Association interfédérale du Sport francophone, au Comité Olympique et Interfédéral belge. Le logo établissant le lien avec le parti socialiste apparaît in fine mais est, incontestablement, le plus visible. Le Ministre d’Etat Di Rupo est un super-expert pour ne pas dire le maître-chef de la com’ !

     À la fin du 19ème siècle, sont apparues des sociétés de gymnastique telles à Seraing Le Progrès, à Gand Vooruit ou à Verviers Le Gaulois. Tout au début du siècle dernier – en 1904 – se crée la Fédération Socialiste de Gymnastique. Au fil du temps, celle-ci s’agrandit, change de nom, de statut en sorte que le 11 octobre 2008, à Namur, l’association devient l’Association Francophone du Sport Travailliste Belge, adopte des nouveaux statuts pour répondre au décret du 8 décembre 2006 visant l’organisation et le subventionnement du sport en Communauté française (…) Le 1er janvier 2009, Monsieur Michel DAERDEN, Ministre des Sports de la Communauté Française, octroie à l’Association sa reconnaissance pour 8 ans. Actuellement, celle-ci reçoit de la Communauté française au titre de subvention annuelle 89.639 € 40 soit, pour ceux qui calculent toujours en francs belges, trois millions six cent seize mille quarante quatre frs. Selon le ministre Antoine, ce montant est destiné à couvrir un emploi à temps plein et les frais de fonctionnement.

09:57 Écrit par Pierre André dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

samedi, 11 décembre 2010

Le journal suisse "Le Temps" revient sur l'arrêt Bosman obtenu, en 1995, par Luc Misson, avocat liégeois.

      Le 15 décembre 2010 marque le 15ème anniversaire de l’arrêt Bosman rendu par la Cour de justice des Communautés européennes. Cet arrêt clôt un litige qui a démarré en 1989 lorsque le footballeur Jean-Marc Bosman entre en conflit avec son club le Royal Football Club de Liège au sujet de son transfert au club de Dunkerque. Maître Luc Misson est l’avocat du joueur.

Dans son édition de ce matin, le journal suisse Le Temps  www.letemps.ch consacre un important dossier à cette affaire sous le titre L’arrêt Bosman, avant, après.

     Notre confrère Fred Hirzel  y donne la parole à un professeur de droit administratif  à l’Université de Neufchâtel, Piermarco Zen-Ruffinen, auteur du Droit du sport. Celui-ci note que l’on a rapidement trouvé le truc susceptible de contourner Bosman  via les contrats de longue durée.

     Notre confrère Simon Meier a pour sa part interrogé le Liégeois Maître Luc Misson  qui remarque qu’aujourd’hui : Tous les présidents rêvent d’engager un Brésilien ou un Africain pour deux bananes et une noix de coco, puis de le revendre pour des milliards. Mais malgré tout, la plupart des clubs ont des pertes considérables. Selon Maître Misson : Ce système encourage l’argent noir, il permet de faire circuler des fonds pas très nets. Il y a beaucoup de gens, de multiples intermédiaires qui se font beaucoup d’argent. C’est comme au casino.

11:43 Écrit par Pierre André dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

vendredi, 25 juin 2010

La France ne peut se permettre de se rendre ridicule

        Lorsque Sam Houston proclame en 1836 l'indépendance du Texas, la France est le premier pays à reconnaître ce nouvel État. Elle désigne en septembre 1839, Jean-Pierre Dubois de Saligny en qualité de chargé d'affaires dans la nouvelle capitale Austin. L'Histoire retient de son passage ce que la presse a appelé la guerre des cochons.

        Les jardins de la Résidence du représentant du Royaume de France  sont choisis comme lieu d'ébats des cochons du voisin. Après avoir proféré moult remontrances, Dubois de Saligny voit rouge et tue les cochons à l'issue d'une rixe avec son voisin.  Dubois de Saligny est rappelé par son gouvernement. La France peut commettre des erreurs, mais elle ne peut se permettre de se rendre ridicule déclare, à l'époque, un diplomate de haut rang.

        Aujourd'hui, les écarts commis par l'équipe de France au Mundial sont d'un ridicule achevé. Mais, comme la République francaise, pas plus que le Royaume hier, ne peut se permettre de se rendre ridicule, il est heureux de constater que l'ère Domenech  et ses joueurs millionnaires grévistes se termine.  

 

 

 

11:18 Écrit par Pierre André dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

mercredi, 02 juin 2010

Avant la Coupe du monde en Afrique du Sud, la finale de la Clericus Cup fait le plein à San Pietro.

        Pour la deuxième année, les joueurs de l'équipe de football Redemptoris Mater a remporté la Clericus Cup (cfr Liège 28, 29/05/2010). La finale les a de nouveau opposés aux North Americans martyrs. Le score 1-0 contre 2-1 l'an dernier. Tous les matches de la Clericus Cup  - véritable championnat de l'Eglise catholique - se déroulent le samedi. Le dimanche étant le jour du Seigneur.

        Autre particularité de cette épreuve sportive. Afin d'éviter toute tentative diabolique, le moindre juron et a fortiori le moindre blasphème entraîne illico l'expulsion du terrain. Dans sa dépêche, ATS (Agence télégraphique suisse) ne fait état d'aucune expulsion pour ces motifs. L'ambiance a donc été au vade retro Satanas. ATS note ; La finale à peine terminée, les deux équipes ont prié ensemble sur le terrain qui domine le Vatican.   

 

15:03 Écrit par Pierre André dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

samedi, 29 mai 2010

En jour anniversaire de la prise de Constantinople, finale ce matin, à Rome, de la "Clericus Cup";

        À côté de la Champions League, de l'Europa League et autres Jupiler League, il y a depuis quelques années déjà, la Clericus Cup. Une dépêche de l'agence de presse catholique Cathobel sous le titre - peu évangélique - de L'heure de la revanche a sonné à la 'Clericus Cup' nous l'apprend.

        En exclusivité, Liège 28 publie in extenso le texte de la dépêche datée du 28 mai 2010 en provenance de Rome.

        L'heure de la revanche est peut-être arrivée. Pour la 2e année consécutive, la finale de la 'Clericus Cup', le championnat de football des universités pontificales et des collèges romains, opposera les North Americans martyrs au onze du collège Redemptoris Mater, tenant du titre, dans la matinée du 29 mai.

        Sur le terrain de football du patronage San Pietro, qui surplombe le Vatican, les séminaristes du Chemin néocatéchuménal tenteront de conserver le trophée - un ballon coiffé du traditionnel 'saturno' - face à des Américains bien décidés à leur ravir le titre.    

        Pour la première fois, une autre récompense sera aussi très disputée lors de cette 4e édition de la 'Clericus Cup', celle du meilleur groupe de supporters. Le 'kop' américain, composé cette année de sosies des traditionnels super-héros des 'comics' d'Outre-Atlantique, risque bien de remporter le trophée.

        Quand la Clericus Cup se déroulera avec le soutien de majorettes ou encore mieux celui de pom-pom girls, elle sera contrainte d'abandonner San Pietro pour un stade plus important. Il n'en manque pas à Rome où certaine équipe a la réputation de se situer à droite...

 

08:25 Écrit par Pierre André dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg