jeudi, 02 mars 2017

1ère chaîne d'info de France, BFM TV HD virée de l'offre de base de Proximus !

BFMTV.png

        En pleine campagne présidentielle française – campagne très suivie en Wallonie et  à Bruxelles – Proximus annonce que dès le 31/03, la chaîne d’information BFM TV HD ne sera malheureusement plus diffusée sur Proximus TV. Cette décision  mettra fin à quinze mois de diffusion sur le canal 277 de la première chaîne d'info de France, un titre qui, sur base des calculs d’audience de l’institut Mediamétrie, BFM TV HD détient depuis juin 2008 et dont elle a fait son slogan. C’est, en effet, le 1er janvier 2016 que Proximus a remplacé la chaîne privée allemande  ProSieben  par BFM TV HD dans son offre de base. Au vu de ce nouveau changement annoncé, le client de Proximus peut résilier son abonnement  à tout moment sans frais par écrit.

        L’an dernier, à pareille époque, Proximus annonce la suppression fin avril de la chaîne française KTO fondée en 1999 par le cardinal Jean-Marie Lustiger et diffusée en Belgique depuis 2011. Le 18 mars 2016, l’archevêque De Kesel et les évêques francophones lancent une pétition  contre cette décision unilatérale et inopinée. Des catholiques, des chrétiens, des agnostiques, des francs-maçons, des musulmans, des juifs, des intellectuels la signent. C’est à peine s’ils ne disent pas retro proximus !  Résultat, KTO occupe toujours le canal 299 et bien Malin qui l’en sortira !

        Ni KTO, ni BFM TV ne bénéficient du droit de distribution obligatoire (1) imposé par le Conseil supérieur de l’Audiovisuel (CSA). Dès lors, Proximus met dans ses canaux les chaînes qu’il décide. Il peut également les retirer sans donner la moindre explication. C’est le fait du Prince. En ce qui concerne la suppression fin mars de BFM TV HD, Proximus semble compatir à la tristesse des téléspectateurs par l’adverbe malheureusement. Piètre consolation !

        Dans l’air du temps, Proximus entend être positif. Il précise plusieurs chaînes dans notre offre proposent le même genre de programmation sur l’actualité internationale : LCI (canal 274), CNN (canal 270), BBC World (canal 271), Euronews (canal 272) ou encore France 24 (canal 278). Il ne signale pas l’attribution d’un second canal (le 275) à France 24, filiale de la société publique France Médias Monde. Il omet également de citer la chaîne qatarie Al Jazeera  (canal 276).

        La logique de Proximus évoquant le même genre de programmation que BFM  TV HD constitue un mépris du travail spécifique des journalistes professionnels dans ces chaînes. Cette logique aboutit à nier l’intérêt de la pluralité des médias. Tous les mêmes  semble penser Proximus. Le citoyen soucieux d’être correctement informé a besoin d’avoir accès à plusieurs médias télévisuels car chacun d’eux a une sensibilité différente.

PROXIMUS noeud.jpg

(1) Bénéficient du droit de distribution obligatoire La Une, La Deux, La Trois, TV5, Eén, Ketnet/Canvas, la BRF et les services de télévision locale dans leur zone de couverture (Avis du CSA  du 20 mars 2014)

15:02 Écrit par Pierre André dans Actualité, Economie, Media, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

lundi, 30 janvier 2017

RTC Télé Liège en marche vers une ère nouvelle ...

  LIEGE LOGO RTC.jpg

   RTC Télé Liège a fait le plein ce dernier lundi de janvier à la Maison de la Presse et de la Communication pour sa conférence  de presse dont l’objet n’était point précisé dans l’invitation. Le président du Conseil d’Administration, Jean-Christophe Peterkenne, a présenté à la presse le nouveau Directeur-général, Philippe Miest entré en fonction le 4 janvier pour un mandat de cinq ans. Il indique les tâches qui seront siennes dont, notamment, accroître l’audience, diversifier les publics, s’ouvrir aux médias sociaux, accentuer la proximité avec le public qui couvre les arrondissements de Liège, Huy et Waremme. Les finances saines permettent une synergie avec TÉLÉVESDRE, TV LUX et TV COM (Brabant wallon) qui sont le même cas. En 2017, 250 000 € d’investissement en matériel sont prévus.

     Précédemment journaliste, gestionnaire au groupe Sud Presse, Philippe Miest rencontre individuellement chaque membre du personnel – une trentaine de personnes dont sept journalistes. Le climat social est bon. D’ici juillet, il doit se mettre à la recherche d’un nouveau rédacteur en chef. En effet, Jacques Mertens – présentateur mythique selon La Meuse – fait valoir ses droits à la retraite fin juin. Parmi les qualités à faire valoir à l’emploi, une fine connaissance du terrain couvert par RTC Télé Liège (1) s'impose. Pour être davantage au sein de la cité, la TV locale entend s’assurer davantage de visibilité en déménageant son implantation. Où, quand ?  Rien n’est décidé, tout est encore au stade de la réflexion.

   En revanche, ce qui est assuré c’est que RTC Télé Liège entre dans une nouvelle ère – visible à l’antenne, en septembre. Ère nouvelle où les manières de travailler seront différentes, où la vie des équipes va être modifiée avec le plaisir comme moteur.

   En réponse à une question évoquant la TV des bourgmestres, Philippe Miest a affirmé qu’en un mois de présence, n’avoir reçu le moindre appel d’un bourgmestre des cinquante-cinq communes desservies par RTC Télé Liège. Aucun ne s’est manifesté pour le féliciter de sa promotion … La courtoisie se perd !

 

(1) RTC Télé Liège : Rue du Laveu, 58 - 4000 LIEGE - Tél : 04 254 99 99 – Fax : 04 254 99 98

18:45 Écrit par Pierre André dans Actualité, Liège, Media, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

samedi, 21 janvier 2017

Christian Quasada ... "une bête de TV" !

      

LIEGE Christian.jpg

     Dans les annales des jeux TV des chaînes françaises, Marie Friedel demeure celle qui a gagné le plus,  1 000 000 d’euros. Le temps de répondre correctement à quinze questions posées par Jean-Pierre Foucault dans Voulez-vous gagner des millions ? En revanche, aux Douze coups de midi, Christian Quesada, surnommé le professeur, a dû répondre à plus de cinq mille questions posée par Jean-Luc Reichmann pour empocher 839 392 euros dont 209 392 sous forme de cadeaux.

       En réalité, la totalité des 600 000 euros n’est pas encore dans les poches de Christian. La société de production Endémol, basée à Amsterdam, paye les gains à nonante jours fin de mois. Comme Christian est dans le jeu le 4 juillet, le calcul de ce qu’il a déjà touché et la somme qui lui reste à encaisser est relativement simple. Un enfant de primaire est à même de résoudre le problème surtout s’il est un hyper doué comme Christian l’a été avec deux ans d’avance durant sa scolarité.

       Au fur et à mesure de sa participation au 12CDM, Christian se fixe comme ambition d’atteindre 1 000 001 euros. Savoir gagner avec panache a dit Charlie Chaplin. Hélas, la cent quatre-vingt-troisième présence sur le plateau de 12CDM se révèle fatale. Le record de Marie Friedel  n’est point battu. Savoir perdre avec dignité dit encore Chaplin. La structure du jeu conçu par Endémol fait que des téléspectateurs de TF1 se partagent la même somme que Christian a gagné. Il détient ainsi le record du candidat ayant généré 1,6 million d’euros de gain comme il l’a dit à nos confrères du Figaro Magazine.

       Passionné de Scrabble, Christian lit de A à Z le dictionnaire.  Il y a vingt ans, première  participation au jeu télévisé Des chiffres et des lettres. Il remporte la Coupe des Champions, deux ans plus tard, la Coupe des Masters et en 1991, la Coupe des Clubs. Il est le seul candidat a posséder un tel palmarès de ces trois grandes épreuves TV. Puis, il y a sa présence aux Douze coups de midi du 4 juillet 2016 au 14 janvier 2017. Le secret de sa réussite ?  Christian Quesada ne le cache point ; pour briller dans ce jeu, et avoir une longévité comme la mienne, il faut avoir plusieurs qualités: une bonne culture générale, faire abstraction des caméras et avoir une bonne mémoire… Bref, à la portée de chacun !

00:51 Écrit par Pierre André dans Actualité, Loisirs, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

lundi, 05 septembre 2016

Ouf, un décodeur Proximus moins énergivore ...

 

PROXIMUS noeud.jpg

        Au 31 janvier 2017, les décodeurs actuels de Proximus seront obsolètes. Aussi, une opération d’échange avec le nouveau modèle qui donne accès à un nouveau menu TV convivial  et permet en outre de zapper plus vite est actuellement en cours. En collaboration avec Bpost, Proximus vous propose de choisir le jour où le nouveau décodeur vous est remis à domicile.

        Si pour l’ancien décodeur, Belgacom – le papa de Proximus – a laissé le choix entre l’achat – 99€ - et la location, Proximus impose la location – 8€ le mois – pour le nouveau modèle. S’il est exagéré de crier à l’arnaque, il est permis de dire que la méthode s’en rapproche. Démonstration : prenons un cas réel du client qui achète en juin 2011 son décodeur Belgacom et l’utilise jusqu’à juin 2016 (60 mois), mensuellement cela lui a couté 1€ 65. Pour soixante mois de location chez Proximus, le client est appelé à débourser 384€ car bonne fille,  Proximus lui  accorde la gratuité la première année de location.

        384€ chez Proximus contre 99€ chez Belgacom, c’est une augmentation de … 387%. Ce montant flirte avec l’arnaque mais Proximus rassure. Son nouveau décodeur consomme moins d’électricité.

PROXIMUS décodeur.jpg

09:41 Écrit par Pierre André dans Actualité, Economie, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

vendredi, 19 août 2016

Dix concitoyennes et concitoyens recoivent le titre de Citoyenne et Citoyen d'honneur de la Ville de Liège.

      

LIEGE citoyens honneur 2016.jpg

         Al bone franquète al Violète, cinq mots pour résumer l’ambiance régnant en la salle des pas perdus de l’Hôtel de Ville à l’occasion de la remise de la distinction Citoyenne et Citoyen d’honneur de la Ville de Liège. La barre des cent récipiendaires a été franchie depuis la date – 2009 - à laquelle cette nouvelle appellation vu le jour. Auparavant, le Collège décernait la médaille de reconnaissance de la Ville de Liège à celles et à ceux qui - comme les Citoye(ne)s d’honneur aujourd’hui - ont contribué, amplifié ou redynamisé la réputation de la cité ardente, à la force de leur talent et de leur travail. Aujourd’hui le site officiel de Liège place dans la même rubrique Les citoyens d'honneur celles ou ceux d’avant ou d’après 2009. Parmi ceux-ci, David Goffin (2012),  Nafissatou Thiam Charline, Van Snick (2013). Innovation cette année dans l’attribution de ces récompenses, cette cérémonie de distinction sera désormais paritaire homme-femme. Le bourgmestre Willy Demeyer de mentionner, sans les hiérarchiser, les mérites des divers(e)s récipiendaires de la promotion 2016.  

        Une promotion qui fait la part belle aux consœur et confrères. Trois journalistes – Mamine Pirotte, Charles Ledent et Edmond Blattchen - reçoivent le titre de Citoyen(ne)s d’honneur. Jusqu’à présent, une seule journaliste Hadja Lahbib a été sacrée citoyenne d’honneur en 2011 tandis qu’en 2002 Jean-Marie Peterken a reçu la médaille de reconnaissance de la Ville de Liège. 

        Le bourgmestre de déclarer : Femme de caractère, femme jusqu’au bout des ongles et des convictions, Mamine Pirotte incarne une part de la renommée médiatique de Liège. L’édile qui souhaite voir débarquer dans sa ville Dimitri Boizot pour y mener une enquête racontée par Patrick Philippart, nom de romancier de Charles Ledent, constate que l’obstination et la passion sont les 2 qualités qui ont permis à Charles Ledent d’écrire plus d’une dizaine de romans en 15 ans tandis que les vertus d’Edmond Blattchen sont : Expliquer, décoder, transmettre, le monde et ses enjeux, représentent pour lui, une mission qui va bien au-delà de la mission de service public, c’est une œuvre personnelle. Pour ce faire, il a toujours préparé ses émissions avec minutie, curiosité et exhaustivité et cela va sans dire, probablement une certaine dose d’angoisse.

        Les sept autres récipiendaires ont eu droit également à une présentation maïorale personnalisée. À l’octogénaire Annie Massay qui s’initie dès son adolescence à l’athéisme, au socialisme et au féminisme. Trois valeurs qui marqueront profondément sa future carrière le bourgmestre évoque les luttes syndicales dont la grève des femmes de la FN en 1966 auxquelles elle a participé.

        Au quintuple papa - il contribue à lui seul à accroître la population liégeoiseGaëtan Servais qui avec Fabrice Lamproye a lancé Les Ardentes en 2006, Willy Demeyer souligne que celles-ci ont amené, de manière cumulative près de 700.000 personnes à Coronmeuse (…) situer Liège surla carte des festivals d’été. C’est aujourd’hui chose faite ! Pour les jeunes liégeoises et les jeunes liégeois, nés après  1990,  on  peut  même  parler  de  « génération Ardentes ».

        Ancienne élève du Lycée Léonie de Waha, Caroline Pholien exerce en tant qu'indépendante les métiers de peintre en décor du patrimoine et de doreur. Le maïeur cite quelques restaurations pour illustrer le talent de cette liégeoise : le Grand Foyer de l'Opéra Royal de Wallonie, les dorures du Palais du Gouverneur de Liège ou encore la restauration au Château de Versailles (dorures de la salle à manger de chasse et de l'antichambre des chiens) sans oublier que femme passionnée et passionnante, en 2011, elle ouvre une galerie d'arts « la Galerie Isabeau » où elle présente ses créations contemporaines.

        Chantal Van Laer est la troisième génération à la tête d’un magasin bien connu de nombre de Liégeois puisqu’il existe depuis 93 ans ! Installée au cœur du quartier d’Outremeuse depuis 1923, la Maison Van Laer, fut tout d’abord, sous l’égide de Florence, une confiserie. Avant que son mari, Henri Van Laer, n’y ajoute aussi du vin. Rapidement, l’enseigne s’est spécialisée dans le vin. Son fils José y ajoute une expertise du rhum et du whisky tandis que sa fille Chantal Van Laer va peu à peu, apprendre et partager la passion familiale avec cet objectif, retrouver le meilleur du terroir, la finesse des tanins.(…) Sa passion, elle la partage aujourd’hui avec ses clients au travers notamment des dégustations tant de vin que d’alcool. Goûter et conseiller avec la convivialité liégeoise représentent une belle manière de convaincre ceux-ci d’étoffer leur cave.

        Spécialiste du droit du travail, l’avocat Jean-Paul Lacomble est à la tête du Royal Football Club Liégeois – matricule 4 créé en 1892 - en 5 ans à peine, avec d’autres administrateurs liégeois autour de lui, Jean-Paul a réussi à assurer la viabilité financière du Club, accroître le nombre de ses spectateurs, recréer un esprit « Rouge et Bleu », progresser d’un échelon au niveau sportif et faire revenir, après 20 ans d’attente, le RFCL à Rocourt. Excusez du peu ! En un mot, le club a retrouvé sa crédibilité et ses racines. Et Jean-Paul Lacomble a voulu donner un sens à cet investissement dans le foot en assignant au club un projet social qui a pour objectif, au-delà de former des footballeurs, de « fabriquer » des citoyens. Cet engagement se matérialise notamment par la création d’une école de devoirs.

        Gaëtane Leroy est une amoureuse du cœur historique de Liège et ce, depuis ses études en Histoire de l'art à l'Université de Liège. (…) Cet embellissement de l'ancienne imprimerie Bassompierre, active au 18eme siècle, a été effectué avec respect afin de conserver l'âme du lieu. (…) Outre le caractère liégeois du bâtiment qui a été conservé, sa gérante propose des produits issus de la production et des commerces locaux ainsi que des séjours thématiques en collaboration avec ses nombreux voisins. Lorsqu’ils font le choix de séjourner dans cet hôtel, les touristes reçoivent ainsi un accueil personnalisé et effectuent une escale au plus près du cœur de la Ville.

           En 1992, Guy Stockis a repris l’établissement créé quai sur Meuse par Julien Lequet. Y manger son premier boulet constitue une sorte de rituel de passage incontournable pour le néo-liégeois. Un rite savamment perpétué par les principautaires, un sourire de connivence aux lèvres, avec un plaisir encore accru si l’initié du jour ne présage rien de l’accueil à la liégeoise… Car le lieu doit beaucoup à la personnalité de son patron. Cabochard, grande gueule, il met autant de générosité dans ses apostrophes que dans sa cuisine. Bref, en prélude aux festivités mariales du 15 août, une sympathique cérémonie al bone franquète al Violète

la photo, premier rang, de gauche à droite : Guy Stockis, Chantal Van Laer, Jean-Paul Lacomble, Mamine Pirotte, Gaëtan Servais,      deuxième rang, de gauche à droite : Edmond Blattchen, Annie Massay, Caroline Pholien, Gaëtane Leroy, Charles Ledent.

 

08:08 Écrit par Pierre André dans Actualité, Art, Culture, Gastronomie, Littérature, Media, Social, Spiritualité, Télévision, Viticulture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

lundi, 07 décembre 2015

Jeudi 10 décembre, 21h20, ultime "noms de dieux" suivi de la "Nuit de noms de dieux" !

NDD Bl.jpg

        Tout le monde descend ! Cette expression de wattman annonçant le terminus permet à Edmond Blattchen de signaler que noms de dieux mis sur rail en janvier 1992 en compagnie du philosophe Bernard-Henri Lévy est arrivé à terme en décembre 2015 avec le numéro 200 consacré à Latifa Ibn Ziaten, une mère courage (1).

NDD Hol Ziaten.jpg

        Elle est la maman du parachutiste Imad, la première victime – le 11 mars 2012 du terroriste Mohammed Merah. Depuis, je suis une mère blessée, déchirée. Je reste debout pour défendre les valeurs de la République. Il nous faut absolument tendre la main à ces jeunes, ces enfants de la République. Il faut leur faire aimer la France comme je l’aime. L’ampleur du travail qui est à faire est énorme : c’est un travail de fourmi, de terrain, dans les écoles, les maisons d’arrêt, les mosquées, avec les parents… Le président Hollande lui remettant à titre de co-lauréate le prix 2015 pour la Prévention des conflits de la Fondation Jacques Chirac a dit d’elle vous incarnez aux yeux de tous nos compatriotes de quelque confession, de quelque origine, de quelque parcours, l’amour maternel dans ce qu’il a de plus fort et de plus poignant : la souffrance du deuil mais aussi la possibilité de puiser dans le chagrin les ressources pour aller vers la dignité.

NDD ZIATEN liv.jpg

        À l’instar des cent nonante neuf invité(e)s qui l’ont précédé(e)s, Latifa Ibn Ziaten a suivi les cinq chapitres de noms de dieux. Le symbole : le béret rouge de parachutiste de son fils. Sans modifier quoique ce soit au concept, ni au décor – en ce compris la table, empruntée puis achetée auprès de la firme liégeoise Georgette Ballegeer -, Edmond Blattchen et le réalisateur Jacques Dochamps ont accompli durant plus de dix mille minutes une émission que seul le service public peut offrir.

NDD Savoir.jpg

        La deux centième émission se prolonge par la rediffusion de huit noms de dieux tout au long de la nuit (2). Un événement de plus dans la vie de noms de dieux qui en compte déjà quelques-uns dont sa longévité, vingt-trois ans à l’antenne d’une télévision publique née il y a soixante-deux ans. Pour ses vingt ans, en 2012, noms de dieux a eu droit à une tranche horaire quotidienne durant toute la saison d’été tandis que la chaîne québécoise Canal Savoir l’a fait découvrir au public francophone américain.

NDD Laborit.jpg

        Par ailleurs, un certain nombre d’émissions ont fait l’objet d’édition intégrale en livres. Edmond Blattchen – récipiendaire notamment, en 1982, du Prix Jeunes Talents de la Province de Liège – a amené sur le plateau de noms de dieux philosophes, théologiens, écrivains, sociologues, hommes et femmes politiques, scientifiques ou encore artistes dont les réflexions clarifient le monde. La deux centième ne marque pas la fin de noms de dieux car dans ce vivier, la RTBF ne va pas manquer, un jour ou l’autre, d’aller puiser comme elle l’a fait en rediffusant l’entretien d’Edmond Blattchen avec Henry Bauchau ou André Glucksmann et, déjà, bien d'autres.

rtbf_la_trois.png

  • (1) Diffusion le jeudi 10 décembre 2015 vers 21h20 sur « la trois ». Rediffusion sur « la trois » le samedi 12 décembre vers 23h15. Sans oublier, la possibilité de voir l’émission durant une semaine sur le Net, en cliquant sur latrois.be/revoir
  • (2) 22h20 Sa Sainteté le Dalaï Lama (1994), 23h15 Stéphane Hessel (2009), 00h15 L’abbé Pierre (1993), 01h10 Élie Wiesel (1995), 02h00 Sœur Emmanuelle (1993), 03h00 Albert Jacquard (1994), 03h55 Amélie Nothomb (2009), 04h45 Edgar Morin (1992).

08:32 Écrit par Pierre André dans Actualité, Culture, Spiritualité, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

jeudi, 14 mai 2015

L'Islam contre ... l'islamisme, thème du noms de dieux le 16 mai.

 

NDD Meddeb.jpg

        La RTBF puisse dans le fonds riche de près de 200 émissions de service public noms de dieux d’Edmond Blattchen et Jacques Dochamps en rediffusant une émission (1) qui rend, à la fois, hommage à l’invité Abdelwahab Meddeb – décédé le 6 novembre 2014 -, participe à l’émotion collective en suite de l’attentat au Bardo de Tunis le 18 mars 2015 et contribue à l’amélioration du vivre ensemble.

        La première diffusion a eu lieu le 17 avril  2077. Abdelwahah Meddeb, partisan d’un Islam libéral, est un écrivain franco-tunisien auteur de nombreux livres dont La maladie de l’Islam – Prix Mauriac 2002- et Matière d’oiseaux – Prix Max Jacob 2002 – et chroniqueur de Culture d’Islam, une émission hebdomadaire de Radio France. Son pari à noms de dieux se situe entre peur et espérance. Peur de voir l’Islam rongé par l’islamisme, espérance qu’il se redresse grâce à l’épreuve de la démocratie.

 

RTBF Deux.jpg

(1) Samedi 16 mai vers 22h50 sur la Deux. Rediffusion sur « la deux » dans la boucle de nuit du 20 au 21 mai. Sans oublier, la possibilité de voir l’émission durant une semaine sur le Net, en cliquant sur www.ladeux.be/revoir

07:09 Écrit par Pierre André dans Actualité, Culture, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

jeudi, 26 mars 2015

Deux noms de dieux diffusés le même jour sur 2 continents, l'Amérique et l'Europe avec en invités, respectivement Jean-François Kahn et Jacques Vigne.

NDD.jpg

        Il y a près de trente ans que Jacques Vigne, l’invité d’Edmond Blattchen à noms de dieux (1) a quitté la France. Ce psychiatre à l’âge de 30 ans est parti en Inde où il a suivi les enseignements de Swami Vijayananda, un disciple français de Ma Anandamayi, une des grandes figures spirituelles de l’hindouisme au 20ème siècle. Il y pratique la méditation et écrit des ouvrages tels Le Maître et le thérapeute et Le Mariage intérieur et la mystique du silence.  Ses ouvrages publiés notamment chez Albin Michel ont un grand succès. En sorte que Jacques Vigne revient tous les deux ans en France et en Belgique. Il prononce des conférences et y anime des séminaires de méditation. Il facilite des passerelles entre les savoirs traditionnels de l’Orient et ceux, scientifiques, de l’ Occident.

        Reçu à noms de dieux, il en a réécrit le titre nom de dieux et des déesses. Sa phrase est une citation de Confucius : Si on veut être heureux et rendre les autres heureux, on a besoin de deux qualités : l’attention et l’altruisme. Son pari est qu’un jour, les religions se fédèrent.

        Le jour de la première diffusion de l’émission noms de dieux consacré à Jacques Vigne, à 23h00, sur un autre continent, l’Amérique, a lieu la rediffusion, à 10h30, sur CANAL SAVOIR de noms de dieux ayant en invité Jean-François Kahn. Les produits culturels de qualité de la Fédération Wallonie-Bruxelles sont appréciés à l’extérieur et nous inscrivent sur la carte du monde (cfr Liège 28 du 3/8/2012). CANAL SAVOIR, une chaîne de TV formée par un consortium d’Universités et de Collèges du Québec, diffuse en 2015 au Canada et une partie des USA, des noms de dieux dont les invité(e)s sont Caroline Fourest, Thierry Janssen, Jacques Vergès, Fédérico Mayor, Michel Onfray, Henri Laborit, Clémentine Falk. Que du beau monde !

NDD Savoir.jpg

(1) Diffusion  le samedi  28 mars 2015 sur « la deux » vers 23h00. Rediffusion sur « la deux » dans la boucle de nuit du mercredi 1er  au jeudi 2 avril. Sans oublier, la possibilité de voir l’émission durant une semaine sur le Net, en cliquant sur www.ladeux.be/revoir

12:43 Écrit par Pierre André dans Actualité, Spiritualité, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

mercredi, 28 janvier 2015

Blattchen reçoit dans noms de dieux du 31 janvier Lucien François, créateur du "jurème"

 

françois4400carre_(2)(1).jpg

        Diffusée ce samedi 31 janvier, l’émission noms de dieux a été enregistrée le mardi 2 décembre 2014 soit avant les événements de janvier. Plongés dans un actualité bouleversante, les propos tenus par l’invité d’Edmond Blattchen, Lucien François (1) n’en sont que davantage percutants.

        Dès le titre qu’il écrit noms de dieux :noms de ?, au choix de l’image, une pièce monnaie du IIIème Reich avec la phrase Du bist nichts, dein volk ist alles (traduction : tu n’es rien, ton peuple est tout) ou la phrase il faut respecter les opinions de tous, Lucien François avec des mots simples dénonce les confusions et en appelle à la rigueur et à la responsabilité.

         Né à Chênée, juriste, Lucien François enseigne, à l’ULg, le droit social, le droit pénal et l’évolution de la philosophie du droit à l’époque contemporaine. Magistrat, il siége au Conseil d’État et à la Cour  constitutionnelle tout en conservant sa chaire de philosophie du droit.  Dans une chronique parue en juin 1992 , le Journal des Tribunaux décrit ce cours où après avoir exposé scrupuleusement les idées de quelques grands penseurs, Lucien François joint les siennes, par souci d’honnêteté, pour que les étudiants soient au courant de ses préférences. Il les a consignées dans un volume relativement mince : « Le problème de la définition du droit » qui est et, heureusement, reste souvent dans les mains de tous les étudiants liégeois, même après qu’ils ont passé un examen redouté. Qui veut connaître Lucien François doit le lire …

        Effectivement Lucien François a écrit mais pas à la-va-vite. Ainsi, il a consacré quinze ans à rédiger Le Cap des Tempêtes, essai de microscopie du droit (2). Considéré comme une œuvre de démystification du droit par le droit , cet ouvrage a enrichi la langue française d’un néologisme le jurème, qui se définit le plus petit élément spécifique du droit, sa particule élémentaire. Autre vertu du Cap des Tempêtes relevée par le professeur à l’École  de droit de la Sorbonne, Pierre Mayer : , une œuvre d’une très grande qualité littéraire, où l’élégance du style, la rigueur de la pensée et un humour d’autant plus délectable qu’il ne se donne jamais pour tel se combinent harmonieusement.

        Tout au long de ce noms de dieux, Lucien François se montre rationaliste rigoureux, agnostique sceptique, libre penseur pour qui le doute et l’esprit critique constituent les armes les plus sûres contre les dérives majeures qui menacent notre époque, et notamment le grégarisme et le fanatisme. Bref, tel son portait tracé par Edouard Delruelle : un perceur de masque qui dissout les fictions, démontre les artifices, afin d'atteindre le sous-sol des rapports de force véritables.

RTBF Deux.jpg

(1)    Diffusion  le samedi 31 janvier 2015 sur « la deux » vers 22h40. Rediffusion dans la boucle de nuit  sur « la deux » du 3 février dès 01h40. Sans oublier, la possibilité de voir l’émission durant une semaine sur le Net, en cliquant sur www.ladeux.be/revoir

Cap.png

(2) Le cap des Tempêtes – Lucien François – Préface Pierre Mayer – Éditions Bruylant (Bruxelles) et LGDG (Paris) – 2ème édition – Paru en août 2012 – 334 pages - 58€

10:54 Écrit par Pierre André dans Actualité, Culture, Spiritualité, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

mercredi, 10 décembre 2014

Invitée d'Edmond Blattchen, le 13 décembre, Stéphanie Janicot, auteure de la Mémoire du Monde.

Janicot.jpg

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         Sous le règne d’Aménophis III, la romancière française Stéphanie Janicot fait naître Mérit-Sophia, l’héroïne de sa trilogie La mémoire du monde. Dotée de l’immortalité, Mérit-Sophia traverse trois millénaires et rencontre nombre de dieux.

         Quoi de plus naturel qu’Edmond Blattchen – producteur de noms de dieux – reçoive l’ancien mannequin breton – née à Rennes la veille de 68. D’autant qu’en janvier 2015, parait  son essai intitulé  Dieu est avec vous … (sous certaines conditions) (1) à propos duquel Stéphanie Janicot déclare heureusement, j'ai une certaine capacité à faire les questions et les réponses. Autrement dit, je peux donner mes mots à Dieu, puisqu'Il en manque (.. .). Dieu n'est pas bavard, mais il a accepté que je le sois pour deux. Merci.  

        Stéphanie Janicot, invitée de noms de dieux (2) a choisi au chapitre image de l’émission : le bulldozer charriant les cadavres, extrait de Nuit et Brouillard. Au chapitre objet, elle présente celui qu’elle porte d’habitude à son majeur, une bague. Cette bague a toute une histoire qui en fait sa valeur.

        En fin d’émission alors qu’Edmond Blattchen remercie Stéphanie Janicot d’être venue sur le plateau de noms de dieux, celle-ci le félicite remarquables lectures et remarquables questions!

 

(1)    Dieu est avec vous … (sous certaines conditions) – Stéphanie Janicot – Albin Michel – à paraître le 11 janvier – 72 pages.

Janicot bis.jpg

(2)    Diffusion  le samedi 13 décembre 2014 sur « la deux » vers 22h45. Rediffusion dans la boucle de nuit  sur « la deux » du mardi 16 au mercredi  17 décembre vers 0h30. Sans oublier, la possibilité de voir l’émission durant une semaine sur le Net, en cliquant sur www.ladeux.be/revoir

noms de dieux.jpg

21:50 Écrit par Pierre André dans Actualité, Culture, Littérature, Religion, Spiritualité, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

dimanche, 23 novembre 2014

Elio fait mieux que Lulu !

        Combien de militant(e)s socialistes ont-ils été invité(e)s à l’élection du candidat unique à la présidence du PS ? Combien sont-elles(ils) allé(e)s voter ? Selon le communiqué officiel du premier parti de la Fédération Wallonie-Bruxelles, un pourcentage plus important que lors de l’élection précédente. En 2014, le pourcentage dépasse 28% alors qu’en 2011, il n’a pas atteint 23%.   

        Mais 28% de 90.000 ou de 60.000 ? Selon les sources, le nombre varie. 90.000 est le nombre de militants cité par Elio Di Rupo dans un courrier adressé, fin octobre, aux camarades appelés aux urnes. Par rapport au nombre de militants en règle de cotisation en 2011, il y eu progression de plus de 10% pendant qu’il a exercé la charge de Premier ministre et confié les rênes du parti au Liégeois Thierry Giet puis au Carolorégien Paul Magnette.

        Le service public de radio-télévision dans son JT de la mi-journée, le vendredi 20 novembre, a parlé de 60.000 votants. La RTBFbe n’est pas suspecte d’hostilité à l’égard du PS – elle est objective. Dans ce cas, il y a régression d’un quart de militants pendant qu’Elio Di Rupo exerce la charge de Premier ministre. En dépit de leurs efforts à faire valoir les mérites de la Primature, Giet et Magnette ne sont point parvenus à conserver la fidélité de vingt mille militants. Sur qui crier haro ? Sur le duo ou le primo…?

        À la grosse louche – à défaut de disposer de chiffres précis émanant du boulevard de l’Empereur (le bien nommé) - dans l’hypothèse de 90.000 appelés à voter, Elio Di Rupo a obtenu 23.560 OUI. Il n’en a recueilli que 15.725 dans l’hypothèse énoncée par le service public de radio-télévision.

18:50 Écrit par Pierre André dans Actualité, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

jeudi, 13 novembre 2014

À noms de dieux, le 15 novembre, REZA, le photographe de l’âme.

noms de dieux.jpg

        Pour la première fois depuis sa création, noms de dieux reçoit (1) un photojournaliste, Reza Deghati mieux connu sous le nom de REZA. Originaire de Tabriz, une ville de plus d’un million d’habitants, chef-lieu de la province de l’Azerbaïdjan oriental, au nord-ouest de l’Iran, Reza est architecte de formation.

        Adolescent, au lycée il crée un journal L’Envol dans lequel il évoque la misère ambiante. Sitôt paru, la direction du lycée confisque tous les exemplaires et les déchire. Sous Mohammad Reza Chah Pahlavi, officiellement, il n’y a pas de misère. Reza est réprimandé. Il ne promet toutefois pas de s’amender. Jeune étudiant, il récidive. La misère du peuple – surtout celles des enfants - coexistant avec l’opulence indécente du pouvoir en Iran le révolte. En 1974, il est arrêté pour militantisme artistique contre le Chah par la SAVAK, organisme de police politique. Il est emprisonné durant trois ans dont cinq mois de torture.

        Il évoque, pour la première fois, un épisode de cette torture dans noms de dieux. Sous la direction du Guide de la Révolution, Rouhollah Khomeiny, la République islamique traque les membres de la SAVAK. En sa qualité de photographe du magazine Newsweek, Reza est convié à une conférence de presse où sont présentés des membres de la SAVAK. Reza reconnaît l’un de ses tortionnaires. À la fin de la réunion, Reza lui tend la main en l’appelant sous son nom de code. Ce geste a joué un rôle majeur dans la vie de Reza qui, en 1981, choisit l’exil. La tyrannie de la République vaut celle de la monarchie !  

        Le monde est mon champ de vision déclare Reza qui travaille pour les titres de presse les plus célèbres de la planète. Aux USA, la National Geographic Society – société savante fondée en 1888 – le reçoit comme membre en 1991. En préface d’une exposition de ses photos dans les Jardins du Luxembourg, à Paris, Reza écrit : les chemins multiples que j’ai pris depuis trente ans, m’ont conduit à la rencontre d’enfants, de femmes et d’hommes dont les destins, uniques, m’ont marqué. Proche de chacun d’eux, au point de sentir leur souffrance comme leur joie, j’ai raconté grâce à cet alphabet universel qu’est la photographie, leurs mémoires d’humains pris dans la tourmente du monde.

        Convaincu que les peuples n’avancent vers la paix que via la liberté d’opinion, d’expression, Reza a fondé en 2001, l’ONG internationale AINA qui a, dans ses objectifs, la formation aux techniques de la communication les jeunes et les femmes. Cette ONG est notamment active en Afghanistan.

 

RTBF Deux.jpg

 

(1)    REZA, le photographe de l’âme - Diffusion  le samedi 15 novembre 2014 sur « la deux » vers 22h50. Rediffusion dans la boucle de nuit  sur « la deux » du mardi 18 au mercredi 19 octobre  vers 0h40. Sans oublier, la possibilité de voir l’émission durant une semaine sur le Net, en cliquant sur www.ladeux.be/revoir

 

Selfie REZA et Pierre André         Copyright Webistan

21:37 Écrit par Pierre André dans Actualité, Art, Culture, Spiritualité, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

samedi, 19 juillet 2014

L'émission "noms de dieux" prolongée jusqu'en décembre 2015. "Mauvaise nouvelle pour la bêtise " !

        Telle une finale du Mundial, l’émission noms de dieux – de/du service public – joue les prolongations. Le Directeur des Antennes de la RTBF, François Tron a avisé Edmond Blattchen, producteur-présentateur de sa décision de reconduire Noms de dieux avec la même équipe jusque fin de l’année civile 2015. Cette décision permet à l’équipe d’attendre le chiffre mythique des 200 émissions. Une équipe qui n’a guère variée depuis la première - le mardi 14 janvier 1992 avec en invité le philosophe Bernard-Henry Levy - : le journaliste-présentateur-producteur Edmond Blattchen, le réalisateur Jacques Dochamps – authentique co-auteur. En plus de vingt ans, noms de dieux n’a connu que quatre recherchistes : Anne Wagelmans, Jean-Marie Libon, Catherine Firket et occasionnellement Christine Hammerel. Actuellement, la scripte est Valérie Dethienne et le directeur technique Bernard Gabus.

        En revanche, les invités qui ont écrit les cinq chapitres de noms de dieux – le titre, l’image, la phrase, le symbole, le pari – sont aussi multiples que variés dans leurs convictions. Outre quelques Liégeois(e)s – Lise Thiry, Pierre Harmel, François Perin libre-penseur absolu, Aloys Jousten 91ème évêque de Liège depuis Monulphe au VIème siècle (83ème depuis Hubert, premier évêque résidant à Liège), Arthur Haulot, Jean-Pierre Otte, Jean-Claude Bologne, Gabriel Ringlet, Pierre Somville, Bernard Foccroulle, Marcel Otte, Armel Job, Pierre Kroll -, sans citer tous ces invités prestigieux – un vrai répertoire de 188 noms - il y a eu des journalistes Florence Aubenas, Olivier Todd, Jean d’Ormesson, des philosophes Michel Onfray,  Jacques  Sojcher athée radical, Raphaël Enthoven, des écrivains Amélie Nothomb, Elie Wiesel, Amin Maalouf, Stéphane Hessel, des politiques Antoinette Spaak, Jean Ziegler, Daniel Cohn-Bendit, des artistes Barbara Hendrickx, Julos Beaucarne, Yehudi Menuhin, sans oublier le Dalaï Lama et le Patriarche Bartholomée I. Une véritable mine d’or pour la Sonuma !

        En commémoration du vingtième anniversaire de noms de dieux, la RTBFbe a rediffusé durant un trimestre d’été, quotidiennement, des anciennes émissions. Il en a été de même, à un rythme hebdomadaire, sur la chaîne québécoise Canal Savoir. La décision de reconduire Noms de dieux avec la même équipe jusque fin de l’année civile 2015 a suscité une réaction de Raphaël Enthoven :  Mauvaise nouvelle pour la bêtise ! 

           ndd.jpg

15:08 Écrit par Pierre André dans Actualité, Media, Spiritualité, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

mercredi, 28 mai 2014

De quelques réflexions au lendemain d'un triple scrutin.

       Lorsque le leader de la NVA a déclaré, dimanche soir, sur le plateau de la Télévision d’État, que dans ce pays, il existe une démocratie flamande et une démocratie francophone, certains se sont étranglés d’émotion d’entendre pareil propos. Or, le 15 août 1912, Jules Destrée, dans la Revue de Belgique, a déjà écrit au Roi Albert 1er : Il n'y a pas de Belges, mais des Wallons et des Flamands. Si les termes ne sont pas exactement identiques, le sens est toutefois le même. Dans le terme wallon de Destrée, il convient d’inclure les Bruxellois que le bourgmestre d’Anvers désigne comme francophones.

        Les fantaisies du bug informatique qui ont forcé à attendre jusque mardi soir, en Régions bruxelloise et wallonne (en ce compris les neuf communes de la Communauté germanophone), les résultats tant à l’Europe, la Chambre que les Régions font quelque peu désordre pour reprendre une expression favorite d’Élio Di Rupo.

       Dimanche soir, à l’exception de Deleuze qui a reconnu l’évident échec de son parti avant d’envoyer courageusement sa co-présidente Émily Hoyos l’expliquer sur les autres plateaux – Lulu, Polo, Didjé ont chanté on a gagné, on a gagné. Qui donc dit vrai ? 

C’est depuis le 21 mai 1995, que les Belges élisent 150 députés au lieu de 212 comme autrefois.

Résultats de la bande des quatre du 21 mai 1995 : 21 PS, 18 PRL-FDF, 12 PSC, 6 ECOLO.
Résultats de la bande des quatre du 13 juin 1999 : 19 PS, 18 PRL-FDF, 10 PSC, 11 ECOLO.

Résultats de la bande des quatre du 18 mai 2003 : 25 PS, 24 MR, 8 cdH, 4 ECOLO. (2 partis changent de nom ; MR = PRL-FDF et cdH = PSC)

Résultats de la bande des quatre du 10 juin 2007 :  20 PS 23 MR, 10 cdH, 8 ECOLO.

Résultats de la bande des quatre du 13 juin 2010 :  26 PS, 18 MR, 9 cdH, 8 ECOLO.

Résultats de la bande des quatre du 25 mai 2014 :  23 PS, 20 MR, 9 cdH, 6 ECOLO,

        À noter que sous l’appellation un peu péjorative des grands médias, des petits partis sont venus parfois s’adjoindre à la bande des quatre pour constituer la minorité francophone de la Chambre fédérale. Ainsi, à l’issue du scrutin du 13 juin 2010, le Parti Populaire a compté un élu. Par les mystères de l’apparentement, l’élu a été un histrion et non le fondateur du PP, l’avocat patenté des petits porteurs lésés par la déconfiture de Fortis.

De même, à l’issue du scrutin du 25 mai 2014 où le MR s’est présenté  comme une coalition PRL-MCC, le FDF ayant repris sa liberté ne partageant pas les positions libérales relatives à la sixième reforme de l’État, le FDF obtient 2 sièges. Score identique, 2 sièges sont attribués au PTB-GO ! Quant au PP, il garde son siège dévolu à un Liégeois.

        Depuis le 21 mai 1995, Christian Van Eyken est élu au Parlement flamand – 124 membres - représentant l’Union des Francophones, cartel constitué par le FDF, PS, MR, cdH. Le parti ECOLO a toujours refusé de faire partie de ce cartel. Cette formation reste unitaire tout comme le PTB-GO ! Christian Van Eyken a obtenu 7.658 voix de préférence le 25 mai 2014.

 

christian.jpg

 

12:46 Écrit par Pierre André dans Actualité, Politique, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

lundi, 21 avril 2014

Raphaël Enthoven - professeur de philosophie - l'invité d'Edmond Blattchen, ce mardi.

noms de dieux.jpg

       Demain mardi 22 avril, déjà le dernier Noms de dieux de la saison 2013-2014. Mais que les passionnés du service public – il y en a davantage que les programmes de la chaîne publique ne le laissent croire – se rassurent. Dès septembre, ils vont retrouver Noms de dieux pilotés par Edmond Blattchen.

       L’invité de ce mardi (1) est Raphaël Enthoven dont un ouvrage réalisé avec son père Jean-Paul, en 2013, est le dictionnaire amoureux de Proust qui a obtenu le Prix Fémina Essai. Ce livre a pour objectif de faire lire ou relire le plus grand écrivain de tout le temps. On trouve dans cet objectif, la vocation de celui qui est avant tout professeur de philosophie.

        Dès le premier chapitre de Noms de dieux – le titre de l’émission – Raphaël Enthoven se montre professeur de philosophie. Il écrit non de dieu qui montre un dieu qui sait dire non comme dit non un personnage apparemment secondaire – en réalité dieu - dans la pièce Le malentendu d’Albert Camus.

       S’il est des profs et des philosophes qui n’est ça et le gros animal vous éloignent de la philosophie, Raphaël Enthoven vise à transmettre au plus grand nombre le goût de la véritable philosophie, par opposition à la philosophie à la mode qui procède par simplification démagogique et par imposture idéologique. Les téléspectateurs d’Arte, les auditeurs de France Culture et les lecteurs de Philosophie Magazine apprécient  le charme, l’érudition du professeur Raphaël Enthoven.  Et dieu sait qu’il en a …

Raphael.jpg

PHOTO © BRISTOLdernièresix

À l’issue de l’enregistrement de Noms de dieux, rencontre avec Raphaël Enthoven. Il nous a confié son estime pour le professionnalisme de l’équipe animée par Edmond Blattchen et le réalisateur Jacques Dochamps et … son goût pour la tarte au riz, une découverte pour lui.

noms de dieux.jpg

(1) En TV, mardi 22 avril sur La Deux de la RTBFbe vers 22h 50 – Rediffusion dans la boucle de nuit, sur La Deux, du jeudi 24 au vendredi 25 avril, sur La Deux vers minuit..

 Sur le Net, rubrique Revoir, durant une semaine à partir du mercredi 23 avril.

20:52 Écrit par Pierre André dans Actualité, Spiritualité, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

samedi, 22 mars 2014

25 mars, Noms de dieux prend le large avec Isabelle Autissier

noms de dieux.jpg

          Noms de dieux prend le large. Edmond Blattchen reçoit Isabelle Autissier (1) la première femme à accomplir un tour du monde à la voile en solitaire. Un tour  du monde à l’âge de 35 ans accompli, en 1991, par une Parisienne qui a découvert la passion de sa vie trente ans plus tôt en Bretagne. En 1999, elle renonce à la course lorsque, engagée dans une compétition en solitaire, elle chavire. Pendant quatre jours, Isabelle est portée disparue. Une expérience qu’elle n’a nulle envie de revivre.

         Des courses, elle en a gagnées. Ainsi en 1994, elle pulvérise à la tête de son équipage le record de la course New-York-San Francisco via le Cap Horn.  De formation d’ingénieur agronome, elle se spécialise dans l’halieutique. Puis s’intéresse à l’Antarctique, publie Salut au Grand Sud (2006), L’Amant de Patagonie (2012).

         En 2009, Isabelle Autissier est nommée Présidente de la branche française du WWF, le World Wildlife Fund. Un organisme qui dans son logo a choisi, bien avant la vague de pandamanie, un panda. Outre que cet animal reflète bien les objectifs du WWF, le panda est source d’économie pour le WWF. À l’impression des documents WWF, le panda noir et blanc évite de recourir à la couleur !   

 

(1) En TV, mardi 25 mars sur La Deux de la RTBFbe vers 23h – Rediffusion dans la boucle de nuit, sur La Deux, du jeudi 27 au vendredi 28 février, sur La Deux vers 23h55.

 Sur le Net, rubrique Revoir, durant une semaine à partir du mercredi 26 février.

20:30 Écrit par Pierre André dans Actualité, Spiritualité, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

vendredi, 21 février 2014

Noms de dieux renonce au jour du Seigneur...

Lydie Dattas.gif

          Traditionnellement l’émission noms de dieux a été diffusée le dimanche. À présent, elle sera à l’antenne le mardi. L’horaire n’est pas modifié. Noms de dieux est réservée en primeur aux couche-tard. Il en a été ainsi pour les 185 premières émissions. Il en est de même pour la 186ème avec la poétesse Lydie Dattas, invitée d’Edmond Blattchen (1).

          Lydie Dattas a vécu sa prime enfance sous le buffet d’orgue de Notre-Dame de Paris dont son papa maîtrise le clavier. Ensuite, l’ensemble de sa famille  – papa, maman (comédienne), ses deux frères et Lydie – s’en va vivre à Londres. Les enfants Dattas étaient des prodiges, comme les assiettes de Bernard Palissy. Pour nous avoir, nos parents avaient jeté tous leurs biens dans les flammes rougeoyantes de leur amour. Terrifiés par les papiers administratifs,  ils préféraient perdre de l’argent que remplir un formulaire. Leur goût exquis nous épargnait l’enfer des jouets, nous transmettant toute l’excellence des siècles écrit Lydie qui a suivi les cours au Lycée Français.

        Premiers poèmes dès l’adolescence. Par la suite, les commentaires  des milieux littéraires sont de plus en plus enthousiastes. Ainsi, Pierre Assouline (auteur notamment d’une biographie de Georges Simenon et de l’Autodictionnaire Simenon) analyse La Foudre – paru au lendemain du divorce de Lydia - en ces termes : Un vrai choc que cette suite de brefs chapitres sans titre, deux pages à peine chacun, mais si puissamment tressés, où les phrases sont nouées entre elles avec une telle intensité, que l’on ralentit la lecture pour retarder l’instant de la fin.

          En épousant  le trapéziste  Alexandre Bouglione, elle entre dans la grande famille du cirque et des gitans. Son symbole à noms de dieux ?  Une griffe de tigre en pendentif. En 1994, elle fonde avec son mari, le cirque Lydie Bouglione devenu par la suite le cirque Romanès. Elle et Alexandre ont eu comme voisin et ami l’excrémentiel Jean Genet. Ne partageant point l’opinion de François Mauriac, elle publie en 2006, chez Gallimard, La chaste vie de Jean Genet.   

          Poétesse, Lydia Dattas confie au dernier chapitre de noms de dieux, le pari. En substance, elle déclare : Les « grandes âmes, les « voyants » (Rûmi, Rimbaud) peuvent nous aider à trouver la lumière, parce que l’intuition des poètes et des créateurs est plus utile que la raison des scientifiques.
Des propos qui rappellent ceux de Saint-John Perse, récipiendaire du Prix Nobel de Littérature en 1960.

noms de dieux.jpg

1) En TV, mardi 25 février sur La Deux de la RTBFbe vers 22h50 – Rediffusion dans la boucle de nuit, sur La Deux, du jeudi 27 au vendredi 28 février, sur La Deux vers minuit trente-cinq.

 Sur le Net, rubrique Revoir, durant une semaine à partir du mercredi 26 février.

08:00 Écrit par Pierre André dans Actualité, Spiritualité, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

samedi, 25 janvier 2014

Julia Kristeva, hôte de Noms de dieux, ce dimanche 26 janvier.

Julia_Kristeva_photo_J_Foley.jpg

 

         En recevant Julia Kristeva citoyenne européenne, d’origine bulgare, de nationalité française et d’adoption américaine, Edmond Blattchen reçoit dans noms de dieux (1) une personnalité qui est linguiste, sémiologue, philosophe, psychanalyste et écrivaine.

         Elle est, depuis 1966, l’épouse de l’écrivain Philippe Sollers. Cependant, Julia Kristeva n’est pas madame Sollers. Sans sombrer dans le people et autres chichis qu'affectionne la chaîne publique francophone, l’explication est simple, Sollers est un pseudonyme. Joyaux est son nom et  Julia Kristeva est, aux yeux de la législation française, madame Joyaux. Jamais, l’état-civil n’a mieux exalté les diverses facettes de l’hôte de noms de dieux, hôte qui a conservé le nom de son papa!

        Athée, Julia Kristeva a reçu une invitation du pape Benoît XVI à participer à la tête d’une délégation de non-croyants, en 2011, aux Rencontres d’Assise, mouvement visant à un dialogue inter-religieux. Le pape y a défendu l’idée nécessaire d’affirmation de sa foi en préalable à tout dialogue avec l’autre en vue d’atteindre la paix. Julia Kristeva a plaidé pour un nouvel humanisme qui respecte à la fois les valeurs de l’héritage gréco-judéo-chrétien et celles des Lumières.

       Il faut savoir que parmi la quarantaine d’ouvrages publiés – ouvrages qui lui ont valu d’être première récipiendaire du Prix Holberg (le Nobel des sciences humaines, du droit et de la théologie doté de 4 500 000 de Couronnes norvégiennes), le Prix Arendt, le Prix Havel sans compter les Doctorats Honoris Causa décernés par de multiples Universités – Julia Kristeva en a consacré plusieurs aux religions notamment Cet incroyable besoin de croire, Thérèse mon amour.

       De son origine bulgare, Julia Kristeva a gardé une passion pour Cyrille et Modeste qui lui ont légué le goût de l’alphabet. Chaque année, le 24 mai, comme la majorité des Bulgares, elle célèbre la journée de l’alphabet slave et la culture bulgare, communément appelé la fête de l'alphabet. Le 24 mai, chacune et chacun arbore une lettre. Le hasard des rencontres permet de composer des mots et ensuite des phrases…  C’est un jour de fête officielle populaire intelligente. Notre concitoyen, Émile de Laveleye, professeur d’économie politique à l’Université de Liège, spécialiste des Balkans, ami de la Bulgarie, a été contemporain de la création de cette fête au XIXème siècle.

1) En TV, dimanche 26 janvier sur La Deux de la RTBFbe vers 23h05 – Rediffusion dans la boucle de nuit, sur La Deux, du mercredi 29 au jeudi 30 janvier, sur La Deux vers minuit.

 Sur le Net, rubrique Revoir, durant une semaine à partir du lundi 27 janvier.

13:51 Écrit par Pierre André dans Actualité, Culture, Spiritualité, Télévision | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

lundi, 20 janvier 2014

... déjà 100 ans !

       Que ne faut-il pas entendre lorsqu’on fait le choix de regarder la chaîne publique francophone. Ainsi, face à l’ambassadeur de France, S.E.M. Bernard Valéro,  Gérald Watelet  déclare : il y a un événement qui nous rapproche aussi puisque nous sommes en 2014 et on fête les cent ans du début de la première guerre mondiale. Fêter le début d’une guerre qui a causé la mort de neuf millions de personnes,  ça vraiment C’est du Belge !

 

Dépôt de fleurs.jpg

18:46 Écrit par Pierre André dans Actualité, Télévision | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

samedi, 23 novembre 2013

Javeau, une île, un intellectuel gouailleur à Noms de dieux de Blattchen, ce dimanche.

Claude Javeau.jpg

       En 1880, Littré définit le javeau - terme d’eau et forêt - comme une île formée de sable et de limon par un débordement d'eau. En 1940, naît à Liège Claude Javeau qui va se révéler depuis l’Université libre de Bruxelles, une île intellectuelle – une référence en sociologie.   

      Ce dimanche, Claude Javeau est l’invité de Noms de dieux (1). Cette émission est  dédiée à François Perin, un autre intellectuel – race rare en notre Fédération Wallonie-Bruxelles. Gouailleur, provoquant, polémiste, pamphlétaire, Claude Javeau est d’une grande rigueur scientifique – vertus appréciées de François Perin qui les a également pratiquées.

      Claude Javeau est un auteur prolifique. Une quarantaine de titres, aussi bien des ouvrages scientifiques tels que Comprendre la sociologie paru chez Marabout ou aux Presses Universitaires de France Sociologie de la vie quotidienne et autres  Paradoxes de la postmodernité que des essais dont La France doit-elle annexer la Wallonie ?. Début du XXIème siècle, il publie L'Éloge de l'élitisme, une œuvre dans laquelle il constate – pessimiste humaniste – que l'élite est une espèce en voie de disparition. On ne voit pas pourquoi, à l'instar des bisons, des bonobos ou des saumons, on ne se préoccuperait pas de la protéger. Le biotope global serait sensiblement appauvri si cette espèce venait à s'évanouir.

       Dans l’élite, il range les intellectuels. Mais, aux yeux de Claude Javeau, être un intellectuel nécessite des exigences dont sont dépourvus quantité de ceux qui se rangent dans cette catégorieÊtre un intellectuel et par surcroît dans un pays qui du reste n'en est pas vraiment un, la Belgique (…) n'est pas chose aisée. J'entends bien être un intellectuel dans la lignée de ceux que les anti-dreyfusards, au début de l'autre siècle ont désignés comme tels, c'est-à-dire ces lettrés qui avaient choisi de s'opposer au sens commun et aux passions communes, et non pas être de ces "organiques" dénoncés par Gramsci, qui ne font qu'accorder une légitimation symbolique à l'air du temps. Pour ces derniers, les médias sont leur terrain de chasse privilégié (…) Des intellectuels de ce type, qui tout au plus ne pourraient prétendre qu'au statut de demi-solde de la pensée, sont légion : de Philippe Geluck à B.H.L., on ne peut manquer de les croiser dans toutes les pages et sur toutes les ondes. On n'est certes pas obligé de les lire, les regarder ou les écouter.

noms de dieux.jpg

(1)                  En TV, dimanche 24 novembre sur La Deux de la RTBFbe vers 22h45 – Rediffusion dans la boucle de nuit du mercredi 27 au jeudi 28 novembre, sur La Deux vers minuit trente.

 Sur le Net, rubrique Revoir, durant une semaine à partir du lundi 25 novembre

Bernadette Legros.jpgEn collaboration avec Nathalie Lenaerts,  la Liégeoise Bernadette Bawin-Legros – docteur en sociologie – a publié Claude Javeau, témoin de son temps, un intellectuel très souvent iconoclaste, à juste titre.

13:55 Écrit par Pierre André dans Actualité, Spiritualité, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

dimanche, 06 octobre 2013

Jeudi 10 octobre, soirée d'hommage à François Perin sur la Trois RTBFbe.

livre Perin.jpg

       Notre consœur Isabelle Philippon a écrit au sujet de François Perin : ses raisonnements sont comme des bonbons acidulés : ils piquent mais font follement plaisir. François Perin est unique, irremplaçable. D’aucuns le considèrent comme le seul véritable grand homme d’État que la Wallonie ait eu depuis Jules Destrée – ceci est faire peu de cas d’un certain nombre de personnalités qui marquent, ont marqué la vie de la Wallonie – ou comme un visionnaire avec une conscience, une intelligence et un courage exemplaires.

       Ce jeudi 10 octobre, dès 21h05 sur la Trois de la RTBFbe, la programmation est consacrée à François Perin, décédé le 26 septembre, la veille de la Fête de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Joyeuse Entrée de Filip dans le fief de son principal ennemi (© Sud-Presse).

       La soirée commence par la rediffusion d’une émission de la série Artisan de l’Histoire présentée le mardi 30 janvier 1996 par les journalistes Willy Estersohn et Philippe Delporte. François Perin raconte, entre autres réflexions, comment il a été amené à chauffer la salle de militants du Mouvement Populaire Wallon en leur racontant les prophéties du Roi Farouk en 2000, il n’y aura plus que cinq rois, le roi de pique … la salle tout entière éclate de rire. André Renard n’apprécie guère non  qu’il soit monarchiste mais il entend rester le seul patron. François Perin a son franc-parler.

       Le 26 mars 1980, en pleine séance, il démissionne de son mandat de sénateur car il estime ne pouvoir rester représentant d’un État auquel il ne croit plus et d’une nation qui n’existe plus. La Belgique est malade (…)du nationalisme flamand (…) de la particratie et (…) des groupes syndicaux de toutes natures. En démissionnant volontairement en pleine séance, François Perin a fait le même geste qu’Alexandre Gendebien qui le 19 mars 1839, à la Chambre, démissionne en déclarant : non, cinq cent mille fois non pour cinq cent mille Belges que vous sacrifiez à la peur. Ni Gendebien, ni Perin n’ont perçu une indemnité de sortie.   

NDTD Prof Perrin.jpgFrançois Perin sur le plateau de noms de dieux.

       La deuxième partie de la soirée commence à 22h10 par la rediffusion de l’émission 50 de noms de dieux d’Edmond Blattchen. Pour celui-ci, François Perin était un libre penseur unique en son genre, anticonformiste obstiné, verbomoteur impénitent, François Perin était un passionné de spiritualité. Il renvoyait dos à dos les matérialistes obtus et les dévots dogmatiques. Les sagesses orientales l’attiraient beaucoup, mais s’intéressait aussi à certaines expériences mystiques chrétiennes. Néanmoins, son maître absolu fut sans conteste Épicure. À noms de dieux, François Perin fut fidèle à lui-même : vif, excessif, sincère, sarcastique, déroutant et malicieux. Et Blattchen d’envoyer au dodo les intolérants de tous bords en les priant de s’abstenir !

rtbf_la_trois.png

 

 

21:11 Écrit par Pierre André dans Actualité, Politique, Spiritualité, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

vendredi, 27 septembre 2013

Dimanche 29, à noms de dieux, Armand Veilleux et les moines de Tibhirine.

noms de dieux.jpg

        Ce dimanche 29, aux alentours de 22h45, sur la Deux, Edmond Blattchen reçoit Armand Veilleux (né en 1937), membre de l’Ordre Cistercien de la Stricte Observance, en abrégé OCSO). Armand Veilleux a la double nationalité canadienne et américaine. Il est présentement le Père Abbé de Notre-Dame de Scourmont.

       Il faut savoir qu’à l’automne 1850, Joseph de Riquet, Comte de Caraman, Prince de Chimay a fait don de 48 ha de friches sises dans la commune de Forges (fusionnée en 1977 avec Chimay)  à charge pour les donataires – des Trappistes  venus de de l’abbaye de Saint-Sixte de Westvleteren – de défricher entièrement et à leurs frais le terrain donné et à le faire cultiver constamment par des religieux de l’Ordre des Trappistes au nombre de vingt au moins ; ils y construiront une ferme et une chapelle.  Les moines ont construit davantage puisqu’ils ont édifié une abbaye. Abbaye qui, à son tour, a été à l’origine de deux abbayes, l’une à Caldey, au Pays de Galles, l’autre à une centaine de kilomètres au Nord de Goma, près des lacs Mokoto,

       Armand Veilleux  a été, de 1990 à 1998, Procureur Général de l’Ordre des Cisterciens. En cette qualité, il a rendu visite aux moines de Tibhirine (en arabe, ce mot signifie jardin). Leur abbaye - fondée en 1938 - était une grande bâtisse un peu austère mais chaleureuse et accueillante, construite en face d’un des plus beaux paysages du monde : les palmiers, les mandariniers, les rosiers se dessinaient devant les montagnes enneigées de l’Atlas. Des sources, une eau claire, irriguaient le potager. Il y avait aussi des oiseaux, des poules, des ânes, la vie. Des hommes avaient choisi de s’installer dans ce lieu loin de tout mais proche de l’essentiel, de la beauté, du ciel, des nuages  dira, en décembre 2001, l’académicien  Jean-Marie Rouart. 

       La visite d’Armand  Veilleux date de début 1996. Il est le dernier Trappiste à avoir partagé l’inquiétude de ses frères,  les moines savaient qu’ils couraient un grand risque. Souvent ils avaient peur. Ils ne souhaitaient pas mourir. Ils n’avaient pas l’ambition de devenir des martyrs. Les vertiges d’un suicide collectif ne les attiraient pas. Ils voulaient vivre en continuant à être ce qu’ils étaient, sans abdiquer devant la force et devant la violence. Le 26 mars 1996, une vingtaine d’hommes en armes emmènent le prieur et six moines qui sont exécutés quelques mois plus tard. Ont-ils été victimes des frères de la montagne ou des frères de la plaine ? Nul ne sait, c’est un secret d’État, pire un secret de deux États, l’Algérie et la France. Armand Veilleux et la famille du prieur cherchent depuis des années à connaître la vérité.

       Ce noms de dieux comme la plupart des deux cents émissions labellisés de cette référence de service public  a été réalisé par Jacques Dochamps. Jacques Dochamps qui a notamment à son actif  un film qui sort pour le moment en salle, Le chant de la fleur. Ce documentaire tourné en Amazonie équatorienne relate comment menacé par l’industrie pétrolière, le peuple amazonien de Sarayaku mène une lutte sans répit pour sa survie. Inspiré par un chant chamanique ancestral, il s’engage dans un défi inouï à portée universelle: la Frontière de Vie. Des images fortes et belles, un film qui ne laisse pas indifférent. Co-produit notamment par la RTBFbe, Le chant de la fleur a également reçu l’aide du service public fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au développement. Ce dernier a tenu à préciser les points de vue exprimés dans ce document ne représentent pas nécessairement le point de vue de l'État belge. Réserve qui équivaut pratiquement à souligner l’objectivité du chant de la fleur !

 

le chant de la fleur.jpg


14:05 Écrit par Pierre André dans Actualité, Spiritualité, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

dimanche, 18 août 2013

La nouvelle saison de noms de dieux approche et le temps des rediffusions se termine le 6 septembre.

noms de dieux.jpg

       La saison 2013-2014 de noms de dieux s’ouvre le 29 septembre sur la Deux de la RTBFbe.  Ce dimanche-là, dans une émission réalisée par Jacques Dochamps, Edmond Blattchen reçoit Dom Armand Veilleux, Abbé de l’Abbaye de Scourmont.  Ce dernier tout comme la famille du Père Luc, fils d’un général, cherche à connaître la vérité sur l’assassinat des moines de Tibhirine, en 1996. En temps opportun, nous reparlerons de ce noms de dieux.

       Avant de réintégrer la Deux de la RTBFbe, noms de dieux poursuit ses rediffusions sur la Trois de la RTBFbe  jusqu’au 6 septembre. Initialement, la date de clôture des rediffusions a été le 5 septembre. Toutefois, en consultant l’heure de programmation  - fixée en dernière place et du coup dépendante des émissions diffusées avant - la direction a considéré que  l’émission du samedi du 31 août – Armel Job - serait  pratiquement diffusée à l’aube du dimanche 1er septembre. Dès lors, la direction a estimé, à juste titre, de la programmer  le 6 septembre, à une heure dite de bon chrétien.

       Ci-dessous, les invités d’Edmond Blattchen et le jour – pour ne pas dire nuit – de leur rediffusion. Pendant une semaine via Internet, il est possible de cliquer sur Revoir et de retrouver à l’heure qui plaît à l’internaute le noms de dieux désiré.

       Alexandre Lacroix (21/8), Eric Domb (22/8), Pierre Rabhi (23/8), Nancy Huston (24/8), Fabrice Midal (25/8), Slimane Zeghidour (26/8), Patrick Roegiers (27/8), Henri Gougaud (28/8), Jean-Claude Carrière (29/8), Isabelle Aubret (30/8), Nicole Malinconi (1/9), Chantal Delsol (2/9), Christian Bobin (3/9), Herman Van Rompuy (4/9), Jean Soler (5/9) et Armel Job (6/9).

14:32 Écrit par Pierre André dans Actualité, Spiritualité, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

vendredi, 02 août 2013

Sur la Trois de la RTBFbe, des rediffusions de noms de dieux.

noms de dieux.jpg


Le jeudi 5 septembre marque la fin de la rediffusion estivale de l’émission de service public noms de dieux sur la Trois.  La programmation est certaine. Toutefois, les heures de passage à l’antenne ne sont données qu’à titre indicatif. En effet, dernière émission journalière de la Trois, noms de dieux subit les contretemps que l’horaire connaît éventuellement.

Noms de dieux bénéficie du service Revoir sur le Net qui fonctionne à toute heure durant  la semaine suivant la rediffusion sur la Trois.    

  1. 05/08/2013 : Marcel Otte – 24H10 (soit 0h10, le 6 août)
  2.  06/08/2013 : Alain Hubert – 24H10 (soit 0h10, le 7 août)
  3.  07/08/2013 : Sébastien de Fooz – 24H10 (soit 0h10, le 8 août)
  4.  08/08/2013 : Charles Rojzman – 24H10 (soit 0h10, le 9 août)
  5.  09/08/2013 : Daniel Cohn-Bendit – 24H10 (soit 0h10, le 10 août)
  6.  10/08/2013 : Caroline Fourest – 24H10 (soit 0h10, le 11 août)
  7.  11/08/2013 : François Emmanuel - 24H10 (soit 0h10, le 12 août)
  8.  12/08/2013 : Rony Brauman – 24H10 (soit 0h10, le 13 août)
  9.  13/08/2013 : Thierry Verhelst – 24H10 (soit 0h10, le 14 août)
  10.  14/08/2013 : Thierry Janssen – 24H10 (soit 0h10, le 15 août)
  11.  15/08/2013 : Stéphane Hessel – 24H40 (soit 0h10, le 16 août)
  12.  16/08/2013 : Hervé Hasquin – 24H10 (soit 0h10, le 17 août)
  13.  17/08/2013 : Jean-Pierre Otte – 24H10 (soit 0h10, le 18 août)
  14.  18/08/2013 : Pierre-François de Béthune – 24H10 (soit 0h10, le 19 août)
  15.  19/08/2013 : Didier Van Cauwelaert – 24H10 (soit 0h10, le 20 août)
  16.  20/08/2013 : Mark Eyskens – 24H10 (soit 0h10, le 21 août)

00:05 Écrit par Pierre André dans Actualité, Spiritualité, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

vendredi, 26 juillet 2013

L'horaire de la dernière émission quotidienne dépend des autres émissions !

        Dernière émission diffusée dans la programmation de la Trois sur la RTBFbe,  les noms de dieux disposent d’un horaire indicatif. Si une émission prend du retard, l’horaire de l’ensemble des émissions suivantes en prend aussi. C’est une application de la théorie des dominos. Mais ce n’est pas grave depuis que la technologie permet de revoir sur l’écran du Net, durant une semaine, les noms de dieux. L’essentiel  est de les regarder soit sur les écrans TV ou du Net.   

  1. 29/07/2013 : Cheikh Khaled Bentounes – 24H00
  2.  30/07/2013 : Philippe Grollet – 24H10 (soit à 0h10, le 31/07)
  3.  31/07/2013 : Jeremy Narby – 24H10 (soit à 0h10, le 1er /08)
  4.  01/08/2013 : Jacques Vergès – 24H10 (soit à 0h10, le 2/08)
  5.  02/08/2013 : Jacques Van der Biest – 24H30 (soit à 0h30, le 3/08)
  6.  03/08/2013 : Jérôme Clément – 24H10  (soit à 0h10, le 4/08)
  7.  04/08/2013 : Abdelwahab Meddeb – 24H10 (soit à 0h10, le 5/08)

09:31 Écrit par Pierre André dans Actualité, Spiritualité, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

vendredi, 19 juillet 2013

Sur la Trois, la programmation de noms de dieux.

        Une semaine très éclectique vous est proposée  par noms de dieux dans  la série estivale des rediffusions  sur la Trois estampillée RTBF.  Cette semaine se caractérise par la rediffusion à une heure qui est déjà  le lendemain ! 

  1. 22/07/2013 : Pierre Somville – 24H40  (ou 0h. le 23 juillet)
  2.  23/07/2013 : Monseigneur Aloys Jousten – 24H40 (ou 0h40 le 24 juillet)
  3.  24/07/2013 : Riccardo Petrella – 24H30  (ou 0h30 le 25 juillet)
  4.  25/07/2013 : Guy Gilbert – 24H30 (ou 0h30 le 26 juillet)
  5.  26/07/2013 : Bernard Foccroulle – 24H30 (ou 0h30 le 27 juillet)
  6.  27/07/2013 : Bernard Besret – 24H10 (ou 0h10 le 28 juillet)
  7.  28/07/2013 : Clémentine Faïk-Nzuji – 24H10 (ou 0h10 le 29 juillet)

Attention, ces heures sont donnés à titre indicatif.

00:05 Écrit par Pierre André dans Actualité, Spiritualité, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

vendredi, 12 juillet 2013

Les rediffusions de la Trois : du plaisir, de la qualité avec noms de dieux.

       Nouvelle salve de rediffusion de noms de dieuX sur la Trois RTBF. Le journaliste Edmond Blattchen et le réalisateur Jacques Dochamps vous invitent à suivre ces émissions  sur la chaîne de service public ou sur Internet  en cliquant sur la rubrique revoir du site www.rtbf.be

  1. 15/07/2013 : Ysé Tardan-Masquelier – 24H20 (16/07/2013)
  2.  16/07/2013 : Marie de Hennezel – 24H40 (17/07/2013)
  3.  17/07/2013 : Jacques Pohier – 24H30 (18/07/2013)
  4.  18/07/2013 : Marc de Smedt – 24H40 (19/07/2013)
  5.  19/07/2013 : Bichara Khader – 01H00 (20/07/2013)
  6.  20/07/2013 : Daniel Sibony – 24H00
  7.  21/07/2013 : André Glucksmann – 23H40

00:05 Écrit par Pierre André dans Actualité, Spiritualité, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

vendredi, 28 juin 2013

Sur la Trois de la RTBF, les rediffusions de noms de dieux du 30 juin au 6 juillet.

        Troisième semaine de rediffusion de noms de dieux en clôture des émissions journalières de la Trois. Le programme est séduisant ;

  1. 30/06/2013 : Anne Morelli – 23H10
  2.  01/07/2013 : Bernard Chouraqui – 23H40
  3.  02/07/2013 : Jacques Testart – 23H30
  4.  03/07/2013 : Faouzi Skali – 23H50
  5.  04/07/2013 : Père Philippe Verhaegen o.s.b. – 23H40
  6.  05/07/2013 : Jean Bauberot – 23H40
  7.  06/07/2013 : Arthur Haulot – 23H40

00:05 Écrit par Pierre André dans Actualité, Spiritualité, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

vendredi, 21 juin 2013

Le menu de noms de dieux la semaine du 23 au 29 juin

      Noms de dieux poursuit son marathon estival de clôture des émissions journalières de la Trois. Mais les couches-tôt ne sont pas laissés au bord de la route. Outre la faculté d’enregistrer, ils bénéficient – tout comme les couches-tard - de revoir l’émission sur le site de la RTBFbe  - www.rtbf.be  - durant une semaine.

Voici le menu du dimanche 23 juin au samedi 29 juin ;

  1. 23/06/2013 : Michel Barat – 23H40
  2. 24/06/2013 : Gisèle Halimi – 24H00
  3. 25/06/2013 : Monseigneur Godfried Danneels – 23H40
  4. 26/06/2013 : Bernard Kouchner – 23H40
  5. 27/06/2013 : Eugen Drewermann – 23H20
  6. 28/06/2013 : Georges Van Hout – 23H30
  7. 29/06/2013 : Sa Sainteté le Patriarche Bartholomée 1er – 23H40

00:05 Écrit par Pierre André dans Actualité, Spiritualité, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

vendredi, 14 juin 2013

Bel été sur la Trois de la RTBF : un noms de dieux est programmé chaque soir.

       Noms de dieux a célébré son vingtième anniversaire en 2012 en rediffusant du 2 juin au 2 septembre des émissions sur la Trois de la RTBF. Ce fut un franc succès. Moralité, la Trois remet le couvert du 17 juin au 5 septembre 2013.

       L’an dernier, le 1er juin, Liège 28 a écrit : noms de dieux terminent la journée de la Trois. À quelle heure ? Difficile à dire, l’horaire est déterminé par la durée des émissions précédentes. Il est vain de prévoir une rediffusion avant 22h30.

      Toutefois, Internet prend le relais de la télévision. Sur le site RTBFbe ( www.rtbf.be ), la rubrique Revoir accueillera les noms de dieux. Information prise à bonne source, la réponse a été : les « noms de dieux » rediffusés cet été devraient pouvoir être revus via l’icône « Revoir » sur le site de la rtbf.

       Chaque vendredi, Liège 28 présente les invités de la semaine suivante.

       Cette année, pas un mot n’est à changer dans ce texte. Ci-dessous, les invités de noms de dieux reçus par Edmond Blattchen dans une réalisation de Jacques Dochamps ;

  1. 17/06/2013 : Monseigneur André-Joseph Léonard – 01H15 (18/06/2013)
  2.  18/06/2013 : Jean Guitton – 24H00
  3.  19/06/2013 : Mohammed Arkoun – 24H30
  4.  20/06/2013 : Pierre Chaunu – 23H40
  5.  21/06/2013 : Annick De Souzenelle – 24H30
  6.  22/06/2013 : Alain Touraine – 23H30

 

00:05 Écrit par Pierre André dans Actualité, Spiritualité, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg